Mauritanie : échec d’une tentative de sortie frauduleuse de plus d’un million de dollars

bateau peche e1611615642497
bateau peche e1611615642497

Les autorités mauritaniennes ont ouvert une enquête à propos d’une tentative de sortir illégalement 1,4 million de dollars à bord d’un bateau de pêche turc, arrêté jeudi alors qu’il s’apprêtait à quitter les eaux territoriales mauritaniennes.

Selon les sources de Sahara Medias, la tentative, c’est un intermédiaire mauritanien travaillant avec les trafiquants qui a alerté les forces de sécurité de l’opération.

L’opération aurait pu se dérouler sans accrocs s’il n’y avait pas eu un malentendu entre les trafiquants et leur intermédiaire mauritanien à propos du montant que celui-ci devait recevoir ce qui l’a amené à alerter les autorités.

Une unité des garde-frontières accompagnée par des gendarmes et des policiers ont immobilisé le bateau et découvert le montant soigneusement caché. Le capitaine de navire a été interpelé et le montant confisqué et remis à la banque centrale de Mauritanie comme le prévoit la loi.

Selon les sources de Sahara Medias ce bateau turc est entré dans les eaux territoriales mauritaniennes en depuis 5 ans, comme navire de pêche appartenant à la société ALFA SERVICE LTD, une société spécialisée dans la fabrication du Moka et de l’huile de poisson.

La société, sur son site électronique, a écrit qu’elle a été inaugurée en 2008 par le premier ministre de l’époque et le ministre des pêches et de l’économie maritime, et qu’elle produisait quotidiennement 150 tonnes, un tonnage porté par la suite à 300 tonnes.

Des sources locales révèlent que la société appartient à un homme d’affaires ghanéen domicilié depuis longtemps à Nouadhibou et dont certaines photos apparaissent sur le site de la société.

Celle-ci possède l’une des plus grandes usines du Moka à Nouadhibou, située au port de la pêche artisanale et avait reçu la visite de l’ancien président Mohamed O. Abdel Aziz, des ministres et de hauts responsables.

La société ALFA SERVICE LTD gère un grand nombre de bateaux étrangers qui, pour les besoins de leur maintenance, se rendent dans leur pays d’origine après avoir achevé certaines formalités auprès des autorités mauritaniennes.

Ce bateau turc, qui fait partie justement de cette flotte étrangère gérée par la société, après avoir accompli ses formalités, s’apprêtait à lever l’ancre avant d’être arraisonnée par les autorités mauritaniennes pour détention et trafic de devises, une affaire dont on sait encore peu de choses.

Selon le correspondant de Sahara Medias à Nouadhibou, citant des sources proches du dossier, la société ALFA SERVICE LTD avait déclaré auparavant que le nom de l’homme d’affaires ghanéen avait été cité dans un dossier de trafic de devises.

Une plainte aurait été déposée contre lui pour sortie illégale d’un montant de 500.000 dollars.

Cette plainte, vieille de trois ans, avait été classée, et aucune accusation n’a été prononcée contre l’homme d’affaires ghanéen, quand bien même l’affaire est restée inscrite dans les archives du tribunal commercial de la ville de Nouadhibou.

Cette tentative de trafic de devises découverte jeudi intervient alors que le covid-19 avait obligé les pays à fermer leurs frontières et à suspendre les vols, n’autorisant à circuler librement que les navires et les cargos.

Sahara Médias