Catégories
A la une

La feuille de route du projet de réforme du système éducatif adoptée

Les travaux du Conseil des ministres, qui s’est réuni jeudi matin, ont été commentés, dans l’après-midi de la même journée à Nouakchott, par les ministres de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement, Dr. Sidi Ould Salem; de l’Enseignement fondamental et de la Réforme du Système éducatif, M. Adama Bocar Soko, et du ministre délégué chargé de la promotion de l’investissement et du développement industriel, Hbibi Ould Ham.

La feuille de route du projet de réforme du système éducatif adoptée
La feuille de route du projet de réforme du système éducatif adoptée

Le porte-parole du gouvernement a indiqué que le Conseil a examiné et adopté deux projets de décrets dont celui fixant les objectifs, la composition et le fonctionnement du Comité interministériel chargé de l’amélioration de la compétitivité, et celui fixant les objectifs, la composition et le fonctionnement du Comité Interministériel pour l’amélioration du climat des affaires et la promotion de l’Investissement.

De même, a-t-il ajouté, le Conseil a examiné et adopté deux communications dont l’une est relative à la feuille de route du projet de réforme du système éducatif en Mauritanie et la seconde concerne la feuille de route des réformes Doing Business 2020-2021.

A une question relative à la récente visite en Mauritanie du Président sénégalais, le porte-parole du gouvernement a affirmé que cette visite a été un succès éclatant d’autant qu’elle est la première visite officielle effectuée depuis le début de la mandature du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et qu’elle intervient après la première sa visite à l’étranger quand il s’était rendu au Sénégal, précisant que cet échange de visite est tout à fait naturel en raison des liens séculaires entre les deux pays frères et de la solidité de leurs relations qui puisent leur force dans l’histoire, la religion et la culture communes ainsi que dans les liens de sang, le voisinage et de communauté de destin, précisant que le partage du champ gazier transfrontalier d’Ahmeim est un facteur supplémentaire de coopération qui renforcera la surface de contacts, d’échanges et de collaboration fructueuse entre les deux pays.

Il a ajouté que cette visite a été également un succès au regard de la qualité et du nombre important des accords qui ont été signés dans différents domaines à l’occasion de cette visite.

A une autre question concernant l’annulation de la poursuite judiciaire de l’homme d’affaires M. Mohamed Ould Bouamatou et de M. Moustapha Ould Limam Chavii, Dr. Sidi Ould Salem a fait observer que la Mauritanie est un Etat de droit respectueux du principe de la séparation des pouvoirs et de l’indépendance de la Justice, affirmant que le Président de la République qui tient tout particulièrement à l’indépendance du pouvoir judiciaire ne saurait y interférer de quelque manière que ce soit.

Toutefois, a-t-il précisé, il se peut que l’exécutif coordonne avec ce pouvoir par le biais du ministre de la Justice, qu’il lui expose sa vision par rapport à une question pendante, mais sans que cela ne puisse attenter à l’indépendance de la justice et des décisions de ses juridictions, ajoutant que toute décision de justice reste du seul et unique ressort des juridictions concernées.

Pour sa part, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement, a souligné que la feuille de route du projet de réforme du système éducatif en Mauritanie définit le processus et les dispositions de la concertation entre les différents acteurs concernés et les structures chargées de l’organisation et les étapes de cette concertation.

Il a précisé que l’objectif cette feuille de route est de mettre en place les mécanismes et les outils stratégiques nécessaires à l’entame de la réforme du système national de l’enseignement et de la formation en harmonie avec l’identité culturelle du pays, en adéquation avec les perspectives du développement durable et en conformité avec les engagements internationaux de la Mauritanie.

Cette communication propose un ensemble de mesures tendant à permettre une exploitation rationnelle des moyens disponibles et une planification judicieuse pour garantir à tous les enfants de la Mauritanie un accès équitable à un système éducatif de qualité, efficace et efficient.

Le ministre de l’Enseignement supérieur a fait observer que la feuille de route en question détermine le cadre qui régit le système éducatif et les principales orientations de la politique d’enseignement seront mise en œuvre à partir de l’année scolaire 2020-2021, et qui sera assortie d’une loi d’orientation et d’une stratégie sectorielle décennale, précisant que toutes les actions inscrites au titre de la réforme et du plan d’action du département seront engagées dès la rentrée scolaire prochaine.

