Les États-Unis accusent un extrémiste indonésien dans les attentats de Bali en 2002

le candidat democrate joe biden sest montre tres confiant lors de sa prise de parle ce mercredi alors que les depouillements se poursuivent dans plusieurs etats cle. kevin lamarque reuters e1610026731175
le candidat democrate joe biden sest montre tres confiant lors de sa prise de parle ce mercredi alors que les depouillements se poursuivent dans plusieurs etats cle. kevin lamarque reuters e1610026731175

Les procureurs militaires américains ont déposé des accusations formelles contre un extrémiste islamique indonésien et deux autres dans les attentats de Bali de 2002 et l’attaque de Jakarta en 2003, a déclaré jeudi le Pentagone.

Les accusations ont été déposées près de 18 ans après la capture des trois en Thaïlande et après que chacun ait passé plus de 14 ans dans la prison militaire américaine de Guantanamo Bay, à Cuba.

Le premier inculpé était le militant indonésien Riduan Isamuddin, mieux connu sous son nom de guerre Hambali, le chef du groupe djihadiste indonésien Jemaah Islamiyah et qui aurait été le principal représentant d’Al-Qaïda dans la région.

Le groupe, avec le soutien d’Al-Qaïda, a mené des attentats à la bombe dans des boîtes de nuit touristiques à Bali le 12 octobre 2002 qui ont fait 202 morts, et l’attaque du 5 août 2003 contre l’hôtel JW Marriott à Jakarta qui a fait 12 morts et des dizaines de blessés.

Les deux autres personnes inculpées, les ressortissants malaisiens Mohammed Nazir Bin Lep et Mohammed Farik Bin Amin, étaient les principaux collaborateurs de Hambali à Jemaah Islamiyah qui avaient suivi une formation par Al-Qaïda, selon les documents de l’affaire Guantanamo.

“Les accusations incluent complot, meurtre, tentative de meurtre, causant intentionnellement de graves blessures corporelles, terrorisme, attaque de civils, attaque de biens civils, destruction de biens et complot après coup, le tout en violation du droit de la guerre”, a déclaré le Pentagone dans une déclaration.

On ne sait pas pourquoi, après des années de retard, les accusations portées devant le tribunal militaire de Guantanamo ont été annoncées jeudi.

En 2016, la candidature de Hambali à la libération de Guantanamo a été rejetée parce que, selon les procureurs, il représentait toujours “une menace importante pour la sécurité des États-Unis”.

Les accusations ont été annoncées le premier jour complet de l’administration du président Joe Biden.

Lorsque Biden était le vice-président de Barack Obama, ils ont cherché, mais n’ont pas réussi à fermer la prison gérée par la marine à Guantanamo et ont libéré ou jugé les prisonniers restants devant des tribunaux civils américains.

Lisez aussi: Une nouvelle politique antiterroriste fait craindre une chasse aux sorcières

Le successeur d’Obama, Donald Trump, n’a montré aucun intérêt pour Guantanamo et ses détenus, parmi lesquels Khalid Sheikh Mohammed, figure de premier plan d’Al-Qaïda et planificateur d’attentats du 11 septembre.

Peu de progrès ont été réalisés sur le statut des 40 détenus qui y sont restés.

À son apogée, environ 780 détenus de la «guerre contre le terrorisme» étaient détenus dans le camp. La plupart ont été renvoyés dans leur pays.

nouvelles du monde