Ghannouchi condamne les « violences » exercées par les députés…

56982147 63219870
56982147 63219870

Tunisie : Ghannouchi condamne les « violences » exercées par les députés de la « coalition Al-Karama »

  • La présidence du Parlement s’était précédemment engagée à ouvrir une enquête sur un incident d’échange de violence, survenu le 7 décembre, qui a entraîné la blessure d’un des représentants du Bloc démocratique

Mourad Belhaj AA – Tunisie

Le président du Parlement tunisien, Rached Ghannouchi, a condamné, vendredi soir, ce que les députés de la coalition Al-Karama ont commis contre leurs collègues du bloc démocratique en décembre dernier, considérant qu’il s’agit « d’une violence matérielle et d’un dangereux précédent qui ne doit pas se répéter ».

C’est ce qui ressort d’un communiqué de la présidence du Parlement, dont l’Agence Anadolu a eu copie.

La présidence du Parlement s’était précédemment engagée à ouvrir une enquête sur un incident impliquant un échange violent entre les représentants des deux blocs, qui a eu lieu le 7 décembre et a entraîné la blessure d’un membre du Bloc démocratique, ainsi que l’évanouissement de sa collègue.

Le Bloc Démocratique (38 députés sur 217) a entamé, depuis le 8 décembre, un sit-in ouvert au siège du Parlement, avant que certains de ses membres ne décident, il y a quelques jours, de se mettre en grève de la faim.

Selon un communiqué de la présidence du Parlement, « Cette condamnation intervient après que Ghannouchi ait été informé des circonstances des violences dont ont été victimes les représentants du Bloc démocratique, à savoir Anwar Bechahed, Samia Hammouda Abbou et Amal Al-Saidi, le 7 décembre ».

La santé des députés du Bloc Démocratique en grève de la faim s’est détériorée, vendredi, en raison des attaques dont ils ont fait l’objet et de l’absence de séance plénière pour discuter de la question.

Le Parlement a été le théâtre de tensions et de débats houleux, ainsi que de violences mutuelles entre les deux blocs, avec en toile de fond une déclaration de Mohammed Affes, membre de la coalition Al-Karama (18 députés), lors d’une séance publique consacrée au budget du ministère de la femme, qui avait été jugée insultante pour les « mères célibataires ».

Après la publication du communiqué de la présidence du Parlement, le Bloc démocratique a décidé de suspendre son sit-in.

*Traduit de l’Arabe par Mourad Belhaj

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/tunisie-ghannouchi-condamne-les-violences-exerc%C3%A9es-par-les-d%C3%A9put%C3%A9s-de-la-coalition-al-karama/2111744