A cet effet, a-t-il révélé, un comité interministériel chargé de la supervision de la réforme du secteur éducatif et une commission technique comprenant les directeurs concernés par l’éducation au niveau des départements ministériels seront mis en place tout comme chacune des équipes spécialisées qui seront constituées aura en charge l’examen de l’un des aspects soumis à l’étude, tels que les questions liées à l’élève, à l’enseignant, à la salle de classe, à l’école et au système pédagogique.

M. Adama Bocar Soko a fait savoir qu’il sera procédé à un bilan global de toutes les réformes et résultats des états-majors de l’éducation précédents, depuis l’indépendance du pays à nos jours, y compris l’évaluation de la réforme de 1999 et à l’établissement d’un diagnostic précis et détaillé de la situation actuelle du secteur, assurant que tous les acteurs (professionnels, experts, société civile, association de parents d’élèves, élus, personnes de référence, secteur de l’enseignement privé) seront associés dans cette démarche.

Pour sa part, le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et de l’Industrie chargé de la promotion de l’investissement et du développement industriel a déclaré avoir présenté au conseil des ministres deux projets de décret comportant les objectifs, la composition et le mode de travail de deux comités interministériels, présidés par le Premier ministre, M. Ismail Bedde Cheikh Sidiya, dont le premier a pour mission d’améliorer la compétitivité et le second concerné par l’amélioration du Climat des Affaires et la Promotion de l’Investissement.

Il a ajouté que les deux comités interministériels sont formés de représentants des départements ministériels concernés et du secteur privé.

Le ministre délégué a précisé que la création de deux comités interministériels vient compléter le l’arsenal organisant le Conseil supérieur de l’investissement, créé le 7 février, courant, sous le haut patronage du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, précisant que ce Conseil constitue l’un des engagements phares de son programme électoral.

Au sujet des missions du Conseil, le ministre délégué a précisé que l’organe est essentiellement concerné par la promotion de l’investissement en Mauritanie. « Il identifie les mesures et dispositions à prendre à cet effet et donne son avis sur les réformes proposées pour les réalisations escomptées.

Evoquant la communication relative à la feuille de route des réformes Doïng Business 2020-2021, le ministre a précisé qu’elle propose un train de mesures de nature à favoriser la redynamisation du processus d’amélioration du climat des affaires et la relance de l’élan réformateur du pays visant sa progression dans des domaines spécifiés comme l’accès à des financements et l’acquisition d’autorisation de constructions et autres.

« Notre pays a élaboré une feuille de route des réformes Doïng Business 2020-2021 comprenant 96 mesures pour lesquelles des départements ministériels ont entamé l’exécution effective en décembre 2019 », conclu le ministre délégué.

Catégories
A la une

Riyad et Nouakchott décidés à renforcer les capacités du secteur privé

Le Président de la République, Son Excellence M. Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, a reçu aujourd’hui, vendredi, au palais présidentiel de Nouakchott, M. Majid Ben Abdullah Al-Qasabi, ministre saoudien du Commerce et de l’Investissement, actuellement en visite dans notre pays.

Riyad et Nouakchott décidés à renforcer les capacités du secteur privé
Riyad et Nouakchott décidés à renforcer les capacités du secteur privé

À sa sortie d’audience, le ministre saoudien a fait la déclaration suivant à l’AMI:

« J’ai transmis les salutations du Gardien des Lieux Saints et de Son Altesse le prince héritier à Son Excellence, le Président de la République et au peuple mauritanien frère.

La Mauritanie est le pays du million de poètes, et la relation entre l’Arabie Saoudite et la Mauritanie est une relation politiquement et fraternellement forte. Les deux pays sont plus que frères. Seulement, les relations commerciales et d’investissement ne répondent pas aux aspirations des dirigeants des deux peuples. Or, le principal pilier de cette relation est le secteur privé, qui est essentiel au développement des relations commerciales et d’investissement entre les deux pays.

La réunion a permis de discuter des opportunités d’investissement actuelles en Mauritanie, et il a été convenu d’élaborer un plan de mise en œuvre spécifique en vue de soutenir ces opportunités et de les commercialiser.

En janvier dernier, le Royaume avait accueilli une visite historique d’une délégation du patronat mauritanien, comprenant plus d’une centaine d’entreprises. Ce pont a contribué à corriger les impressions et à présenter aux parties les opportunités et les défis existant dans les deux pays.

La réunion fut excellente, et la Mauritanie est sans nul doute un pays qui possède tous les atouts naturels: notamment une façade Atlantique longue de plus de sept cents kilomètres, outre une vaste superficie, les potentialités agricoles, animales, touristiques, minières, énergétiques et autres.

