Catégories
A la une

Le candidat Biram Dah Abeid promet un ministère de l’élevage dont le siège sera établi à Néma

Le candidat à l’élection présidentielle du 22 juin 2019, M. Biram Dah Abeid s’est engagé à créer un ministère appelé ministère du développement de l’élevage dont le siège, a-t-il dit, sera établi à Néma et à créer un conseil local pour les éleveurs chargé d’étudier toutes les questions de développement local dans la wilaya, en tant que wilaya agropastorale marginalisée et souffrant d’un manque d’intérêt pour la richesse animale, du fait, selon lui, de l’inexistence d’usines et de politiques rigoureuses pour la préservation de cette richesse.

Ces propos ont été tenus lors d’un meeting électoral au cours duquel il a expliqué les grandes lignes de son programme électoral.

Il a à l’occasion passé en revue l’histoire de sa lutte contre les régimes pour libérer, selon lui, le peuple mauritanien,précisant qu’il a été emprisonné 4 fois durant le règne du régime actuel et que cela ne l’a pas empêché de dire la vérité à l’intérieur et à l’extérieur de la prison et d’œuvrer pour changer la situation qu’il a qualifiée de déplorable à tous les niveaux.

Précisant que toutes les couches du peuple mauritanien sont victimes de la marginalisation, de l’arbitraire et de l’inégalité, ce qui l’a poussé, a-t-il dit à se dresser contre cette situation à égale distance de toutes les couches.

Remerciant les populations de la ville de Néma pour l’accueil qu’elles lui ont réservé et pour leur présence au meeting malgré les conditions climatiques difficiles.

Il a enfin appelé les populations à saisir l’occasion qui leur est offerte pour, selon lui, permettre un changement pacifique et voter pour lui le 22 juin 2019 dans le but, selon son expression, de changer la situation du pays pour un avenir meilleur.

Catégories
Mauritanie

Le candidat M. Mohamed Lemine Mourteji wavi s’informe sur la sensibilisation des électeurs.

Le candidat aux élections présidentielles du 22 juin courant, M. Mohamed Lemine Mourteji wavi, a visité les sièges de sa campagne à Nouakchott pour s’informer sur le niveau de sensibilisation des électeurs.

Ses différents déplacements lui ont permis de visiter le siège principal de Tevragh-Zeina et ceux du Ksar et d’Arafat.

Le candidat a exhorté, au cours de ses visites, les superviseurs à redoubler d’efforts en vue d’attirer le maximum d’électeurs pour voter en sa faveur le 22 juin courant.

Catégories
Mauritanie

Présidentielle : C’est parti pour deux semaines de promesses et de vacarmes!

Le coup d’envoi de la campagne présidentielle pour le scrutin du 22 juin a été donné, ce 7 juin, à OOh. C’est donc parti pour deux semaines de promesses et de vacarmes dans les villes et villages, durant lesquelles les six candidats vont tenter, avec des moyens et stratégies différentes de convaincre les citoyens à voter pour leur programme. Des citoyens dont beaucoup ont perdu confiance en les promesses de leurs politiques, parce qu’une fois élus, souvent grâce à leur argent, pressions ou intimidation, ceux-ci  les oublient vite. Du coup, les politiques souffrent de l’absence de crédibilité. Ce n’est pas hélas qu’en Mauritanie, cela sévit partout.

Dans leurs discours, les différents  candidats ont évoqué les grandes lignes de leur programme électoral, de  leur rêve pour la Mauritanie. Un constat se dégage de leurs propos : tous sont d’accord sur l’urgence de  combattre les maux dont souffre ce pays : injustice, corruption, népotisme, clientélisme, unité nationale dont on parle mais sans prendre de mesures réelles pour éradiquer le communautarisme,  absence d’équité dans la répartition des revenus tirées des ressources du pays, la question foncière…

Mais tous divergent, à quelques degrés près, sur les modes d’actions.

Consolider les acquis et poursuivre le processus

Le candidat Oulda Ghazwani ayant choisi de lancer sa campagne à parti de la capitale économique du pays, Nouadhibou en présence de l’actuel président, a d’abord  prêché  la consolidation des acquis d’Ould Adbel Aziz, à qui il a d’ailleurs rendu hommage pour avoir respecté la Constitution limitant le mandat présidentiel à deux, pour avoir assuré, dix années durant  la sécurité et la stabilité du pays, pour avoir modernisé  le pays à  travers de nombreuses réalisations. Il s’est engagé à assurer la sécurité et la stabilité du pays.

