Le ministre de l’Intérieur à propos de l’évaluation des mesures préventives

20 01 2021 4569875
20 01 2021 4569875

Le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, M. Mohamed Salem Ould Merzoug a indiqué que le comité interministériel chargé du suivi de la pandémie du Coronavirus est le seul habilité à évaluer les mesures de prévention en cours et à présenter des propositions au Gouvernement, bien que celles-ci mesures ont déjà donné d’excellents résultats comme nous indiquent les chiffres.

Le ministre s’exprimait, mercredi, au cours d’une conférence de presse commentant les travaux du conseil des ministres, en compagnie de son collègue de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’information et de la communication, porte-parole du Gouvernement, M. Sidi Ould Salem.

Il répondait à une question se rapportant à la levée éventuelle ou de réduction des heures du couvre-feu par le gouvernement.

La conférence a vu, également, la participation du ministre du développement rural, M. Dy Ould Zein.

Le Porte- parole du Gouvernement a précisé que le Conseil a examiné et adopté un certain nombre de projets de lois, de décrets et suivi d’importantes communications, dont un projet de loi fixant le statut particulier du personnel de la sécurité civile et un second portant création, organisation et fonctionnement du Groupe Polytechnique.

Il a ajouté que le conseil a suivi une communication relative à la dynamisation de l’école nationale de formation et de vulgarisation agricole de Kaédi.

Répondant à une question relative au recrutement des fournisseurs et prestataires de services de l’enseignement, le ministre de l’enseignement supérieur a précisé que chaque pays possède son système d’emploi et celui de l’accès à la fonction publique.

« L’intégration à la fonction publique nécessite l’acquisition d’un diplôme et la réussite dans un concours, suivi d’une formation. Toute violation de ces critères expose notre système éducatif à davantage de dysfonctionnements ».

Commentant le projet de loi portant Statut des Personnels de la Sécurité Civil, le ministre de l’intérieur et de la décentralisation a précisé que le texte vise la protection des citoyens et de leurs biens et la gestion des crises, toutes formes confondues.

Il a ajouté que projet de loi a pour but d’adapter la sécurité civile aux nouvelles mutations que connaît la société mauritanienne en matière de croissance démographique.

« L’exposition démographique constatée dans nos villes de l’intérieur et l’accroissement des activités industrielles figurent parmi les raisons qui ont conduit le gouvernement à la prise de cette décision qui va dans le droit vil du programme du Président de la République ».

Au sujet des avantages de la réforme introduite par le nouveau texte, le ministre a précisé que le statut sera renforcé pour toucher tous les services de la sécurité civile sur l’ensemble du territoire national.

Il a noté que l’année en cours verra la création de nouvelles directions régionales dans les wilayas de Guidimakha, de Tiris-Zemmour et du Tagant, en plus de deux centres de sauvetage maritime à Nouakchott et à Nouadhibou.

« Le second volet de la réforme de la sécurité civile porte sur l’acquisition des équipements adaptés au renforcement de la protection civile, en plus de la formation des sous-officiers et agents de la sécurité civile aptes à lutter efficacement contre les catastrophes et calamités qui peuvent survenues dans le pays ».

Pour sa part, le ministre du Développement rural a déclaré avoir présenté une communication relative à la dynamisation de l’École Nationale de Formation et de Vulgarisation Agricole (ENFVA) de Kaédi dans le but de satisfaire les besoins du pays et des investisseurs dans les domaines de l’élevage et de l’agriculture pour l’offre d’une main d’œuvre qualifiée.

« Nous allons procéder au recrutement de dix-huit ingénieurs et instructeurs dans les différentes spécialités pour la formation de 300 étudiants entre technicien et technicien supérieur ».

Le ministre a précisé que la dynamisation de l’ENFVA s’inscrit dans le cadre du volet du programme du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazwani, relatif à la promotion du secteur rural.

Il a ajouté que l’école assure la formation dans trois spécialités dans lesquelles le pays acquise un déficit considérable en ressources humaines, à la savoir, la santé animale, le génie rural et la protection de l’environnement.

Répondant à une question relative à la hausse des prix de la volaille importée sur le marché local, le ministre a précisé que le monopole est à l’origine de cette montée des prix et réitéré que la Mauritanie est le premier pays de la région à interdire l’importation de la volaille des pays qui connaissent l’apparition de la grippe aviaire.

Il a enfin précisé que l’État a dépêché une mission pour enquêter sur la santé des poulets sur le territoire national.

Publié le
Catégorisé comme Mauritanie