Nous prions Dieu Tout-Puissant de remplir notre devoir envers la Mauritanie et son peuple, de soutenir, de commercialiser ces opportunités, d’améliorer les échanges entre les deux pays et peuples frères ».

L’audience a eu lieu en présence de M. Sid’Ahmed Ould Mohamed, ministre du Commerce et du Tourisme, M. Mohamed Ahmed Ould Mohamed Lemine, directeur de cabinet du Président de la République, M. Sidi Mohamed Ould Jaafar, chargé de mission à la Présidence de la République et SEM. Huzaa Ben Zeben Ben Dhaoui Lemthiri, ambassadeur du Royaume d’Arabie saoudite accrédité en Mauritanie.

Catégories
A la une

Il est temps de prendre le taureau de l’extrémisme par les cornes et de traiter les maux depuis les racines

La mission anti-terroriste en Afrique est-elle prioritaire pour les Etats-Unis ?
La mission anti-terroriste en Afrique est-elle prioritaire pour les Etats-Unis ?

Il est temps de prendre le taureau de l’extrémisme par les cornes et de traiter les maux depuis les racines

Nouakchott va abriter le mardi 25 février courant, les travaux du 6e sommet ordinaire des chefs d’État.

Un sommet qui sera toutefois précédé par les travaux de la septième session du Conseil des ministres du G5-Sahel, axés sur les programmes et projets prioritaires dans les domaines de la sécurité et du développement de la région.

Deux événements qui rappellent au jour l’ampleur des dégâts humains et matériels causés dans la sous-région par le terrorisme et l’extrémisme, quoique les thèmes de ces conclaves de la capitale mauritanienne puissent ne pas discuter explicitement de ces phénomènes qui minent cette partie de l’Afrique de l’Ouest.

Cet important rendez-vous du G5 Sahel, ce groupe sous-régional qui vient d’être flatté par les Américains, surtout avec la perspective de son prochain mandat en exercice qui reviendra au Président mauritanien Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, dont le pays s’est illustré par sa capacité à braver le djihadisme, nous interpelle pour livrer une opinion sur l’extrémisme en Mauritanie où il est basé sur des conditions, des situations, des mentalités et des pratiques dépassées.

Un état de fait qui doit être – et peut-être – totalement amélioré et ses sources malsaines éradiquées.

Mais faut-il pour relever ce défi, engager un combat réel et irréversible, qui part d’un diagnostic réaliste pour apporter les bonnes thérapies et favoriser l’avènement d’une cure à miracle à moyen et long terme.

Il y a donc lieu que ces remèdes soient appliqués comme il se doit, loin de toute improvisation, ponctualité, subjectivité, sectarisme et autres imperfections. 

La rhétorique de l’extrémisme est actuellement alimentée en raison du statu quo, de l’indifférence, du laisser-aller, pour une situation critique insupportable, pour laquelle, certains se sacrifient corps et âme et sont soutenus par les défenseurs des droits de l’homme dans le monde entier.

Cela ne veut pas dire que nos défenseurs sont impuissants, mais c’est parce que le sérieux, la sincérité et l’engagement leur font cruellement défaut, malgré leurs aptitudes morales et physiques inépuisables pour changer les choses s’ils le décident.

Combattre l’extrémisme est une mission qui concerne tout un chacun, l’État, les dirigeants, les élus, les cadres, les notables, les érudits, les médias, les citoyens lambda.

Il faut surtout éviter la politique politicienne qui fait oublier les vecteurs de l’extrémisme et leur évolution dévastatrice à long terme, si l’État continue d’accepter d’être induit en erreur par des élus qui se moquent de l’intérêt général et s’appliquent à aggraver la fracture sociale sans en prendre conscience…

Ahmed Bettar

Catégories
A la une Mauritanie

Les Haratines ont tout simplement du temps à rattraper par rapport à d’autres

Les haratines sont effectivement les marginalisés et les oubliés de cette espace dénommé La Mauritanie.
Les haratines sont effectivement les marginalisés et oubliés de cette espace dénommé La Mauritanie.

Les Haratines ont tout simplement du temps à rattraper par rapport à
d’autres composantes de la société qui sont elles elles-mêmes déjà
largement en retard dans leurs conditions de vie par rapport aux
standards internationaux. Les voies sont désormais ouvertes devant eux
pour avancer et ils ont visiblement évolué au cours des dernières
décennies, mais ils ont encore besoin d’un soutien particulier,
volontariste et durable. Sans oublier les autres.

