Le chef de la Diplomatie française achève une courte visite au Burkina

Discours de Jean-Yves Le Drian à Bratislava - « GLOBSEC 2020 Bratislava Forum » - (8 octobre 2020)

-Jean-Yves Le Drian est revenu sur la présence militaire française dans le Sahel et déclaré qu’elle vise à terme de permettre aux pays de la région d’assurer eux-mêmes leur sécurité.
Nadia Chahed – 08.01.2021 AA
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré vendredi à Ougadougou que l’appui de son pays au Sahel, visait à terme, à amener les pays de la région à assurer leur propre sécurité.

Le Drian s’exprimait en conférence de presse au terme d’une rencontre avec le président du Burkina Faso, Jean Marc Kaboré.

La France de concert avec les pays du Sahel, lors du sommet de Pau, le 13 janvier 2020, avait pris engagement de renforcer l’opération Barkhane, de renforcer la présence des Etats sur l’ensemble de leur territoire, et de poser des actions de développement au profit des populations, a-t-il rappelé.

Après la mort début janvier, de cinq de ses soldats au Mali, la France a annoncé qu’elle va « très probablement » réduire les effectifs de sa force Barkhane au Sahel, selon les médias français.

Interrogé sur la question à Ouagadougou, Le Drian a déclaré, que la France et les pays du G5 Sahel vont évaluer les engagements pris lors du sommet de Pau avant d’agir. « Mais à terme la sécurité des pays du Sahel doit être assurée par les pays du Sahel eux même. La montée en puissance de la force du G5 Sahel doit y contribuer », a-t-il indiqué.

« Nous avons décidé à Pau, à la demande des pays de la région de renforcer notre mobilisation conjointe, dans la lutte contre les groupes terroristes. Nous avons enregistré des succès notamment dans la zone des trois frontières, un succès rendu possible par la coopération renforcée entre les forces internationales et la force conjointe du G5 Sahel. Cette mobilisation internationale se poursuit, et s’est intensifiée avec le lancement de coalition internationale pour le Sahel », a ajouté le chef de la diplomatie française.

Il a notamment souligné que la France est déterminée à accompagner le Burkina Faso dans le domaine de la Sécurité et dans sa politique de développement économique et social.

Au Burkina Faso, a-t-il expliqué, dans le domaine du développement, la France intervient dans le cadre du Programme du G5 Sahel, dans le domaine de l’Energie, de l’humanitaire et bien d’autres secteurs.

« Pour faire face aux besoins humanitaires croissants au Burkina Faso, la France a augmenté de façon significative ses engagements financiers. En 2020 l’aide humanitaire française s’élevait à plus de 10 millions d’euro, elle sera renouvelée en 2021 à, cette hauteur », a-t-il dit.

Sur le plan bilatéral, « notre aide à presque triplé entre 2019 et 2020 passant de 2 millions d’euros en 2019 à près de 6 millions d’euros en 2020 ; 4 millions d’euros pour le programme alimentaire mondial et 7 millions d’euros pour soutenir le plan de riposte à la pandémie du coronavirus », a précisé le ministre français.

Peu avant son entretien avec le président burkinabè, le ministre Jean-Yves Le Drian et sa délégation ont rendu visite à l’association burkinabè « Africa Ecologie » spécialisée dans la collecte et le recyclage des déchets, puis la production du « charbon vert ».

Cette association présidée par un jeune burkinabè M. Aziz D. Hema, a été bénéficiaire d’un fond d’appui français à hauteur de plus de 46 millions de F CFA (85 mille dollars).

Burkina Faso- AA/Ouagadougou/Dramane Traoré

Laisser un commentaire