Maymouna Amidan, une militante associative de Dakhla dévouée aux personnes vulnérables

54493836 69874587
54493836 69874587

Elle s’est imposée, depuis des années déjà, en tant que modèle d’abnégation et de dévouement envers les catégories sociales les plus vulnérables. Il s’agit de Maymouna Amidan, une femme hors pair, débordante d’énergie, de détermination et d’ambition.

En tant que présidente de l’Association “Taiba pour les œuvres sociales”, l’une des associations les plus actives dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, Maymouna Amidan s’est engagée à être au chevet des catégories sociales les plus vulnérables à Dakhla. Après des études primaires et secondaires à Laâyoune et Dakhla, où elle décrocha son baccalauréat en enseignement traditionnel en 1999, Maymouna Amidan obtint, en 2010, un diplôme en jurisprudence malékite, d’une école traditionnelle en Mauritanie.

Native de Laâyoune, cette lauréate de l’Institut “Al Houda Wa Nour” à Chefchaouen, qui a mémorisé le Saint Coran et était considérée comme la plus jeune prédicatrice dans la région en 1992, poursuit ses études supérieures à la Faculté de la chariaa à EsSemara et a déjà travaillé avec des associations et des conseils locaux des ouléma.

Ayant grandi dans une famille qui encourage les œuvres caritatives, Mme Amidan a emboîté le pas à son père, sa première source d’inspiration. “Depuis ma tendre enfance, mon père m’a mise sur la voie de la charité et du dévouement et ses orientations ont porté leurs fruits, puisque j’ai pu mettre en place le premier club de solidarité au sein de mon collège “Allal Ben Abdellah” à Laâyoune », a-t-elle confié à la MAP à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

“Ce sens social, qui persiste depuis ma tendre enfance et le soutien infaillible de ma famille m’ont motivé à m’engager pleinement dans l’action associative, partant du fait que les femmes peuvent jouer un rôle social majeur et s’intégrer dans cette dynamique puisqu’elles sont toujours les plus proches de ce domaine”, poursuit-elle.

Interrogée sur les personnes qui l’ont soutenue dans son parcours associatif, Maymouna Amidan, mère de quatre enfants, indique que le soutien de son mari et ses enfants était d’une grande importance pour mener à bien ses actions associatives. L’Association “Taiba pour les œuvres sociales”, qui comprend environ 428 adhérents, fournit moult services sociaux diversifiés ayant un impact positif sur la population locale, dont l’accompagnement des femmes dans les domaines de l’éducation et de la formation, le soutien aux personnes âgées et la prise en charge des orphelins.

Pour mener à bien ces tâches, ajoute Maymouna Amidan, l’Associa tion “Taiba” dispose d’une cellule qui s’occupe des mères et des enfants en situation difficile, une cellule “Ami du patient”, dont environ 22 personnes bénéficient mensuellement de soins de santé, y compris des séances d’hémodialyse, ainsi que la cellule “Soutien aux personnes âgées” qui bénéficie à 45 personnes en leur octroyant des fournitures médicales et paramédicales, outre le projet “Kafala d’orphelin”, dont bénéficie 44 familles.

Malgré un parcours de combattant, Maymouna Amidan est loin d’être essoufflée. Elle envisage d’enchaîner d’autres initiatives plus importantes les unes que les autres. Il s’agit en l’occurrence d’un programme de mémorisation du Saint Coran pour les filles et d’une opération de distribution de lots de vêtements aux personnes démunies.

“Cette dernière opération est le fruit d’un partenariat entre mon association et le conseil de la région de Dakhla-Oued Eddahab”, tient-elle à préciser. Elle ambitionne aussi, à travers un partenariat avec le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Egalité et de la Famille, dans le cadre du projet d’écoute et d’orientation des femmes victimes de violence, de mettre en œuvre un projet de médiation familiale, visant à fournir gracieusement des consultations et de l’assistance sociale, juridique et médicale à cette catégorie.

Aux côtés de ses activités associatives, Maymouna Amidan s’intéresse à la littérature et à l’écriture. Elle contribue bue régulièrement dans plusieurs magazines, dont le magazine du Conseil local des ouléma, dont elle est membre s’activant en particulier au sein de la cellule des femmes du Conseil. “Je consacre tout mon temps à l’écriture, qui constitue ainsi le centre de mes intérêts. J’ai écrit mon ouvrage (Hams Alqawarir) “Murmures des femmes”, avec lequel j’ai participé au Salon international de l’édition et du livre (SIEL) de Casablanca”, a-t-elle fait savoir.

“En tant que représentante de la région Dakhla-Oued Eddahab, j’ai pu, lors de ce salon, décrocher le Prix devant 24 candidats”, se réjouit-elle, ajoutant qu’elle est sur le point d’achever son deuxième ouvrage. “Les femmes sont capables d’exceller dans tous les domaines”, a affirmé cette militante associative, estimant qu’elles doivent avoir de la volonté, de l’ambition, et de la patience pour réaliser leurs rêves et concrétiser leurs projets. Consacrée “Icône de l’action sociale” en 2018 et 2019, Maymouna Amidan ne cesse d’appeler les femmes marocaines en général, et celles des provinces du Sud en particulier, à saisir les opportunités qui s’offrent à elles, afin de promouvoir leurs conditions socioéconomiques, tout en saluant les efforts louables accomplis par le Royaume dans le domaine de la parité et de l’égalité des sexes à tous les niveaux.

Libé

Dimanche 7 Mars 2021

Source :

https://www.libe.ma

Publié le
Catégorisé comme Maroc