Dahane Taleb Ethmane

Catégories
Culture

Jean Daniel du Nouvel Observateur: la disparition d’un géant.

Jean Daniel
Jean Daniel

Tout à fait et un de ceux qui faisaient honneur à une certaine France qui tenait haut le flambeau du soutien des causes justes. Une très belle plume et une grande âme , charitable à qui je dois mon séjour en France. En effet , au mois d’avril 1989, dans un moment de frustration profonde et de désarroi quand à l’avenir de notre pays, de manière prémonitoire, je lui écrivais une si longue lettre où je lui brossais le tableau sombre de la situation des négro-mauritaniens… Je je savais pas si bien dire, car dans son éditorial de la semaine qui suivit les pogromes anti-noirs en Mauritanie, il consacra quelques lignes à faire tomber toute la lumière du tableau sur ce qui se passait chez nous… Mieux, il remit la lettre à Alain Decaux, alors Ministre de la Francophonie qui m’envoya une très belle lettre convoyée à notre domicile à Karachi, dans le quartier Océan de Rabat , délivrée par le chauffeur de l’ambassadeur de France au Maroc , en livrée noire et blanche, ne promettant une bourse dès que je serai sur le territoire français.Jean Daniel dont je lisais les éditoriaux depuis une décennie était devenue une partie importante de mon patrimoine francophone. Il m’avait ouvert les portes de la bonne fortune sans que je le lui demande, dans un élan généreux et humaniste. Cet humanisme intégral, débonnaire et désintéressé me permit d’obtenir le visa pour la France sans coup férir au consulat de Tanger , dans une ambiance d’allégresse générale où le consul me reçu comme une personnalité de premier plan.
Moctar Sakho

Catégories
A la une

Mauritanie. Sahel: Nouakchott se prépare à accueillir le sixième sommet du G5 Sahel

Mauritanie: Nouakchott va accueillir le sixième sommet ordinaire des chefs d’Etats du G5 Sahel
Mauritanie: Nouakchott va accueillir le sixième sommet ordinaire des chefs d’Etats du G5 Sahel

Mauritanie: Nouakchott va accueillir le sixième sommet ordinaire des chefs d’Etats du G5 Sahel, le mardi 25 février prochain, a annoncé le Secrétariat Permanent de l’organisation sous-régionale, dont le siège se trouve dans la capitale mauritanienne.

En prélude à cette rencontre des chefs d’Etat du G5 Sahel, la tenue de la 7e session du Conseil des Ministres se déroulera deux jours auparavant, à partir du dimanche 23 février.

Cette réunion de haut niveau dans la capitale mauritanienne va servir, selon le Secrétariat Permanent de l’organisation sous-régionale, à «l’évaluation des progrès réalisés dans le cadre de l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel et l’adoption de la stratégie de communication».

Ce sommet intervient dans un contexte de recrudescence des attaques terroristes au Mali, au Burkina Faso et au Niger. La force conjointe du G5 Sahel est composée de 5.000 hommes issus des armées des pays membres de cette organisation sous-régionale: le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Son opérationnalisation est actuellement plombée par le manque de moyens financiers, militaires et logistiques qui doivent lui être alloués, du fait de nombreux engagements de la part des partenaires qui tardent à se concrétiser.

Le G5 Sahel est une organisation sous-régionale créée en décembre 2014. Son objectif est «de coordonner et mutualiser les actions dans les domaines du développement et de la sécurité», dans une vaste zone désertique ou semi-aride, d’une superficie de 5 millions de kilomètres carrés, dans laquelle vivent plus de 65 millions d’habitants .

Une note du Secrétariat Permanent du G5 Sahel rappelle que «l’année 2019 a été marquée par la mise en œuvre de projets de développement dans les domaines de l’eau, de la santé, des chaînes de valeurs agropastorales dans chaque pays», dans le cadre d’un Programme d’Investissements Prioritaires (PIP).

Ce document précise en outre qu’«une attention particulière est portée aux populations des zones transfrontalières, en tenant compte notamment des besoins des réfugiés et des déplacés».

Le 20/02/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

le360.ma

Catégories
A la une Mauritanie

Mauritanie: 14 personnes arrêtées, dont des militants des droits humains

Mekfoula Mint Brahim
AMBASSADE D’ALLEMAGNE EN MAURITANIE
Mekfoula Mint Brahim (à d.), recevant de l’ambassadrice d’Allemagne, Gabriela Guellil, le Prix Franco-Allemand des droits de l’Homme et de l’État de droit en 2018 à l’ambassade d’Allemagne en Mauritanie.

