La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national

C’est ce soir à partir de 20 heures que le Onze national entamera la campagne des éliminatoires de la CAN 2021 qui se déroulera au Cameroun. L’entrée en matière sera un affrontement contre la sélection mauritanienne, match comptant pour la première journée du groupe E dont le bal a été ouvert mercredi par la rencontre qui a tourné en faveur de la sélection centrafricaine aux dépens de son homologue burundaise par 2 à 0.

Maroc-Mauritanie, voilà une confrontation qui n’obéît qu’à une seule équation : la victoire. D’ailleurs, lors de la conférence de presse d’avant-match tenue mercredi, le sélectionneur national, Vahid Halhilodzic s’est montré des plus clairs, en parlant de six points qu’il faut absolument glaner, faisant allusion aussi au deuxième match de l’EN prévu mardi prochain à Bujumbura contre le Burundi.

Il faut dire que, sur le papier, il n‘y a pas photo entre les deux protagonistes, sauf que sur le terrain, il faudrait se méfier de cet adversaire mauritanien qui ne manquera certainement pas de se dépenser à fond pour créer la vilaine surprise ou du moins regagner le bercail sans dégâts. Il s’agit d’une sélection qui aspire à changer de rang sur la scène africaine surtout après avoir participé pour la première fois de son histoire aux phases finales de la dernière Coupe d’Afrique des nations.

Depuis lundi dernier, le Onze national est à pied d’œuvre au Centre de football à Maâmora, peaufinant les ultimes réglages pour ce match qui sera sifflé par l’arbitre rwandais Louis Hakizamana, le même referee qui avait arbitré la rencontre Maroc-Namibie lors de la CAN égyptienne.

Pour sa première sortie officielle aux commandes de l’EN, Vahid Halhilodzic se dit confiant et estime que ses protégés sont capables de rendre une copie bien meilleure que les prestations produites au cours des quatre précédents matches tests. Il croit en les potentialités des internationaux retenus, aussi bien les capés que les revenants ou les néophytes, saisissant la conférence de presse en vue d’argumenter ses choix et de parler des éléments non convoqués, à commencer par le sociétaire de Schalke 04 Amine Harit.

 Halhilodzic a tenu dès le départ à faire savoir qu’il n’a rien contre ce joueur et que l’équipe nationale reste ouverte à ceux qui la méritent. Pour lui, Harit, en dépit du fait d’être désigné meilleur joueur de la Bundesliga durant le mois de septembre, ne l’a pas convaincu par ses prestations lors des matches amicaux. D’autant plus que l’attitude du joueur ne plaît guère au sélectionneur qui a fait savoir que si Harit  n’est pas titularisé, il préfère quitter l’équipe nationale pour rejoindre son club, un comportement que ne peut adopter un joueur professionnel.

Pour le cas d’Abderazak Hamdallah qui a annoncé sa retraite internationale, Vahid Halhilodzic a affirmé qu’il l’avait bel et bien contacté, mais celui-ci a décliné la convocation, avant que le frère du joueur ne fasse part au sélectionneur de l’intention de Hamdallah de retrouver l’EN.

L’histoire s’arrête là et c’est tant mieux pour l’équipe nationale de voir cette page tournée pour de bon, ce qui n’est pas apparemment le cas pour Younès Belhanda. Halhilodzic a indiqué que le joueur en question a des problèmes pour le moment avec son club de Galatasaray et qu’il était préférable de ne pas le convoquer.

Après le côté cour, il y a le côté jardin qui se manifeste via cette ambiance bon enfant qui règne au sein du groupe et sa détermination de réussir pleinement les éliminatoires de la CAN. Et c’est qui ressort de la déclaration de Hakim Ziyech aucunement intéressé par des trophées à titre individuel, comme le Ballon d’or, mais qui veut seulement gagner des matches avec l’équipe nationale. Même son de cloche chez l’éventuel nouveau capitaine des Lions de l’Atlas, Ghanem Saïss, qui considère, qu’après le départ de certains cadres, la relève est prête pour prendre le flambeau et qu’il est important d’entamer les éliminatoires par une bonne note.


CAN 2021 : Résultats de la 1ère journée

Mercredi

Centrafrique – Burundi 2 – 0

Malawi – Soudan du Sud 1 – 0

Namibie – Tchad 2 – 1

Guinée-Bissau – eSwatini (ex-Swaziland) 3 – 0

Cameroun – Cap-Vert 0 – 0

Nigeria – Bénin 2 – 1

Sierra Leone – Lesotho 1 – 1

Burkina Faso – Ouganda 0 – 0

Soudan – Saõ Tomé et Principe 4 – 0

Angola -Gambie 1 – 3

Sénégal – Congo 2 – 0

Programme

Vendredi

(17h00) Zimbabwe – Botswana

 (17h00) Tanzanie – Guinée équatoriale

(20h00) Maroc – Mauritanie

(20h00) Tunisie – Libye

libe.ma

Mauritanie : adhésion des populations aux réformes du nouveau ministre de la Santé

Mauritanie : les réformes annoncées par le nouveau ministre de la Santé mauritanien, Mohamed Nedhirou Hamed, bénéficient déjà d’un vaste élan de solidarité au sein de la population, a-t-on constaté à Nouakchott.

Cette solidarité a pris diverses formes allant des hashtags aux articles de presse, en passant par les sit-in de soutien organisés devant le ministère de la Santé et les clips musicaux favorables auxdites réformes.

