La reprise en main du dossier sahraoui par le CPS de l’UA signe l’échec diplomatique du Maroc

ua cps 12355
ua cps 12355

La reprise en main du dossierdossier sahraoui par le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), qui a tenu cette semaine une réunion consacrée à cette question, signe « l’échec diplomatique et politique » du régime marocain au niveau de l’organisation continentale qu’il a tenté d’exclure du règlement de ce conflit, a estimé jeudi le politiste Mustapha Saïdj.

« Ce sont des Etats influents sur le plan stratégique au sein de l’Union africaine tels que l’Algérie, l’Afrique du Sud et le Nigéria qui ont œuvré à relancer le rôle du Conseil de paix et de sécurité africain, après que le régime marocain a tenté, par des manœuvres et des pots-de-vin, de changer la position de certains Etats africains à l’égard de la question du Sahara occidental », a précisé M. Saïdj dans une déclaration à l’APS.

« Usant de la diplomatie des pots-de-vin, le Maroc a ouvert, dans les territoires sahraouis occupés, des consulats pour des Etats ayant perdu leur droit de vote au niveau de l’UA pour défaut de règlement de leurs cotisations annuelles. Il a ainsi perdu son pari », a expliqué le spécialiste des relations internationales.

Selon lui, « le régime marocain, qui est revenu dans le giron de l’Union africaine pour entraver les projets de règlement et semer la division sur la question du Sahara occidental, a une nouvelle fois échoué aux niveaux diplomatique et politique ».

« Les manœuvres marocaines se sont heurtées à la volonté du peuple sahraoui », a-t-il soutenu, ajoutant que « la cause sahraouie, après les évènements d’El-Guerguerat, entrainant la violation de l’accord de cessez-le-feu par l’armée marocaine, pèse de tout son poids même en dehors de l’Organisation africaine et que le régime marocain tente de couvrir les victoires réalisées par les sahraouis militairement, diplomatiquement et socialement ».

« Il y a une quasi-unanimité au niveau de l’UA qui s’emploie à mettre un terme aux conflits armés pour un continent fondé sur la paix et la croissance conformément à l’agenda 2063 et à trouver une solution juste à la cause sahraouie conformément aux décisions onusiennes, d’autant qu’il y a aussi une volonté pour régler le conflit en dépit des obstacles marocains ».

En conclusion, l’expert en relations internationales a tenu à souligner que « la volonté sahraouie dans tous ses aspects militantistes, militaire et diplomatique est celle qui triomphera à l’avenir ».

Le CPS africain avait tenu, mardi, sa première réunion au niveau des chefs d’Etat et de Gouvernement, sur le Sahara occidental, après la réactivation de son rôle et la récupération du dossier sahraoui que le Maroc tente de l’aliéner en faveur du Conseil de sécurité international.

Dernière colonie en Afrique occupée par le Maroc depuis 1975, le Sahara occidental est inscrit depuis 1963 dans la liste des territoires non autonomes et donc éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU portant déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples colonisés.(SPS)