Quatorze personnes, dont des militants des droits humains, ont été arrêtées ces derniers jours et présentées à la justice pour avoir, selon leurs proches, exprimé des opinions favorables à la laïcité.

Avec notre correspondant à Nouakchott, Salem Mejbour Salem

La police mauritanienne a évoqué leur participation à des réunions non autorisées pour justifier ces arrestations. Quatre personnes ont été relâchées, mais restent sous contrôle judiciaire et les dix autres ont été renvoyées à la Sûreté d’État, la police politique, pour complément d’enquête.

Les interpellations ont commencé le 13 février dernier. Elles ont notamment touché des personnalités connues pour leur militantisme en faveur du respect des droits humains.

PHOTO UNICEF
La militante mauritanienne Aminetou Mint El Moctar, arrêtée aujourd’hui
PHOTO UNICEF
La militante mauritanienne Aminetou Mint El Moctar, arrêtée aujourd’hui

C’est le cas de Aminetou Mint Moctar Ely, la présidente de l’Association des femmes chefs de familles, plusieurs fois récompensée pour son engagement en faveur des droits de l’homme. C’est aussi le cas de Mekfoula Mint Brahim, lauréate du prix franco-allemand des droits de l’homme en 2018 et décorée de la Légion d’honneur française.

Les interpellations ont ciblé pratiquement tous les membres de l’Alliance pour la refondation de l’État mauritanien, un mouvement fondé par des intellectuels mauritaniens et dont l’existence a été révélée au grand public par cette vague d’arrestations.

Dans un communiqué publié mercredi, l’ONG de défense des droits humains, Amnesty International, s’est dite extrêmement préoccupée par ces interpellations de défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie, dont ces célèbres féministes.


RFI

Catégories
A la une Mauritanie

Des membres du gouvernement commentent le Conseil des ministres

Des membres du gouvernement commentent le Conseil des ministres
Des membres du gouvernement commentent le Conseil des ministres

Les travaux du Conseil des ministres, qui s’est réuni jeudi matin, ont été commentés, dans l’après-midi de la même journée à Nouakchott, par les ministres de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement, Dr. Sidi Ould Salem; de l’Enseignement fondamental et de la Réforme du Système éducatif, M. Adama Bocar Soko, et du ministre délégué chargé de la promotion de l’investissement et du développement industriel, Hbibi Ould Ham.

Le porte-parole du gouvernement a indiqué que le Conseil a examiné et adopté deux projets de décrets dont celui fixant les objectifs, la composition et le fonctionnement du Comité interministériel chargé de l’amélioration de la compétitivité, et celui fixant les objectifs, la composition et le fonctionnement du Comité Interministériel pour l’amélioration du climat des affaires et la promotion de l’Investissement.

De même, a-t-il ajouté, le Conseil a examiné et adopté deux communications dont l’une est relative à la feuille de route du projet de réforme du système éducatif en Mauritanie et la seconde concerne la feuille de route des réformes Doing Business 2020-2021.

A une question relative à la récente visite en Mauritanie du Président sénégalais, le porte-parole du gouvernement a affirmé que cette visite a été un succès éclatant d’autant qu’elle est la première visite officielle effectuée depuis le début de la mandature du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et qu’elle intervient après la première sa visite à l’étranger quand il s’était rendu au Sénégal, précisant que cet échange de visite est tout à fait naturel en raison des liens séculaires entre les deux pays frères et de la solidité de leurs relations qui puisent leur force dans l’histoire, la religion et la culture communes ainsi que dans les liens de sang, le voisinage et de communauté de destin, précisant que le partage du champ gazier transfrontalier d’Ahmeim est un facteur supplémentaire de coopération qui renforcera la surface de contacts, d’échanges et de collaboration fructueuse entre les deux pays.

Il a ajouté que cette visite a été également un succès au regard de la qualité et du nombre important des accords qui ont été signés dans différents domaines à l’occasion de cette visite.

A une autre question concernant l’annulation de la poursuite judiciaire de l’homme d’affaires M. Mohamed Ould Bouamatou et de M. Moustapha Ould Limam Chavii, Dr. Sidi Ould Salem a fait observer que la Mauritanie est un Etat de droit respectueux du principe de la séparation des pouvoirs et de l’indépendance de la Justice, affirmant que le Président de la République qui tient tout particulièrement à l’indépendance du pouvoir judiciaire ne saurait y interférer de quelque manière que ce soit.

