L’Algérie et le Polisario médiatisent une prétendue guerre contre le Maroc

L'Algérie et le Polisario médiatisent une prétendue guerre contre le Maroc

L’Algérie et le Polisario médiatisent une prétendue guerre contre le Maroc à El Guergarat
UN RÊVE INVENTÉ
4 Janvier 2021 par Marouane Kabbaj – maroc-hebdo

Le destin est allé à l’encontre d’une machination vile, fruit d’une imagination délétère d’une institution militaire algérienne en proie à une guerre de clans. Le directeur de la télévision séparatiste n’a pas voulu diffuser des images de guerres fictives.

Heureusement que le ridicule ne tue pas! Et heureusement que la folie n’est pas contagieuse! Le 27 décembre 2020, l’agence de presse officielle algérienne APS poursuit une série de fake news sous forme de dépêches sur une prétendue guerre menée contre les Forces armées royales à El Guergarat: «Les unités de l’Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont poursuivi, samedi et dimanche, 26 et 27 décembre, leurs attaques ciblant les bases et les positions des forces de l’occupation marocaine, le long du mur de la honte dans la zone d’El-Guergarat, a indiqué dimanche le ministère de la Défense sahraouie dans son communiqué militaire n° 45».

Dans une autre dépêche, APS fait accroire que «l’Armée de libération sahraouie a remporté des victoires importantes et causé des pertes humaines et matérielles à l’occupant marocain».Le pouvoir algérien sombre dans l’hystérie. Il alimente une guerre de désinformation contre le Maroc suite notamment à la décision américaine de reconnaitre la souveraineté du Royaume sur son Sahara et à la consignation de la proclamation du président Trump par le Conseil de sécurité de l’ONU. De guerre, il n’en existe rien sur le terrain.

Rapport de force
Un Etat qui véhicule et encourage les fake news, qui désinforme, qui conspire contre son peuple pour détourner l’attention sur les vraies tares dont souffre un pays chichement riche en hydrocarbures et dont les pétrodollars disparaissent à coup de magie, comment peut-on le qualifier?! Mais le destin en a voulu autrement et est allé à l’encontre de cette machination vile. Le 28 décembre 2020, le Polisario s’est acharné contre le directeur de la télévision séparatiste, Mohamed Salem Labeid, qui, de même que certains sites proches du Polisario, n’a pas voulu se ridiculiser en diffusant des images de guerres anciennes et de jeux vidéos. Le front fantoche l’a accusé de «poignarder l’armée sahraouie dans le dos» en s’abstenant de ne pas diffuser des images de ces «combats héroïques» contre l’armée marocaine. Ce qui s’est passé, c’est que Salem Labeid a envoyé ses équipes pour couvrir ses prétendus combats. Le retour qu’il a reçu est affligeant: il n’y a rien.

La reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara est-elle la seule explication de cette campagne menée contre le Royaume? Non, il se passe quelque chose à l’intérieur de l’institution militaire qui a intronisé, contre la volonté des Algériens, l’actuel président Tebboune. Celui-ci, à peine rentré après une absence, de 45 jours, en Allemagne pour se fait soigner contre le coronavirus, a été pris de court par le clan pro-général Nezar qui a tout fait pour blanchir les siens après un épisode judiciaire qui sentait la vengeance et la liquidation des «symboles» de l’ancien régime Bouteflika.

En effet, la Cour d’Appel Militaire de Blida a acquitté, samedi 2 janvier 2021, Said Bouteflika, frère cadet et ex-conseiller du président déchu Abdelaziz Bouteflika, le général et ancien patron du renseignement, Mohamed Mediene dit Taoufik, son successeur le général Athman Tartag et Louisa Hanoune présidente du Parti des Travailleurs (PT), qui avaient été condamnés à 15 ans de prison pour «complot» contre l’armée et l’Etat. Les chefs d’inculpation «complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité du commandant d’une formation militaire» et «complot dans le but de changer le régime» ont été donc abandonnés. Une décision qui annonce un nouveau rapport de force au sommet du pouvoir.

La guerre des clans au sein de la junte militaire algérienne reprend de plus belle. Et c’est cette guerre à couteaux tirés que le pouvoir, affaibli, tente de cacher par un tamis en livrant, dans ses rêves, une guerre contre le Maroc par mercenaires interposés.

Laisser un commentaire