Les vaccins anti-COVID-19 chinois bien accueillis dans le monde

vaccins anti-COVID-19 chinois

La Turquie recevra son premier envoi de vaccins chinois contre le coronavirus Sinovac dans quelques jours, les tests nationaux préliminaires ayant montré qu’il était efficace à 91%, faisant d’elle le dernier pays à accueillir les percées médicales scientifiques chinoises.

« Nous sommes sûrs que le vaccin est efficace et sans danger pour les Turcs », a déclaré le 24 décembre le ministre de la Santé Fahrettin Koca lors d’une conférence de presse, ajoutant que le taux de protection initial du vaccin est de 91,25% et qu’aucun effet secondaire majeur n’a été observé au cours de ses essais.

Le premier envoi de 3 millions de doses du vaccin chinois devrait arriver en Turquie le 28 décembre après la signature par le gouvernement turc d’un accord portant sur l’achat de pas moins de 50 millions de doses, qui arriveront finalement toutes dans le pays fin février.

Selon M. Koca, qui a ajouté qu’il serait parmi les pionniers qui recevront une injection du vaccin chinois, le principal groupe à vacciner sera le personnel de santé et les vaccins pourraient être appliqués à environ 1,5 million voire 2 millions de personnes par jour.

En Asie, Bahreïn a annoncé le 13 décembre avoir approuvé un vaccin anti-COVID-19 développé par China National Pharmaceutical Group (Sinopharm) et lancé l’enregistrement en ligne de la vaccination pour les citoyens et les résidents. Dans le même temps, un communiqué de l’Autorité nationale de réglementation sanitaire n’a pas précisé quel vaccin sur les deux en cours de développement par Sinopharm avait reçu le feu vert, mais il a cité des données d’essais cliniques de phase III auquel Bahreïn a participé et qui ont montré un taux d’efficacité de 86%.

Le ministère de la Santé de Bahreïn a déclaré dans un communiqué et sur son compte Instagram que les citoyens et les résidents de plus de 18 ans pourront s’inscrire en ligne pour recevoir le vaccin gratuitement.

Les données citées étaient les mêmes que celles annoncées plus tôt ce mois-ci par les Émirats arabes unis sur la base d’une analyse intermédiaire des essais cliniques de stade avancé pour un vaccin inactivé développé par le Beijing Institute of Biological Product, une unité du China National Biotec Group de Sinopharm, ou CNBG.

La Malaisie a pour sa part déclaré que le gouvernement était actuellement en négociations finales avec les fabricants chinois Sinovac et CanSino pour obtenir des doses de vaccin afin de couvrir une plus grande partie de sa population.

« Une journée historique »

En Amérique latine, l’institut brésilien Butantan, géré par l’État, a annoncé le 23 décembre que le vaccin CoronaVac développé par le chinois Sinovac avait atteint les niveaux d’efficacité contre le COVID-19 requis par l’Organisation mondiale de la santé lors d’essais avec 13 000 volontaires brésiliens.

Selon Dimas Covas, directeur de l’institut, les données ont corroboré que le vaccin est « le plus sûr du marché » et a atteint la supériorité en matière d’efficacité requise par l’OMS et l’Agence brésilienne de réglementation sanitaire (Anvisa). « Nous avons atteint le niveau d’efficacité qui nous permet de demander l’enregistrement pour une utilisation d’urgence du vaccin ici et en Chine », a-t-il déclaré, ajoutant « C’est une journée historique pour la science brésilienne en raison de l’espoir que cela apporte aux Brésiliens ».

De son côté, le ministère brésilien de la Santé a dit s’attendre également à disposer d’au moins 150 millions de doses de vaccins anti-COVID-19 au cours du premier semestre 2021, dont un tiers ou plus proviendrait de Sinovac. Arnaldo Medeiros, un responsable du ministère de la Santé, avait pour sa part annoncé le 22 décembre qu’un accord initial visant à acquérir 46 millions de doses du vaccin développé par Sinovac pourrait bientôt être étendu à 100 millions de doses.

Au Mexique, un vaccin anti-COVID-19 développé par le chinois CanSino Biologics sera soumis le 29 décembre pour examen par le régulateur mexicain de la santé Cofepris pour son utilisation, a annoncé le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard.

En Afrique, l’Égypte a reçu le 11 décembre le premier lot de vaccin anti-COVID-19 chinois pour l’aider à lutter contre l’épidémie .

Selon la ministre égyptienne de la Santé Hala Zayed, la priorité dans la distribution du vaccin sera donnée au personnel médical dans les hôpitaux d’isolement, aux personnes atteintes de maladies chroniques comme le cancer et l’insuffisance rénale, et aux personnes âgées, et il sera gratuit. « C’est un jour historique pour recevoir les premières expéditions aériennes du vaccin anti-COVID-19 chinois », a déclaré Mme Zayed lors d’une conférence de presse tenue à l’aéroport international du Caire.

China.org.cn