Le Brésil accroché par la Suisse

Pour son entrée en lice à la Coupe du monde dimanche à Rostov, le Brésil n’a pu faire mieux qu’un match nul contre une vaillante équipe suisse (1-1).

Le match : 1-1

Pour son entrée en lice, le Brésil a eu fort à faire contre la Suisse. La Seleçao, candidate à la victoire finale le 15 juillet prochain, a été tenue en échec par la Nati (1-1). La sélection helvétique avait précisé en amont qu’elle ferait bloc le plus longtemps possible et elle a fait un petit peu plus que cela en allant chercher le but de l’égalisation en deuxième période, à un moment où le quintuple champion du monde ronronnait.

Le film du match

Pourtant, en début de match, le Brésil a été plutôt convaincant. Opposée à une équipe compacte, la Seleçao a insisté sur les côtés, profitant de la grande mobilité de Marcelo à gauche et Willian à droite pour désorganiser l’arrière-garde suisse avant de trouver un partenaire. Si les transmissions vers Gabriel Jesus ou Neymar n’ont pas trop fonctionné, celles vers Paulinho ou Philippe Coutinho ont été plus efficaces. Le premier a obtenu une occasion, presque à bout portant, après dix minutes de jeu. Le second, depuis l’extérieur de la surface, a marqué un but sur une frappe de grande classe à la 20e minute.

Après ce premier but, les Brésiliens ont un peu levé le pied. Les Suisses, un temps sous pression, ont pu construire de nouveau dans la moitié de terrain adverse. Après la pause, même schéma avec des conséquences bien plus néfastes. Sur corner, le seul de la Nati en deuxième mi-temps, Xherdan Shaqiri a trouvé la tête de Steven Zuber et ce dernier a battu Alisson (50e). Le milieu offensif d’Hoffenheim a joué des coudes et des bras pour se libérer du marquage de Miranda, mais aucune faute n’a été relevée par le corps arbitral et le Brésil devait donc repartir à l’attaque.

La Suisse, consciente qu’il n’était pas évident de tirer davantage, s’est repliée dans son camp. Le Brésil a poussé tant bien que mal dans les dernières minutes, profitant d’un petit regain de forme de Neymar, mais il n’a jamais été possible de trouver une position de tir idéale au milieu d’une forêt de joueurs suisses. Le Brésil a donc imité l’Argentine avec un nul pour son entrée en lice. La Serbie, vainqueur du Costa Rica plus tôt dans la journée (1-0) est seule en tête de son groupe. La situation n’est pas dramatique, mais la Seleçao a indiqué qu’elle n’était pas un favori à part. Comme les autres cadors présents en Russie, elle a encore un long chemin à parcourir.

Les joueurs : Coutinho au taquet, Neymar au petit trot

Si Neymar est vu comme la star du Brésil, le Monsieur plus lors de ce premier match se nomme Philippe Coutinho. Le milieu du Barça a ébloui le stade de Rostov avec cette frappe enroulée sublime qui s’est nichée à l’intérieur du poteau gauche de Yann Sommer. Au-delà de son apport offensif, l’ex-joueur des Reds a été propre dans la distribution du ballon (77 passes, 90% de précision).

De son côté, l’attaquant parisien n’a pas eu la vivacité des grands soirs. A sa décharge, les Suisses ont mis le paquet pour le contenir (10 fautes subies). Dans le dernier quart d’heure, il s’est néanmoins montré un peu plus à son avantage. Tite avait prévenu qu’il n’était pas encore «à 100%», on aurait tendance à le croire et donc à lui laisser le bénéfice du doute.