 Il a ensuite promis au Mauritaniens  un programme alliant « réalisme et ambition». A boire et à manger dedans ! Réalisme et ambition pour le processus enclenché depuis un certains août 2008. Il a enfin demandé  à ses compatriotes de lui donner l’occasion de les  servir et de servir la Mauritanie. A méditer ! Il aurait pu quand même ajouter « et non se servir ».  Comme on l’a vu au cours de la dernière décennie.

Rupture

Autre son de cloche du côté des candidats de l’opposition.

Ould Boubacar, Ould Maouloud, Kane et  Biram ont de leur côté prôné une rupture totale avec le règne finissant d’Ould Abdel Aziz. Pour eux, le changement c’est maintenant, comme le prône le slogan de SMOB, et cette présidentielle offre, plus que jamais l’occasion d’opérer une véritable rupture dans la conduite des affaires du pays. Une occasion de tourner la page des kakis à multiples poches. Une ère des militaires qui a vu nouer un pacte avec la corruption, le clientélisme, les détournements de deniers publics, le tribalisme, le régionalisme, le racisme, la pauvreté, l’injustice, le communautarisme. Une ère qui a vu l’unité nationale et la question de la cohabitation s’exacerber.

Pour conjurer  tous ces maux, les candidats proposent une alternative.

Pour sa part, SMOB, après   avoir décrit un tableau sombre de la situation du pays, déploré l’absence de vision des dirigeants des dix dernières années, le non respect des engagements pris lors de la transition de 2005 – 2007 et donc la déception des mauritaniens, préconise un projet communautaire capable de restaurer la dignité du pays. Une ambition qui passe par la mise en palce d’un contrat social basée sur les valeurs islamiques  et les exigences de la justice sociale. Deux urgences sont à assurer selon lui : le changement dans la stabilité. Du «réchauffé » diront ses détracteurs parce que ce fut jadis le slogan de du président Ould Taya à qui il a servi de premier ministre. Dans son programme, SMOB propose dix engagements pour remettre le pays sur les rails.

Pour sa part, Dr. Mohamed Ould Maouloud, candidat de la coalition des forces de changement démocratique estime que le processus de changement est désormais enclenché,  que les signes sont perceptibles et que  personne ne pourrait l’enrayer, que c’est de la responsabilité de toutes les forces du changement. Il a dénoncé le pillage organisé des ressources du pays depuis dix ans.

Après avoir décliné les grands axes de son programme, centré essentiellement sur les couches les plus démunies du pays, Ould Maouloud promet de dissoudre l’assemblée nationale et d’organiser des élections inclusives.   

Enfin de leur côté, Dr, Kane Hamidou Baba, candidat de la Coalition Vivre Ensemble et le candidat  Biram Dah Abeid ont dénoncé l’exclusion de la composante noire de l’ensemble des sphères de décisions politiques et économiques, des forces armées et de sécurité. Ils ont promis de bâtir un état de droit où seront respectés tous les droits des citoyens, où tous se sentiront pleinement citoyens à part entière dans leur pays. Ils se sont également  engagés à bâtir un état de droit fort, avec des institutions fortes, garantes de la liberté et de la diversité des mauritaniens. La consolidation de l’unité nationale dans le respect de la diversité culturelle et ethnique  du pays, la cohésion sociale et l’équité dans la répartition des profits tirés des ressources du pays et la discrimination positive sont leurs principales préoccupations.

http://www.lecalame.info/?q=node/8839

Catégories
A la une

Tempête Miguel : « immense émotion » chez les sauveteurs en mer après la mort de trois marins de la SNSM

Les conditions météorologiques très dégradées liées à la tempête qui balaie le littoral vendéen ont fait chavirer une embarcation de la Société nationale de sauvetage en mer.

Trois sauveteurs de la Société nationale du sauvetage en mer (SNSM) ont péri, vendredi 7 juin, lors d’une opération de secours au large des Sables-d’Olonne (Vendée).

Issus du milieu de la mer, les deux quinquagénaires et un de leurs compagnons, âgé de 37 ans, étaient membres d’un équipage de sept sauveteurs bénévoles de la station locale ; leurs quatre collègues sont parvenus à regagner la terre ferme à la nage où ils ont été pris en charge par les pompiers du SDIS 85.

