Journee internationale de la langue maternelle: Declaration des FPC

79083012 10156852934030544 3260980037184126976 n e1613872579487
79083012 10156852934030544 3260980037184126976 n e1613872579487


Officialisation de toutes nos langues nationales comme impératif du projet d’une ’’Ecole républicaine’’ et exigence nationale!
Proclamée par l’UNESCO au mois de novembre 1999, la journée internationale de la langue maternelle est célébrée le 21 février chaque année depuis l’an 2000. Les FPC sont solidaires du combat de cette organisation en faveur du multilinguisme, parce que convaincues que la préservation et le développement de toutes nos langues constitue la condition obligatoire à la promotion de notre diversité culturelle et à la sauvegarde de notre identité plurielle.


Les raisons qui militent en faveur cette exigence sont multiples et d’évidence :

  • Au plan pédagogique et de l’état général des résultats scolaires, tout le monde convient que notre Ecole s’est effondrée ! L’utilisation de nos langues nationales devrait aider à améliorer le niveau d’enseignement , en augmentant les chances de réussite, par la maitrise du médium qui intervient dans le processus cognitif. Elles rendront le contenu de l’enseignement plus accessible, plus facile à assimiler à travers la suppression de la barrière linguistique que constitue, pour beaucoup de nos enfants, l’usage d’une langue autre que leur langue première, leur langue maternelle dans laquelle ils communiquent et réfléchissent naturellement jusqu’à l’âge de 5-7 ans !
    A ce sujet, l’expérimentation probante des langues nationales dans le système éducatif au début des années 80 est une preuve tangible de leur valeur scientifique et de leur viabilité en tant que solution a l’échec massif et endémique de notre école ;
  • Au niveau éthique et politique, la volonté de faire émerger ‘’l’Ecole Républicaine‘’ tant déclamée, accordant les mêmes chances de réussite à tous et chacun (e), passe nécessairement par-là ! Toute République digne de ce nom se doit de traiter ses citoyens sur un pied d’égalité en leur assurant la possibilité d’accéder dans les mêmes conditions à une éducation de qualité ;
  • L’unité nationale – aujourd’hui malmenée – ne saurait se réaliser sans l’égale dignité de nos langues et cultures …Toutes nos langues ont droit de cité, ont droit au respect en tant que patrimoine national inaliénable ;
  • L’enseignement de ces langues ( maternelles ) nationales à tous nos enfants permettrait, à terme, de briser les barrières linguistiques entre nos populations, de favoriser l’interculturalité entre nos communautés de créer , plus généralement, des conditions plus idoines à l’intégration et au partage de valeurs. Il constitue en fin de compte la voie écourtée vers le développement et l’épanouissement social et intellectuel , la Solution à terme à l’incommunication actuelle entre nos communautés.
    Les FPC constatent avec satisfaction le consensus réel, aujourd’hui plus qu’hier au sein des forces politiques et patriotiques , sur la nécessité de réintroduire dans le Système éducatif toutes nos langues nationales. Le moment est donc venu de traduire dans les faits cet engagement populaire et politique pour, non seulement, faire usage de ces langues dans l’enseignement, mais aussi pour les officialiser le plus rapidement possible. Cette exigence ne saurait plus s’offrir de report.
    Les FPC
    21 fev 2021
Publié le
Catégorisé comme Mauritanie