Les Marocains choisissent une nouvelle route

image migrants e1609440212676
image migrants e1609440212676

Les Marocains choisissent une nouvelle route
Migration vers l’Europe- Les jeunes ne se rendent plus en Europe via le détroit de Gibraltar, mais via le Sahara occidental et les îles Canaries.

Quand ils arrivent à la plage de Castillo del Romeral à Gran Canaria après un voyage infernal de trois jours, c’est comme une victoire pour ce groupe de Marocains.

Le fait qu’ils soient immédiatement arrêtés par des agents espagnols ne gâche pas le plaisir. Ils sont ravis. Soulagé. Étourdi. En frissonnant, les dix-neuf jeunes hommes attendent les fourgons de police qui les emmèneront au premier refuge des îles Canaries.

L’un des hommes sort de sa poche un passeport vert détrempé. Il essaie de ventiler le document. Un autre montre son permis de conduire marocain. Hamid El Amraoui, né le 01-01-1981 à Kelâat Es-Sraghna, c’est indiqué sur le document. Il indique clairement par la langue des signes qu’il veut appeler chez lui pour dire à sa famille que la première partie du voyage aller simple en Europe a été un succès. «No teléfono», explique l’un des agents espagnols tendus.

Les dix-neuf Marocains font partie d’environ dix mille migrants nord-africains qui se rendront cette année aux Canaries par voie maritime via le Sahara occidental. Une route complètement différente de la route habituelle et plus courte, mais maintenant fermée à travers le détroit de Gibraltar.

Non seulement l’itinéraire est différent, mais le «nouveau» migrant marocain a également un profil différent de celui des «garçons errants» du Rif connus dans le nord de l’Europe. Ils sont au milieu de la vingtaine, ont une certaine expérience de travail et ont souvent un passeport et de l’argent.

Totalement inattendu

Le continent européen est le but ultime. Gran Canaria n’est qu’une escale. Les messages d’encouragement sur Facebook après leur arrivée attirent d’autres jeunes hommes des villes de province comme Kelâat Es-Sraghna, Béni-Mellal et Fkih Ben Saleh. La sécheresse a rendu la récolte des olives là-bas presque impossible. La crise corona a rendu la situation à l’intérieur du Maroc plus désespérée. La part des revenus du tourisme s’est tarie.

Au départ, ce sont principalement des Subsahariens du Mali, du Sénégal et de Mauritanie qui se sont installés dans l’archipel. Corona a changé cela: le Maroc a suspendu son accord avec l’Espagne pour reprendre les immigrés clandestins sans procédure en raison de la pandémie. Ceci au désespoir du gouvernement espagnol. Une réunion entre les Premiers ministres espagnol et marocain est prévue plus tard ce mois-ci.

Ce n’est pas un voyage facile du Maroc rural à Gran Canaria. De Kelâat Es-Sraghna à la ville portuaire de Dakhla est un voyage de 1 500 kilomètres par voie terrestre. Une grande partie de celle-ci passe par le Sahara occidental, une zone annexée par le Maroc depuis 1975. Les Sahraouis ont longtemps résisté à la violence, depuis 1991 un armistice est en vigueur.

Mur de sables de 2700 km de long

Les habitants de la ville côtière de Dakhla ne se plaignent pas. Maintenant que le commerce des calmars est arrêté et que les surfeurs restent à l’écart, les migrants sont une source de revenus bienvenue pour l’armée, la police et le réseau des trafiquants d’êtres humains. Les pêcheurs locaux et le secteur de la restauration en bénéficient également. Un voyage «aller simple» de Dakhla à «la terre promise» coûterait entre 1 500 et 2 000 dollars.

Source: nrc.nl