Vendredi, en fin de matinée, les sept sauveteurs avaient embarqué sur le SNS 061 Jack Morisseau, un canot tout temps (CTT). Dépêché par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Etel chargé de la zone, ce navire de 17 mètres avait appareillé pour tenter d’aider le Carrera – un bateau de pêche de 11,50 mètres qui venait de déclencher sa balise de détresse – à regagner son port d’attache des Sables-d’Olonne.

Mais le Jack Morisseau s’est retourné à environ 1,5 km de la côte alors que sévissait sur la zone un vent de sud-ouest de 41 nœuds (75 km/h) soulevant une mer forte avec des vagues de 2,50 mètres à 4 mètres. Dans ces conditions météorologique très dégradées, liées à la tempête Miguel qui balaie le littoral français depuis la nuit de jeudi à vendredi, le département de la Vendée était placé en alerte orange.

Piégés « à l’intérieur du canot »

Selon la préfecture maritime, les victimes ont été piégées « à l’intérieur du canot », qui n’était pas autoredressable. Le patron du chalutier – dont plusieurs sources ont indiqué qu’il n’était pas seul à bord – est, lui, porté disparu. Trois hélicoptères de la gendarmerie, les pompiers et la marine ont survolé et quadrillé la zone pour tenter de repérer les victimes mais ces moyens aéromaritimes n’ont permis que de localiser des débris en surface et un canot de survie vide. Le Carrera restait vendredi soir introuvable.

Les autorités préfectorales ont déclenché le Plan Novi nombreuses victimes et le Plan blanc. Le ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy, s’est rendu sur place. Dans l’hémicycle silencieux de l’Assemblée nationale, la ministre chargée des transports, Elizabeth Borne, a exprimé ses condoléances et sa compassion aux familles des sauveteurs et du pêcheur disparus.

« Les CTT sont insubmersibles mais pas tous autoredressables, explique Marc Sauvagnac, directeur général de la SNSM. C’est pour notre association le drame le plus important depuis celui de l’Aber Wrach dans le Finistère en août 1986 qui avait coûté la vie à un équipage de cinq hommes engagés pour porter secours à un voilier en difficulté. »

M. Sauvagnac indique que le Jack Morisseau était le « bateau de réserve » de la station. Construit en 1986, il a été remplacé en 2016 par un autre navire, qui nécessitait une opération de maintenance vendredi. Selon lui, le Jack Morisseau était néanmoins « parfaitement opérationnel pour le sauvetage ».

Tragique disparition

« Cette disparition tragique provoque une immense émotion dans la famille des sauveteurs en mer », a déploré Xavier de la Gorce, président de la SNSM, dans un communiqué. Le parquet des Sables-d’Olonne a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort.

Née en 1967 de la fusion de la Société centrale de sauvetage des naufragés (SCSN), proche de l’Etat, et de l’institution de sauvetage des Hospitaliers sauveteurs bretons, la SNSM est une association reconnue d’utilité publique. Elle assure gratuitement des opérations de sauvetage en mer grâce au concours d’environ 8 000 bénévoles formés au secourisme.

Destinés aux secours hauturiers, les CTT – au nombre de 41 pour tout le pays – sont les plus grandes unités de la gamme des navires de la SNSM, qui compte aussi 180 vedettes de sauvetage, trente-deux bateaux semi-rigides, ainsi que des canots pneumatiques et des jet-skis. Plus de 3 000 sauveteurs embarqués bénévoles interviennent en cas de détresse ou d’incident en mer jusqu’à 20 milles nautiques de la côte à partir des 187 stations de sauvetage permanents et des trente et une saisonnières de l’association.

Coordonnée par les Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (Cross), la SNSM dépend largement de la générosité publique. Elle est financée à 80 % par des ressources privées issues de dons de 100 000 particuliers et d’entreprises mécènes. Les subventions annuelles qui lui sont allouées par l’Etat ont cependant triplé depuis 2013, passant de 2 millions d’euros à 6 millions d’euros par an.

Des ouragans puissants

Patricia Jolly

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/07/tempete-miguel-immense-emotion-chez-les-sauveteurs-en-mer-apres-la-mort-de-trois-marins-de-la-snsm_5473326_3244.html?xtor=RSS-3208

Catégories
Sport

Federer emporté par Nadal… et le vent !

