Mali : manif contre les troupes françaises, Ignorance ou populisme ?

Mali : Sans Tabou: manif contre les troupes françaises, Ignorance ou populisme ?

Certains de nos jeunes compatriotes prévoient une grande manif le 20 janvier 2021, pour réclamer le départ des troupes françaises du territoire malien. Avec à leur tête le jeune bouillant Adama Diarra allias’’ Ben le Cerveau’’ et la sulfureuse Aminata FOFANA, tous actuellement membre du CNT. Ces jeunes ont décidé de ne pas jouer balle à terre contre notre ancienne puissance coloniale, qui pourtant est considérée par les autorités de notre pays comme le premier partenaire de la lutte contre le terrorisme au Mali.

Un paradoxe dans le contexte actuel ou la quasi-totalité du territoire national est sous l’emprise des djihadistes.
Pour « chasser » la France et mettre fin à son système politique au Mali, ils invitent les Maliens à un rassemblement prévu pour ce 20 janvier 2020, à la Place de l’indépendance de Bamako. C’était à la faveur d’une conférence de presse organisée le dimanche dernier, en présence des organisations et associations qui ne veulent plus sentir l’armée française sur notre territoire, dont le mouvement Yéréwoloton. Un sursaut national, pour mettre fin aux boucheries perpétrées par la France dans les zones occupées par les terroristes, qui selon ces francophobes, ne seraient que des mercenaires des autorités françaises pour mettre le pays à feu et sang.
Ignorance ou populisme ? C’est en tout cas la question que la plupart des Maliens qui ne savent comment qualifier l’attitude de ces jeunes qui assistent aux désastres que causent les terroristes depuis 2012 et en rejettent la responsabilité sur la France qui est présente chez nous à la demande des autorités nationales. Pour qui connait les moyens limités de l’armée malienne en logistiques et en ressources humaines, cette sortie de ces associations le 20 janvier pourrait être mise sur le compte d’un populisme de mauvais aloi. Pire, les deux ‘’représentants du peuple’’ dans le CNT seraient-ils les voix discordantes de cette transition ? La preuve : pour afficher la volonté des plus hautes autorités d’être appuyées pour bouter les terroristes hors de notre pays, le Colonel Assimi GOITA a effectué une visite à Bounty en compagnie de l’ambassadeur de la France au Mali.
Par ailleurs, les autorités des deux pays se concertent pour des meilleures stratégies de lutte inclusive contre le terrorisme au Mali.
Mieux, après les assises de Pau, les présidents des pays du Sahel, ont réitéré leur volonté d’être assisté par les troupes françaises.
Rappelons que lors sommet des chefs d’Etat des pays du G5 Sahel en décembre 2019 à Nouakchott, les chefs d’Etats ont exprimé leur reconnaissance à l’égard de l’appui apporté par la France et les Etats-Unis, ainsi que celui de la MINUSMA au bénéfice de la Force conjointe du G5 Sahel. Les présidents des Etats du G5 Sahel ont salué les perspectives de déploiement des premiers soldats de la Force Takuba à l’été 2020, d’une brigade de la Grande Bretagne en appui à la MINUSMA en 2020, et d’un contingent de 3 000 hommes de l’Union africaine. Par la même occasion, les Chefs d’Etat ont apprécié la mise à disposition du Mali, du Burkina Faso et du Niger, d’un soutien en vue de participer à la sécurisation des trois frontières de la Zone Liptako.
A la fin dudit sommet, les Chefs d’Etat ont convenu que le prochain Sommet se tiendra courant 2021 dans un pays du G5 Sahel. Ce qui présage que le Sahel n’est pas prêt à se débarrasser des troupes françaises dans la lutte contre le terrorisme.
En tout état de cause, ces groupuscules ont intérêt à se concentrer sur les vrais problèmes au risque de conduire le pays vers d’autres crises.

PAR CHRISTELLE KONE

https://maliactu.net/mali-sans-tabou-manif-contre-les-troupes-francaises-ignorance-ou-populisme/

Laisser un commentaire