Le ministère de la santé a du mal à concilier paroles et actes?

02 04 2020 S 0000012 e1614310239398
02 04 2020 S 0000012 e1614310239398

Le ministère de la santé a du mal à concilier paroles et actes? Le ministère de la santé en Mauritanie vit  un chaos gravissime et soulève de nombreuses questions dont celles de savoir quand les autorités concernées garantiront  un degré de transparence dans la gestion de la crise et la lutte contre la corruption;  en évitant les nominations par complaisance.

Et quand est-ce qu’un contrôle rigoureux sera imposé pour éviter à l’accoutumée que des centaines de millions partent chaque année dans les poches du ministre et ses collaborateurs?

En coulisse, plusieurs décideurs de santé évoquent l’absence d’une volonté sincère pour affronter ces problèmes, indiquant que c’est le retour en force de l’ère Taya.

Directeur de la protection sanitaire, coordinateur des programmes de santé puis directeur de la Planification, de la coopération et des statistiques au MSAS entre 2000 et 2004, l’actuel ministre de la Santé faisant face à un flot de critiques multiplie les déclarations pour démentir une triste réalité.

Près de deux ans après l’apparition d’un premier cas  Covid-19 en Mauritanie et plusieurs décès  plus tard, Dr Mohamed Nedhirou HAMED fait face à un défi avant une troisième vague, une quatrième et une cinquième: réussir la campagne de vaccination pour enfin préserver ses pouvoirs et ses avoirs.

Jeudi, le ministre de la Santé préside à la Haute autorité de la presse et de l’audiovisuel (HAPA) une journée au profit des médias sur «La couverture de la pandémie de Covid-19».

A l’issue de cette sortie, Mohamed Nedhirou HAMED  reviendra sur les stratégies de riposte. Les mêmes qui, aujourd’hui, lui valent de lourdes critiques  de la part de ses confères économistes et spécialistes de la santé.

Se demandant comment un ministre qui a du mal à concilier paroles et actes et ayant déjà perdu la bataille des gants peut-il gagner celle des vaccins ?

Dr Mohamed Nedhirou HAMED a affirmé en ce sens que son département est prêt à stocker et distribuer 30% de ses besoins en vaccins Covax. Et pour cause! Le ministre a enfin tenter d’expliquer, à qui veut le croire, que l’initiative Covax adopte des critères sélectifs pour classer les pays bénéficiaires du vaccin et que ces critères ont mal placé la Mauritanie sur la liste des pays bénéficiaires.

Publié le
Catégorisé comme Mauritanie