Pour la 12e fois et pour un 12e sacre, Rafael Nadal est en finale de Roland-Garros : en demi-finale hier, le maître des lieux a mis fin au retour de Roger Federer sur la terre battue parisienne. Sous les assauts de nombreuses et violentes rafales de vent, Nadal a dominé le 39e épisode de sa mythique rivalité avec Federer (6-3, 6-4, 6-2) en un peu moins de 2h30 de jeu. Il s’agit de la première victoire de Nadal face à Federer depuis plus de cinq ans, à l’Open d’Australie 2014, et « Rafa » mène désormais 24 à 15 dans leurs confrontations.

En finale, demain, Nadal (n° 2) affrontera Novak Djokovic (n° 1) ou Dominic Thiem (n° 4), dont la demi-finale a été reportée à aujourd’hui après avoir été deux fois interrompue par la pluie. Avant le report du match, Djokovic et Thiem se trouvaient à égalité une manche partout (2-6, 6-3), puis 3 jeux à 1 pour Thiem au 3e set.

Dans le tableau féminin, aucune des quatre joueuses en demi-finales n’avait jamais atteint le dernier carré à Roland-Garros, ni connu de finale de grand chelem. Ce sont finalement Ashleigh Barty (23 ans), revenue au tennis il y a trois ans après une incursion dans le cricket, et Markéta Vondrousová (20 ans à la fin du mois), qui se disputeront la Coupe Suzanne-Lenglen aujourd’hui. La première a renversé Amanda Anisimova (6-7 (4-7), 6-3, 6-3). La seconde a, elle, écarté Johanna Konta (7-5, 7-6 (7/2)) pour devenir la plus jeune joueuse à se qualifier pour une finale en grand chelem depuis dix ans et Caroline Wozniacki à l’US Open 2009. Quelle que soit l’issue de la finale, Barty est assurée de faire son entrée dans le top 5 et Vondrousová de se faire une place dans le top 20.

Source : AFP

https://www.lorientlejour.com/article/1173864/federer-emporte-par-nadal-et-le-vent-.html

Catégories
Sport

Mondial-2019 : record d’audience pour les Bleues sur TF1

Le match d’ouverture du Mondial-2019 féminin contre la Corée du Sud a rassemblé près de 10 millions de téléspectateurs sur la première chaîne, qui diffusait la rencontre en clair, selon des données de Médiamétrie diffusées samedi.

Les Bleues ont établi vendredi soir un record historique d’audience sur TF1: le match d’ouverture du Mondial-2019 féminin contre la Corée du Sud a rassemblé près de 10 millions de téléspectateurs sur la première chaîne, qui diffusait la rencontre en clair, selon des données de Médiamétrie diffusées samedi. D’après la société de mesure d’audience, 9,8 millions de personnes ont regardé le match en clair, donnant à TF1 une part d’audience (pda) considérable de 44,3%. La chaîne a dominé grâce à ce score les audiences de la soirée. Dans un communiqué, le groupe TF1 a souligné qu’il s’agissait « d’un record historique pour un match de football féminin », un sport qui n’avait jamais encore bénéficié d’une telle exposition médiatique en France avant cette Coupe du Monde organisée dans l’Hexagone.

TF1 a précisé que le match avait enregistré un pic à 10,9 millions de téléspectateurs pendant la rencontre, remportée brillamment (4 -0) par les Bleues. Donnée intéressante fournie par la chaîne, la rencontre a bien marché auprès de toutes les grandes catégories de téléspectateurs, avec 51% de pda chez les personnes de 25 à 49 ans, 47% chez les « femmes de moins de 50 ans responsables des achats » (les ex-ménagères de moins de 50 ans, une des cibles commerciales les plus courtisées par les chaînes privées), mais aussi 57% chez les hommes de moins de 50 ans et 65% chez les enfants de 4 à 14 ans.

Paris Match  avec AFP

Catégories
A la une

Un homme grièvement blessé par un réverbère

La tempête Miguel qui a frappé vendredi l’ouest du pays a fait une victime vendredi soir à Paris. Un homme a été blessé par un réverbère tombé suite à la chute d’un arbre.

«En raison de la tempête, un arbre a chuté sur un réverbère place de la Bataille-de-Stalingrad (nord-est de la ville, NDLR), qui est tombé sur un homme», ont indiqué les pompiers. Le pronostic vital de la victime est engagé.