Toutefois, a-t-il précisé, il se peut que l’exécutif coordonne avec ce pouvoir par le biais du ministre de la Justice, qu’il lui expose sa vision par rapport à une question pendante, mais sans que cela ne puisse attenter à l’indépendance de la justice et des décisions de ses juridictions, ajoutant que toute décision de justice reste du seul et unique ressort des juridictions concernées.

Pour sa part, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement, a souligné que la feuille de route du projet de réforme du système éducatif en Mauritanie définit le processus et les dispositions de la concertation entre les différents acteurs concernés et les structures chargées de l’organisation et les étapes de cette concertation.

Il a précisé que l’objectif cette feuille de route est de mettre en place les mécanismes et les outils stratégiques nécessaires à l’entame de la réforme du système national de l’enseignement et de la formation en harmonie avec l’identité culturelle du pays, en adéquation avec les perspectives du développement durable et en conformité avec les engagements internationaux de la Mauritanie.

Cette communication propose un ensemble de mesures tendant à permettre une exploitation rationnelle des moyens disponibles et une planification judicieuse pour garantir à tous les enfants de la Mauritanie un accès équitable à un système éducatif de qualité, efficace et efficient.

Le ministre de l’Enseignement supérieur a fait observer que la feuille de route en question détermine le cadre qui régit le système éducatif et les principales orientations de la politique d’enseignement seront mise en œuvre à partir de l’année scolaire 2020-2021, et qui sera assortie d’une loi d’orientation et d’une stratégie sectorielle décennale, précisant que toutes les actions inscrites au titre de la réforme et du plan d’action du département seront engagées dès la rentrée scolaire prochaine.

A cet effet, a-t-il révélé, un comité interministériel chargé de la supervision de la réforme du secteur éducatif et une commission technique comprenant les directeurs concernés par l’éducation au niveau des départements ministériels seront mis en place tout comme chacune des équipes spécialisées qui seront constituées aura en charge l’examen de l’un des aspects soumis à l’étude, tels que les questions liées à l’élève, à l’enseignant, à la salle de classe, à l’école et au système pédagogique.

M. Adama Bocar Soko a fait savoir qu’il sera procédé à un bilan global de toutes les réformes et résultats des états-majors de l’éducation précédents, depuis l’indépendance du pays à nos jours, y compris l’évaluation de la réforme de 1999 et à l’établissement d’un diagnostic précis et détaillé de la situation actuelle du secteur, assurant que tous les acteurs (professionnels, experts, société civile, association de parents d’élèves, élus, personnes de référence, secteur de l’enseignement privé) seront associés dans cette démarche.

Pour sa part, le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et de l’Industrie chargé de la promotion de l’investissement et du développement industriel a déclaré avoir présenté au conseil des ministres deux projets de décret comportant les objectifs, la composition et le mode de travail de deux comités interministériels, présidés par le Premier ministre, M. Ismail Bedde Cheikh Sidiya, dont le premier a pour mission d’améliorer la compétitivité et le second concerné par l’amélioration du Climat des Affaires et la Promotion de l’Investissement.

Il a ajouté que les deux comités interministériels sont formés de représentants des départements ministériels concernés et du secteur privé.

Le ministre délégué a précisé que la création de deux comités interministériels vient compléter le l’arsenal organisant le Conseil supérieur de l’investissement, créé le 7 février, courant, sous le haut patronage du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, précisant que ce Conseil constitue l’un des engagements phares de son programme électoral.

Au sujet des missions du Conseil, le ministre délégué a précisé que l’organe est essentiellement concerné par la promotion de l’investissement en Mauritanie. « Il identifie les mesures et dispositions à prendre à cet effet et donne son avis sur les réformes proposées pour les réalisations escomptées.

Evoquant la communication relative à la feuille de route des réformes Doïng Business 2020-2021, le ministre a précisé qu’elle propose un train de mesures de nature à favoriser la redynamisation du processus d’amélioration du climat des affaires et la relance de l’élan réformateur du pays visant sa progression dans des domaines spécifiés comme l’accès à des financements et l’acquisition d’autorisation de constructions et autres.

« Notre pays a élaboré une feuille de route des réformes Doïng Business 2020-2021 comprenant 96 mesures pour lesquelles des départements ministériels ont entamé l’exécution effective en décembre 2019 », conclu le ministre délégué.