Le Chef de la commission d’enquête: l’Autorité n’interférera pas dans le travail de l’autorité judiciaire (entretien)

Commission d'enquête parlementaire : Première comparution
Commission d'enquête parlementaire : Première comparution

Al-Akhbar (Nouakchott) – Le chef de la commission d’enquête parlementaire, Habib Ould Diah , a déclaré qu’il s’attendait à ce que la voie judiciaire soit totalement indépendante, ajoutant que tout comme l’exécutif ne s’est pas immiscé dans le travail du législatif, c’est une assurance qu’il n’interférera pas dans le travail de la justice.

« Les travaux de la commission d’enquête parlementaire ont pris fin, le rapport a été déposé à l’Assemblée nationale », a déclaré Ould Diah dans une interview publiée par l’hebdomadaire Al-Akhbar Info.

Ould Diah a souligné que le rapport de la commission «a professionnellement exposé et fait abstraction de nombreuses violations administratives et de gestion», et a révélé la nécessité de «réviser au niveau des lois et règlements, et au niveau de la compétence des ressources humaines qui exécutent les tâches de gestion, de contrôle, d’inspection, de contrôle et de réglementation».

Ould Diah a ajouté que les violations révélées par le rapport de la comission « ont reçu une grande attention de la part des médias et de l’opinion publique », le rapport révélant « des déséquilibres structurels dans de nombreux fonctionnements des institutions publiques, que ce soit au niveau des organes de gestion des finances publiques, ou des organes chargés de la surveillance et de l’inspection des fonds publics «

Le chef de la commission d’enquête parlementaire a passé en revue les difficultés rencontrées par la commission au cours de ses travaux, telles que « le grand nombre de dossiers, leur complexité, la nécessité d’une enquête pour disposer d’une expertise juridique et financière avérée et avérée, et l’absence de textes et de procédures contrôlant les travaux des commissions parlementaires d’enquête, en plus du court délai ».

L’entretien a porté aussi sur d’autres sujets, notamment la relation entre les groupes parlementaires de l’Assemblée nationale, à la fois la majorité et l’opposition, et la raison du report de la formation de la Haute Cour de justice.