La tempête a fait par ailleurs trois autres victimes: trois sauveteurs en mer ont trouvé la mort au large des Sables-d’Olonne sur la côte après le chavirage de leur vedette, sortie pour porter assistance à un bateau de pêche dont le marin est toujours porté disparu. (L’essentiel/afp)

Catégories
Sport

NBA : les Raptors de Toronto proches de remporter le premier titre de leur histoire

Les Canadiens sont en passe de détrôner les Warriors, équipe californienne qui fait la loi depuis 2015 au sein de la principale ligue de basket-ball au monde.

Les Raptors de Toronto n’ont plus besoin que d’une victoire pour remporter le premier titre NBA de leur histoire après leur deuxième succès consécutif sur le parquet de Golden State (105-92), vendredi 7 juin.

Pour la première fois depuis 2014 qu’ils font la loi sur la principale ligue de basket-ball au monde, les Californiens des Warriors ont chuté deux fois de suite à l’Oracle Arena en play-offs. C’est donc peut-être une ère dans l’histoire de la NBA qui a pris fin avec ce cinquième match de la finale 2019. Les doubles champions en titre, qui participent à leur cinquième finale de suite et qui visent un quatrième titre depuis 2015, ont concédé une troisième défaite en quatre matches face aux Raptors, dans une ambiance de fin de règne.

Stephen Curry a multiplié les mauvaises décisions

Les Warriors avaient pourtant récupéré Klay Thompson, forfait pour le troisième match perdu mercredi à l’Oracle Arena (123-109), et Kevon Looney qui ne devait plus jouer cette saison à cause d’une blessure à la cage thoracique. Looney et Thompson ont donné des raisons d’espérer à leurs supporteurs en première période, en ralentissant les attaques de Toronto. Thompson a marqué 28 points, mais l’arrière est le seul à avoir surnagé dans le naufrage de son équipe. Son coéquipier Stephen Curry, le meneur des Warriors a multiplié les mauvaises décisions et a shooté à trois points à plusieurs reprises sans faire mouche (2 sur 9).
Les Warriors, toujours privés de Kevin Durant, leur meilleur marqueur blessé depuis tout juste un mois, avaient pourtant bien débuté la rencontre. Les Californiens menaient de onze points en fin de première période, avant que Kawhi Leonard ne ramène Toronto à six longueurs avec deux paniers consécutifs (23-17).

Les Canadiens des Raptors, au bord de la rupture, ont fait le dos rond en début de deuxième période et ont réussi à limiter la casse grâce notamment à l’inefficacité à trois points des Warriors (2 sur 13, 15,4 % à la pause). C’est la franchise canadienne qui a mieux fini la deuxième période grâce notamment à Serge Ibaka et qui a regagné les vestiaires avec l’ascendant, même si elle accusait encore quatre points de retard (46-42).

Golden State « pris à la gorge » dès le troisième quart-temps

Toronto a continué sur sa lancée en début de troisième période. Golden State qui fait souvent la différence en troisième période, n’a cette fois pas réussi à prendre le large et c’est au contraire Toronto qui a assommé les Warriors avec Ibaka (20 points, deux contres) et Leonard, auteur de 15 points durant cette seule période, pour un total de 36.

Sonnés, Curry et ses coéquipiers ont perdu pied et ont compté jusqu’à 16 points de retard. Ils n’ont plus réussi à inquiéter des Raptors souverains. « Ils nous ont pris à la gorge dès le début du troisième quart-temps, Kawhi a marqué d’entrée deux paniers à trois points et on a perdu notre ténacité en défense », a regretté Steve Kerr.

Toronto va donc disputer lundi le match le plus important de sa jeune histoire, mais il en faut plus pour que le taciturne Kawhi Leonard laisse exploser sa joie. « On essaie juste de jouer avec le plus d’intensité possible. On joue pour gagner chacun de nos matches. Dans cette équipe, on se fout de savoir qui marque les paniers ou fait les passes décisives », a-t-il insisté. « Il faut rester concentré et continuer à jouer en défense avec cette intensité », a également prévenu le sacré champion NBA en 2014 avec San Antonio.

