G5 Sahel : ce qu’a réellement dit Macron sur « le réengagement » de l’Algérie

80cad52 976397611 000 1ud3iv e1610319132520
80cad52 976397611 000 1ud3iv e1610319132520

L’Algérie, via le ministère de la Défense nationale a fermement démenti ce dimanche toute participation des troupes de l’Armée nationale populaire (ANP) à des missions en dehors des frontières dans le cadre du G5 Sahel.

« Certaines parties et porte-voix de la discorde ont relayé via leurs pages et comptes subversifs sur les réseaux sociaux des allégations dénuées de tout fondement, proférant que les actions et les opérations menées par l’institution militaire, au niveau interne et externe, répondent à des agendas et des instructions émanant de parties étrangères, et que l’Armée Nationale Populaire s’apprête à envoyer des troupes pour participer à des missions militaires en dehors de nos frontières nationales sous le chapeau de puissances étrangères dans le cadre du G5 Sahel, ce qui est faux et inadmissible », fustige le ministère de la Défense (MDN) dans un communiqué officiel diffusé ce dimanche.

Le MDN a démenti « catégoriquement toutes ces allégations tendancieuses et manœuvres sournoises, à travers lesquelles leurs auteurs croient pouvoir semer le trouble et déstabiliser le pays, et rassure l’opinion publique que l’Armée Nationale Populaire, digne héritière de l’Armée de Libération Nationale, n’a jamais été, et ne sera jamais soumise dans ses actions qu’à l’autorité de monsieur le Président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, et conformément à ses missions constitutionnelles explicites et aux lois de la République, dans la défense de la souveraineté, de l’intégrité et de la sécurité nationales ».

Ce démenti virulent du ministère de la Défense trouve son origine dans une polémique née ces derniers jours sur les réseaux sociaux suite à une interprétation tendancieuse de déclarations tenues par le président de la France Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse en marge du sommet G5 Sahel, mardi 16 février.
tsa-algerie