Nicolas Sarkozy condamné à la prison pour corruption et trafic d’influence

32541747 4587447
32541747 4587447

Nicolas Sarkozy, l’ancien président français a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis, pour corruption et trafic d’influence, par un tribunal de Paris ce lundi.

Les magistrats du tribunal de Paris ont reconnu Nicolas Sarkozy coupable d’avoir proposé un poste prestigieux à Monaco au procureur Gilbert Azibert, en échange de renseignements sur une enquête en cours

portant sur des dons en espèces qu’aurait obtenu Nicolas Sarkozy auprès de la femme la plus riche de France, Liliane Bettencourt, pour financer sa campagne présidentielle de 2007.

L’avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, et l’ancien magistrat Gilbert Azibert ont également été condamnés ce lundi à la même peine pour corruption, trafic d’influence et dissimulation d’atteinte au secret professionnel.

« Ils étaient parfaitement conscients du caractère frauduleux de leurs actes », a déclaré la juge Christine Mée citée par la radio nationale France Info. « La justice a su se démarquer des pressions manifestes qui ont été exercées au regard des attaques qui ont été portées contre le Parquet national financier », a réagi Cécile Mamelin, membre du bureau national de l’Union syndicale des magistrats (USM), sur Franceinfo peu après l’annonce du verdict.

« Le premier devoir d’un président de la République, c’est de respecter ce qu’on appelle la séparation des pouvoirs. Ce qui n’a pas été le cas pour Nicolas Sarkozy. C’est ce que vient de reconnaître le tribunal. », a-t-elle ajouté.

Âgé de 66 ans, Nicolas Sarkozy est le deuxième ex-président de la Ve République à être condamné pour corruption après la condamnation de Jacques Chirac en 2011 dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris. Il a nié à plusieurs reprises tout acte répréhensible.

Selon la loi française, Nicolas Sarkozy, qui a présidé la France de 2007 à 2012, n’est pas obligé de purger sa peine en prison pouvant être placé sous bracelet électronique et il a dix jours pour faire appel de la décision.

French.china.org.cn