Le DG de la FAO demande une extension de la «Grande Muraille Verte»

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors du Forum d'investissement «Grande Muraille Verte» lors du Sommet «One Planet» sur la biodiversité de 2021.

Le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture demande une extension urgente du projet «Grande Muraille Verte de l’Afrique».

Paris / Rome, le 11 janvier 2021 – Qu Dongyu, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, a appelé aujourd’hui à une extension urgente du programme «Africa Green Great Wall» pour promouvoir la restauration des terres dégradées, créer des emplois et lutter contre le changement climatique.

Le Directeur général a participé au Sommet «One Planet» sur la biodiversité de 2021, organisé par le président français Emmanuel Macron et a prononcé un discours en ligne lors du Forum sur l’investissement de la Grande Muraille Verte. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a également prononcé un important discours lors de la réunion dans lequel il a demandé à ses confrères la création d’un fonds pour la biodiversité.

Le Directeur général a souligné l’engagement de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture en faveur du programme de la Grande Muraille Verte et a souligné que l’organisation coopérait avec les communautés locales du Sahel pour transformer les systèmes alimentaires agricoles et les paysages et restaurer les terres de manière intégrée en fournissant des techniques et en encourageant la mécanisation des méthodes agricoles traditionnelles .

«Au cours des cinq dernières années, nous avons adopté cette approche dans plus de 400 communautés, aidant à restaurer plus de 50 000 hectares de terres dégradées, au profit de près d’un million de personnes», a souligné le Directeur général.

Le plan << Grande Muraille verte >> a été approuvé par l’Union africaine en 2007. Il s’agit du plan phare de l’Afrique pour lutter contre le changement climatique et la désertification, ainsi que pour lutter contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté. L’objectif est de restaurer 100 millions d’hectares de terres d’ici 2030. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a joué un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de projets liés à ce plan.

Le Directeur général a souligné que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture disposait actuellement d’un portefeuille de projets de 238 millions de dollars EU pour soutenir directement les cinq piliers du << Great Green Wall Accelerator >>, et que le montant total des projets soutenant les 11 pays participants au programme << Great Green Wall >> dépassait 1,15 milliard de dollars EU.

Les activités de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture comprennent la fourniture d’une assistance technique au continent africain, de la Mauritanie au Sénégal à l’ouest à Djibouti et au Sahel en Érythrée à l’est pour promouvoir la restauration des terres dégradées.

Le Directeur général a souligné la nécessité de renforcer la coopération entre les organisations internationales, les autorités nationales, le secteur privé et les communautés locales afin de promouvoir l’innovation dans les politiques, les technologies et les modèles d’entreprise et de soutenir les projets sur le terrain.

Le Directeur général a déclaré que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture coopérait avec la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et le Programme des Nations Unies pour l’environnement pour soutenir le projet «Green Great Wall». Cet effort concerté deviendra le travail phare de la «Décennie d’action pour les objectifs de développement durable» et de la «Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030» dirigées conjointement par la FAO et le PNUE. Il a ajouté que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture utilisera également la plate-forme du plan d’action « Main dans la main » pour mettre en œuvre des projets connexes.

«Le programme » Grande Muraille Verte « offre une opportunité historique de protéger la biodiversité et de lutter contre le changement climatique tout en améliorant la sécurité alimentaire », a déclaré le Directeur général.

Dans son discours au forum, le président Macron a félicité l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture pour sa contribution au plan et a appelé à davantage d’actions pour soutenir les projets qui renforcent la sécurité et la stabilité. Le Prince de Galles a suggéré que la « Grande Muraille Verte » pourrait devenir un modèle pour d’autres parties du monde, telles que la région amazonienne, la Grande Barrière de Corail d’Australie et les petits États insulaires en développement.

Ibrahim Thiaw, Secrétaire exécutif de la Convention sur la lutte contre la désertification, a souligné que la « Grande Muraille Verte » peut former une nouvelle voie de développement.

Laisser un commentaire