L ‘«héritage Trump» alambiqué et conflictuel que Biden aura du mal à renverser

joe biden prete serment sur sa bible a washington le 20 janvier 2021 58745896
joe biden prete serment sur sa bible a washington le 20 janvier 2021 58745896


Par Marseille News .net – 24 janvier 2021 | Par . / Javier Martín

15 minutes. La forte présence de la Russie et de la Turquie en Libye, la guerre en Méditerranée orientale et les efforts du Maroc, son principal allié dans la région, pour devenir la puissance régionale, ont fixé l’agenda de l’administration Biden en Afrique du Nord, où les experts estiment qu’elle n’introduira que des changements “mineurs et lents”, qui “tarderont” et seront conditionnés par la difficulté de renverser des “pièges comme celui du Sahara occidental” tendu par son prédécesseur.

Federica Saini Fasanotti, chercheuse au Center for Security, Strategy and Technology, estime que le mandat de Donald Trump s’est caractérisé dans ce domaine par un désintérêt, limité à la coopération dans la lutte contre le terrorisme.

A titre d’exemple, il cite son implication limitée dans la guerre en Libye, au-delà de son intervention dans la défaite en 2016 du groupe État islamique (EI), et la réduction des opérations du commandement général pour l’Afrique (AFRICOM).

“Washington pourrait maintenir la politique de désengagement de la Libye. Mais cela donnerait trop de terrain à la Turquie, à la Russie, à l’Égypte et aux Émirats arabes unis (EAU) dans ce pays d’importance géostratégique”, dit-il.

Par conséquent, il considère plus vraisemblablement qu’il sera en mesure de choisir d’élargir son rôle, soit en tant que médiateur de confiance entre les parties, soit en tant que tuteur. Ceci à travers une force multinationale parrainée par l’ONU, pour freiner l’influence des Russes et des Turcs. En outre, «amortir à la fois les tensions intra-européennes (en Méditerranée) et le pouls entre le Qatar et le quatuor arabe».

Pièges irréversibles
Jalel Harchaoui, chercheur pour «l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée», prévient cependant que la politique étrangère de Trump comportait deux phases distinctes dont il faut se souvenir pour comprendre les décisions que son successeur pourrait prendre.

Une jusqu’au départ du secrétaire d’État Rex Tillerson, et de la Défense, James Mattis, «des libéraux républicains en faveur des thèses traditionnelles de politique étrangère, comme l’opposition à la Russie».

Et un autre dirigé par des faucons tels que le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, aligné sur les intérêts régionaux d’Israël et des Émirats arabes unis, qui a conduit à l’offensive du maréchal Khalifa Hafter contre Tripoli en 2019 et a facilité la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, le deux pièges auxquels Biden devra faire face.

«Ces deux problèmes ressortent au cœur (de la politique) en Afrique du Nord, se sont produits sous l’administration Trump et entraîneront des ramifications dans les mois à venir», dit Harchaoui, qui insiste sur le fait que le démocrate a peu de marge de manœuvre pour les inverser. .

Arriver tard en Libye
Le principal point d’intérêt semble la Libye, un pays plongé dans le chaos et la guerre civile. Ceci puisqu’en 2011 l’OTAN a contribué militairement à la victoire des groupes rebelles hétérogènes sur la dictature de Mouammar al-Kadhafi.

Au cours des trois dernières années, grâce à la paresse des États-Unis et à la division de l’UE, la Russie et la Turquie ont multiplié leur influence politique, économique et militaire jusqu’à devenir, avec les Émirats arabes unis et le Qatar, les principaux acteurs d’un conflit désormais multinational.

Des milliers de mercenaires étrangers ont été déplacés. Il a également construit de solides bases militaires: les Turcs à la frontière avec la Tunisie et dans la cité-état de Misrata, et les Russes à Al Gardabiya, Al Youfra et aux alentours de Benghazi.

“Nous savons tous que l’administration Biden est anti-russe. Et qu’elle se rendra compte que la Russie est militairement puissante dans un pays considéré comme le flanc sud de l’OTAN. Nous savons que vous êtes préoccupé par l’Alliance, par la sécurité de l’UE et que vous souhaitez L’expansion russe. Mais elle a des tonnes de problèmes inquiétants qui sont plus urgents », dit Harchaoui.

“Est-il possible pour Biden de changer la politique en Libye? Oui, mais combien de temps cela prendra-t-il? Six ou neuf mois. Un cadeau pour la Russie. Les États-Unis sont en retard, et quand vous êtes en retard, il est plus difficile de déraciner ce qui est enraciné”, prévient-il.

Changement au Sahara
Le chercheur ne pense pas non plus que des changements se produiront dans l’épineuse question du Sahara occidental, malgré la pression de la Russie et de l’Algérie, et il parie que d’autres pays de la région, comme la Mauritanie, suivront la même voie dans les mois à venir.

“Concernant le Maroc, il faut être très réaliste. L’administration Biden va probablement changer sa terminologie, son discours, pour paraître moins provocante face à des pays comme l’Algérie ou le Front Polisario, mais cela ne va pas changer la décision de Trump. Surtout, parce que c’est dans la lignée des Émirats et d’Israël », dit-il.

“Il est important de savoir que la Mauritanie veut suivre la tendance et imiter le Maroc. Surtout à cause de l’influence des EAU, qui depuis janvier dernier ont injecté beaucoup d’argent en Mauritanie”, se souvient-il.

Une tendance partagée par les experts déterminera également les futures politiques des pays européens d’Afrique du Nord et du Sahel, leur véritable frontière sud.