Le nombre de franchissements illégaux est le plus bas depuis 7 ans.

© ELVIRA URQUIJO A./EPA/MAXPPP Des migrants arrivent au port d'Arguineguin, dans les îles Canaries, après avoir été secourus par l'Espagnol Salvamento Maritimo alors qu'ils contournaient l'île à bord de pirogues, le 7 novembre 2020.
© ELVIRA URQUIJO A./EPA/MAXPPP Des migrants arrivent au port d'Arguineguin, dans les îles Canaries, après avoir été secourus par l'Espagnol Salvamento Maritimo alors qu'ils contournaient l'île à bord de pirogues, le 7 novembre 2020.

Les détections de franchissements illégaux de frontières le long des frontières extérieures de l’UE ont chuté de 13% l’année dernière à environ 124000, le plus bas depuis 2013.

Cela est attesté par les données de l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, Frontex, rapporte « Evropeyskaya Pravda ».

L’agence note que la diminution est en grande partie due à l’impact des restrictions imposées par divers pays après le début de la pandémie de coronavirus.
En 2020, la plupart des tentatives illégales de franchissement des frontières de l’UE ont été faites par les Syriens, suivis des Marocains, des Tunisiens et des Algériens.

Malgré la croissance en début d’année, la Route des migrations de la Méditerranée orientale a finalement connu la plus forte baisse des arrivées, chutant de plus des trois quarts à environ 20 000.

Les passages illégaux des frontières dans la région de la Méditerranée occidentale ont diminué de 29% pour s’établir à 17 000 environ.

Pendant ce temps, les îles Canaries ont enregistré un nombre record d’arrivées de migrants sur leurs côtes en 2020, en grande partie en raison d’une augmentation significative au cours des quatre derniers mois de l’année. Au total, plus de 22 600 passages illégaux de frontières ont été détectés le long de la route migratoire ouest-africaine, huit fois plus que l’année précédente. Il s’agit du taux le plus élevé depuis que Frontex a commencé à collecter des données en 2009.

Les passeurs utilisaient souvent de gros bateaux de pêche capables de transporter plus de personnes en provenance de pays d’Afrique de l’Ouest tels que la Mauritanie, le Sénégal et la Gambie.

Davantage de migrants ont choisi la route de la Méditerranée centrale. Dans l’ensemble, le nombre d’arrivées illégales en Méditerranée centrale a presque triplé pour atteindre plus de 35 600, ce qui represente en fait la voie de migration la plus active vers l’Europe.