);

ALAKHBAR (Nouakchott) – « Il n’est pas raisonnable que l’Administration (mauritanienne) soit dans une autre langue qui n’est pas l’Arabe. Cela est contraire à la Constitution », a déclaré Sidi Mohamed Ould Boubacar. Le candidat à la présidentielle du 22 juin 2019 appelle – dans ce contexte- les Pouvoirs publics à « respecter les exigences de la Constitution ».

« L’enseignement doit également se baser sur la langue arabe », a ajouté le candidat qui était l’invité de ALAKHBAR – Débats, mardi.

Selon le candidat, « notre identité exige à ce qu’on accorde à la langue arabe sa place définie dans la Constitution «  et  » aux langues nationales leur statut naturel et la valeur qu’elles méritent « .

Sidi Mohamed Ould Boubacar invite les Mauritaniens à faire preuve d’ouverture « en dialoguant avec le monde  « dans notre langue et celle de de l’autre » comme le Français et l’Anglais, « qui sont des moyens de communication avec l’autre« .

La constitution mauritanienne stipule : « Les langues nationales sont : l’Arabe, le Poular, le Soninké et le Wolof. La langue officielle est l’Arabe« 


Source : Alakhbar.info