Le Maroc et l’Algérie refusent une nouvelle guerre au Sahara Occidental

Atalayar Sahara Occidental MINURSO Naciones Unidas e1614629569126
Atalayar Sahara Occidental MINURSO Naciones Unidas e1614629569126


Après les derniers épisodes de tension à El Guerguerat, le Maroc et l’Algérie refusent une nouvelle guerre au Sahara Occidental.

Chacune des parties impliquées dans le différend sur le Sahara occidental a maintenu ses intérêts depuis que la Marche verte a eu lieu il y a 45 ans et que le Maroc occupait le territoire espagnol à cette époque, mais les circonstances ont considérablement changé au cours de cette période.

En particulier ces dernières années, où l’initiative du roi Mohammed VI du Maroc d’accorder une large autonomie à la région sous sa souveraineté a pris du poids et un soutien international, ce qui est plus ou moins évident et a eu un écho plus ou moins public.

Les événements qui ont eu lieu tout au long de l’histoire sont essentiels pour comprendre le contexte de la situation. De la courte mais influente guerre des sables de 1963 entre l’Algérie et le Maroc pour le contrôle du Sahara oriental et de la capitale Tindouf, où l’un des plus grands camps des combattants de l’indépendance sahraouis a été établi. L’intention de l’Algérie, sous l’influence de l’Union soviétique pendant la guerre froide, d’accéder à l’océan Atlantique a été rejetée d’emblée par les États-Unis et l’Europe. La guerre qui a opposé l’armée marocaine au Front Polisario à partir de 1975, qui s’est terminée par un cessez-le-feu en 1991, mais avec des épées levées dans l’arène politico-diplomatique au sein de l’ONU et de sa mission spéciale où la tenue d’un référendum reste la revendication du Front Polisario tandis que le Maroc fait valoir que le recensement n’est pas fiable. Depuis de nombreuses années, près de 200 000 Sahraouis vivent dans les camps avec l’aide internationale, étant retenus en otage par les différents intérêts des dirigeants du Front Polisario; peu, voire aucun, vivent ou ont vécu dans les camps; par l’Algérie et ses groupes de pression où les militaires des deux camps se battaient pour le contrôle; et par le Maroc, qui défend sa souveraineté sur la région et offre une large autonomie comme solution politique, économique et sociale.

Neutralité de l’Espagne

Le gouvernement espagnol continue de maintenir une position historique de prétendue neutralité sur la situation au Sahara occidental ou dans les provinces du sud, comme le gouvernement marocain aime à appeler la région. Cela doit être l’attitude la plus appropriée d’un point de vue diplomatique et conforme aux critères des Nations Unies car l’Espagne a encore une certaine responsabilité juridique pour un territoire occupé par le Maroc depuis la Marche verte. À l’heure actuelle, le poste d’envoyé spécial des Nations Unies est vacant depuis mai 2019, à la suite de la démission de l’Allemand Horst Kohler pour des raisons de santé.

Blocus à Guerguerat

Il y a quatre semaines, une certaine tension a de nouveau éclaté alors que le passage frontalier d’El Guerguerat, dans le sud-ouest du Sahara occidental, était coupé du côté mauritanien par une vingtaine de manifestants qui bloquaient quelque 200 camions marocains en empruntant la route qui monte la Mauritanie et l’Afrique de l’Ouest, à environ 38 km au nord de Nouakchott. Cette route, utilisée par le Maroc pour le commerce avec l’Afrique subsaharienne, faisait déjà l’objet de controverses depuis des années. Aujourd’hui, vendredi 13 novembre, des unités de l’armée marocaine sont entrées dans cette bande de terre démilitarisée au sud du Sahara pour briser le blocus routier imposé par ces manifestants du Front Polisario. Sur le terrain, nous avons assisté à une confrontation localisée qui n’a abouti à aucun blessé ni dommage grave pour le moment, seulement un échange de tirs, mais qui a conduit à la énième réitération de la menace du Front Polisario de reprendre la guerre.

Accord versus provocation

Personne ne pense que cette option de guerre est susceptible de se concrétiser en raison de l’énorme inégalité des armements entre les Marocains et le Polisario et aussi parce que l’Algérie ne semble pas disposée à l’heure actuelle à envoyer des troupes et à s’engager dans une guerre aux conséquences imprévisibles, mais avec la certitude presque totale que tout le monde y perdrait.

À Alger, les récents développements politiques ouvrent la voie à un éventuel changement d’attitude face au problème, malgré le fait qu’un bon nombre d’anciens chefs militaires tentent de maintenir la confrontation ouverte dans leur lutte pour le contrôle politique et militaire et pour des avantages économiques . La nouvelle Constitution, approuvée par référendum le 1er novembre et en attente de ratification par le président Abdelmadjid Tebboune, qui a été admis dans un hôpital en Allemagne infecté par la COVID-19, suggère qu’une nouvelle étape politique a commencé en Algérie sous la pression considérable. exercée, semaine après semaine, pour le Hirak, pour le mouvement pacifique de protestation qui amena chaque vendredi des milliers de citoyens dans les rues des villes algériennes pour réclamer la fin du régime installé depuis 25 ans autour d’Abdelaziz Bouteflika. De nouveaux vents de régénération algérienne ont conduit à l’arrestation et à l’emprisonnement de personnalités du monde des affaires, de la gendarmerie et de la politique. La clé réside dans le renouvellement de la direction militaire héritée de la guerre d’indépendance de la France, soutenue par le Front de libération nationale, et dans l’intention du président Tebboune d’assumer la responsabilité de la question du Sahara, jusqu’ici entre les mains du les militaires.

Impact du coronavirus

Quant à la situation actuelle, la pandémie de coronavirus frappe durement l’Algérie et le Maroc, avec un taux d’infection élevé et pas mal de décès, et provoque une crise économique très grave qui, dans le cas de l’Algérie, a aggravé une situation assez précaire avant l’apparition du virus. Depuis des années, des hommes d’affaires des deux pays utilisent diverses plates-formes pour réclamer un accord qui mettrait fin aux différends bilatéraux, permettrait la réouverture de la frontière entre les deux pays au profit de milliers de citoyens voisins et proposerait une position commune sur le une scène internationale qui améliorerait considérablement leurs relations avec l’Union européenne, par exemple. Les organisations économiques et sociales ont quantifié les bénéfices de mettre fin à la confrontation entre les deux grands pays du Maghreb et plus encore en ce moment très sensible, qui nécessite toute la collaboration possible pour surmonter les dégâts causés par le coronavirus, et ceux qu’il peut continuer causer.

Tindouf

Bien sûr, les milliers de Sahraouis qui vivent dans des conditions très précaires dans les camps depuis des années ont beaucoup à dire, mais la réalité de ces derniers temps est que la grande majorité de ces personnes se sont découragées, avec de graves problèmes dans leur vie quotidienne. et souffrant de conditions de vie subhumaines, des difficultés qui conduisent au désespoir de nombreux jeunes qui tracent le chemin de l’actuel chef de file de Daech au Sahel, dans le Grand Sahara, Adnan Abu al-Walid al-Sahrawi, un Sahraoui de Tindouf camp, qui est devenu un terrain fertile pour le djihadisme islamiste pour recruter des jeunes dans ses rangs.

L’hégémonie politique exercée dans les camps par le Front Polisario a été brisée par la création d’un mouvement politique, Sahraouis pour la Paix, qui est le résultat du mécontentement et de la frustration des Sahraouis dans les camps.

Javier Fernandez Arribas

avec atalayar