Les Californiens veulent croire à un sixième match à Oakland

Au contraire, la tâche de Golden State s’annonce très compliquée. Une seule équipe a remporté une finale après avoir été menée 3-1 : il s’agit de Cleveland, vainqueur du titre en 2016 (4-3), contre… les Warriors. Les Californiens n’ont maintenant plus le droit à l’erreur car le prochain match qui peut offrir le titre à Toronto. Seul motif d’espérer un sursaut, le prochain match qui aura lieu lundi se déroulera dans la salle des Raptors. D’autant plus qu’ils délaisseront la saison prochaine cette salle inaugurée en 1966 pour une ultra-moderne enceinte en plein cœur de San Francisco.

Curry veut croire qu’il y aura un sixième match à Oakland. « Ce n’est pas fini. Bien sûr, on se retrouve dans une situation inconfortable, cela semble cliché de dire ça, mais il faut prendre les matches les uns après les autres », a expliqué le triple champion NBA. « On croit tous qu’on peut y arriver », a-t-il conclu.

Le Monde avec AFP

Catégories
A la une

La Tunisie abritera le 30e congrès de la Fédération internationale des journalistes du 11 au 14 juin

Tunis, 7 juin (Xinhua) — Le 30e Congrès de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) se tiendra à Tunis du 11 au 14 juin 2019, à l’invitation du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), a-t-on appris vendredi de source auprès du SNJT.

D’après la même source, le congrès sera le premier à se tenir sur le continent africain. L’évènement sera marqué par la participation de plus de 300 dirigeants représentant plus de 600.000 journalistes de plus de 180 syndicats affiliés dans 140 pays.

Les travaux du congrès de la FIJ débuteront le 11 juin à la Cité de la culture, au cœur de la capitale tunisienne, avec l’organisation d’une conférence préparatoire.

« Ladite conférence portera sur trois thèmes: l’avenir du journalisme à l’ère numérique, les bonnes pratiques syndicales dans le monde et le journalisme après les révolutions arabes », tient à préciser le SNJT.

Une marche sera organisée vers le siège du SNJT à Tunis en signe de solidarité avec les journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions, peut-on noter dans ce sens.

Le dernier jour du 30e Congrès de la FIJ sera consacré à l’élection des membres du Comité exécutif de la Fédération internationale des journalistes (FIJ).

Catégories
A la une

Le Mexique et les Etats-Unis trouvent un accord sur l’immigration


Les États-Unis et le Mexique ont trouvé un accord sur l’immigration vendredi 7 juin. La menace de droits de douane sur les produits mexicains est donc levée.

C’est le président américain lui-même qui l’a annoncé sur Twitter vendredi :« Les Etats-Unis sont parvenus à un accord signé avec le Mexique. Les tarifs douaniers prévus pour être appliqués lundi par les États-Unis, contre le Mexique, sont donc suspendus indéfiniment », a-t-il écrit.

Après trois jours de négociations difficiles, c’est donc l’épilogue. On ne connaît pas encore le détail de l’accord, indique l’AFP.

« Des mesures sans précédent »

On sait seulement que le Mexique s’est engagé à prendre des « mesures sans précédent » pour lutter contre l’immigration clandestine, ont affirmé les deux pays dans une déclaration commune.

Selon ce texte, parmi ces mesures figure « le déploiement de sa garde nationale à travers le Mexique, en priorité à sa frontière sud » précise la déclaration.

« Le Mexique va aussi prendre des mesures décisives pour démanteler les organisations de passeurs et de trafiquants, ainsi que leurs réseaux illicites de transport et de financement », selon ce texte.

Mexico évite la taxation de ses produits

Mexico a donc cédé face à la menace d’une guerre commerciale. Donald Trump menaçait d’appliquer dès lundi des droits de douane de 5% sur tous les produits mexicains, qui auraient pu augmenter progressivement, si son voisin du Sud ne s’engageait pas à prendre des mesures suffisantes contre l’immigration clandestine.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a rapidement salué l’accord, sur Twitter également : « Grâce au soutien de tous les Mexicains, nous avons pu éviter l’imposition de droits de douane sur les produits mexicains exportés aux Etats-Unis ».

Du côté des chefs d’entreprises, écrit notre correspondant à MexicoPatrick John Buffe, c’est aussi la satisfaction, comme l’a exprimé le président du Conseil de coordination patronale, Carlos Salazar, qui considère néanmoins que le Mexique doit régler un problème en suspens : « Pour le bien du pays, nous devrons mieux ordonner ces processus de migration en respectant, comme ça a toujours été le cas, les droits de l’homme que nous avons maintenu comme un principe ». RFI