Hommage à feus Said O. Hamody, Aissata Kane et O. Beibacar

AFM Idoumou Abass
AFM Idoumou Abass

Voici le texte de l’hommage à feus Said O. Hamody, Aissata Kane et Med Mahmoud O. Beibacar que j’ai prononcé ce matin, au nom de l’Association mauritanienne pour la Francophonie, à l’occasion de la journée du 20 mars, fête de la Francophonie:


L’hommage que l’Association Mauritanienne pour la Francophonie rend aujourd’hui à trois de ses défunts aurait dû être fait l’année dernière, au cours d’une cérémonie qui devait se tenir le 16 mars 2020, au Musée national. Malheureusement, l’apparition des premiers cas de Covid-19 en Mauritanie, suivie de l’instauration par les autorités du pays d’un confinement général, a provoqué l’annulation de cette manifestation.
Cette année, nous avons tenu à faire cet hommage à l’occasion de la journée du 20 mars, pour saluer la mémoire de nos illustres disparus et dire à leurs familles respectives combien ils nous restent chers, combien ils nous manquent et nous manqueront toujours et combien nous restons fidèles aux liens indissolubles que nous avons tissés avec eux et, souvent, grâce à eux.
Il s’agit d’abord de feu MOHAMED SAÏD OULD HAMODY, qui nous a quittés en août 2015. L’illustre diplomate de renommée nationale et internationale, ancien Ministre et homme de culture qu’on ne présente pas, surtout devant un public comme vous, était Président d’honneur de l’AMF pendant les cinq premières années de la vie de l’Association.
Grâce au consensus qui se faisait autour de sa personne, à son vaste réseau de relations, à son entregent, au respect et à la confiance qu’il inspirait à tout le monde, il fut, en réalité, un véritable symbole et un guide de l’AMF ; l’une des grandes personnalités nationales qui ont toujours soutenu ses premiers pas et appuyé ses démarches pour s’imposer sur la scène culturelle nationale. Son décès a été ressenti comme un grand deuil par le milieu culturel et intellectuel mauritanien, surtout francophone. Toute la Mauritanie, d’ailleurs, a été affectée par la perte de ce grand homme.

Il s’agit ensuite de la regrettée AÏSSATA KANE, celle que nous avons perdue il y a moins de deux ans, en août 2019. Première femme mauritanienne ministre, personnalité politique et militante féministe convaincue, elle était Présidente d’honneur de l’AMF, comme feu Saïd Ould Hamody.
Madame Kane fut une femme exceptionnelle, que nous appelions tous Maman, parce qu’elle avait le secret de répandre autour d’elle tendresse et affection. Une femme engagée dans plusieurs causes, qui vont de la promotion de la femme à la protection de l’environnement. Une femme dont la silhouette fragile et la brève allocution merveilleusement bien élaborée bien qu’improvisée, manquent douloureusement à la présente cérémonie. Aissata Kane fut d’un apport considérable pour l’AMF, dont elle ne manquait aucune des activités, auxquelles elle donnait la caution morale de la génération des pères fondateurs de la République islamique de Mauritanie.

Il s’agit, enfin, de notre frère et ami à tous, feu MOHAMED MAHMOUD OUD ABDALLAHI OULD BEIBACAR, le secrétaire général de l’AMF, décédé en juillet 2017. Professeur de français de métier, didacticien du FLE, parmi les premiers enseignants mauritaniens formés sur les méthodes communicatives et les TICE, celui que tout le monde appelait affectueusement Mahmoud a été Directeur du Centre de renforcement de l’enseignement des langues vivantes à l’Université de Nouakchott, et Directeur adjoint de l’Alliance française de Nouakchott. Un homme rare, au travail, comme dans la vie quotidienne. Un homme d’une conscience professionnelle comme on en trouve peu de nos jours, d’une discrétion rassurante pour ses supérieurs hiérarchiques et ses collaborateurs, d’un sens élevé de la responsabilité et d’une fidélité en amitié que seuls les amis véritables selon Montaigne peuvent avoir.
Tous les trois laissent un vide béant dans le cœur de chacun des membres de notre Association et une note de tristesse dans l’enthousiasme avec lequel notre bureau poursuit l’œuvre que nous avons commencée ensemble. Leur absence nous rappelle, constamment, que l’action francophone en Mauritanie aurait été plus efficace, plus riche et plus agréable à mener s’ils étaient encore parmi.
Tous les trois nous manquent terriblement.
Que la famille d’Ehl Hamody, la Famille des Kane et la famille d’Ehl Beibacar trouvent ici l’expression de la tristesse et de la compassion du Président et des membres du bureau de l’AMF, ainsi que le témoignage sincère de la fidélité de nous gardons à la mémoire des défunts.
Qu’Allah le Tout-puissant les accueille en son Saint paradis.
Inna Li LLlahi wa inna ileyhi rajoune.

Pr Idoumou Mohamed Lemine Abass, écrivain