Celles-ci comprennent notamment l’obligation de rigueur dans le traitement des malades, la gratuité des soins dans les services d’urgence et la lutte contre les médicaments falsifiés dont une grande partie inonde depuis des années le marché pharmaceutique du pays.

Mais la mesure phare de ces réformes réside dans la réglementation des pharmacies qui poussent comme des champignons dans les grandes villes mauritaniennes, surtout à Nouakchott, sans contrôle au niveau de leur contenu et de leur personnel.

M. Hamed, nommé au sein du premier cabinet désigné par le nouveau président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a notamment décidé d’appliquer la loi fixant à 200 mètres la distance minimale séparant toute pharmacie et le plus proche centre médical.

Mais cette mesure a été aussitôt rejetée par les investisseurs dans le secteur pharmaceutique. Ils se trouvent essentiellement à proximité des principales structures médicales à Nouakchott comme le Centre hospitalier national, l’hôpital militaire ou encore l’hôpital Cheikh Zayed et l’hôpital de l’Amitié.

Leur argumentaire repose sur le fait qu’ils redoutent des pertes de milliards d’ouguiyas injectés dans ce secteur, pouvant mettre par ailleurs au chômage des centaines d’employés.

Toutefois, le nouveau ministre reste ferme et est déterminé à mettre en œuvre ses réformes ou rendre le tablier au cas échéant.

Selon un communiqué rendu public mercredi soir à Nouakchott, le ministère de la Santé a réaffirmé sa « détermination à appliquer le règlement ». Se disant prêt à assumer « ses responsabilités», il invite « tout le monde à faciliter la tâche aux services chargés de son application ».

De notre correspondant : Mohamed Moctar

APA-Nouakchott (Mauritanie)

Des membres du gouvernement commentent les résultats du Conseil des ministre

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’information et de la communication, Porte-parole officiel du gouvernement, Dr Sidi Ould Salem, le ministre de la Justice, Dr Haimoud Ould Ramdane, le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Modernisation de l’administration, M. Camara Saloum Mohamed, le ministre de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports, Dr Taleb Ould Sid’Ahmed et la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mme Mariem Bekaye ont commenté jeudi soir les résultats du Conseil des ministres.

Dr Sidi Ould Salem , Porte-parole officiel du Gouvernement a indiqué que le Conseil a examiné et adopté un ensemble de projets de décrets et de communications dont un projet de décret organisant et fixant les attributions des mouslihs, un projet de décret fixant le siège et le ressort territorial des Cours d’Appel Commerciales à Nouakchott et Nouadhibou et un projet de décret fixant les modalités d’affiliation des employeurs et le versement des cotisations à l’Office National de la Médecine du Travail.

Le Conseil a également examiné et adopté un projet de décret fixant le taux de cotisation des employeurs à l’Office National de la Médecine du Travail, une communication relative à l’état d’avancement du plan d’action du secteur de la Justice, une communication relative à l’état d’avancement du plan d’action du secteur de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports et une communication conjointe relative à la campagne nationale de protection des pâturages contre les feux de brousse 2019-2020.

Justice

Ministre de la Justice, Dr Haimoud Ould Ramdane a souligné dans son explication du décret fixant les attributions des Mouslihs l’importance de ce décret du fait qu’il concerne une personne importante dans la société mauritanienne et qui joue un rôle fondamental dans le rapprochement de la justice des justiciables, indiquant qu’il joue un rôle essentiel dans la prévention des conflits et dans leurs résolutions. Le décret apporte un ensemble de dispositions claires qui définissent cette personne, son rôle et ses attributions ainsi que les critères pour son agrément.

Il a ajouté que ce sont les collectivités qui le présentent aux autorités partant de leur confiance en lui et de son aptitude à résoudre leurs conflits et elles sont disposées à exécuter leurs jugements sans recourir à la force ni aux autorités, indiquant que dans le cadre de la stratégie nationale d’accès à la justice, l’État a estimé utile de lui donner l’importance qu’il mérite.

En ce qui concerne le projet de décret qui fixe le siège et le ressort territorial des Cours d’Appel Commerciales à Nouakchott et Nouadhibou, le ministre a souligné qu’il existe actuellement en Mauritanie quatre cours d’appel qui traitent tous es affaires sans distinction et que l’État planche sur la spécialisation des magistrats.

Il a ajouté que le décret vient pour renforcer les capacités des ressources humaines et institutionnelles des juridictions commerciales et de les doter des moyens juridiques de règlement rapide et efficace des litiges.

Le ministre a souligné dans sa présentation du plan d’action du secteur de la justice que le système judiciaire constitue le centre des préoccupations du programme du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Il a ajouté que cette vision se traduit par l’indépendance de la justice et qu’elle nécessite des moyens, soulignant que la question de l’indépendance de la justice est finalement une question de personnes de sorte que la personne soit scrupuleuse et s’acquitte de son travail conformément aux dispositions légales. L’indépendance de la justice est l’affaire de tous, des magistrats, des greffiers, des auxiliaires de la justice et du contrôle direct du citoyen.

Il a indiqué que le département met actuellement en place des fonds pour soutenir le fonds commun des magistrats afin de les aider dans leur travail et dans la vie quotidienne, avec la mise en place de fonds similaires pour les greffiers et les auxiliaires judiciaires, en plus de l’activation de l’inspection et sa dotation par de nouveaux moyens technologiques pour le contrôle et la présence de ressources humaines formées sur l’ensemble du territoire national et bénéficiant de la formation continue.

Dans le domaine de l’accès à la justice, le ministre a ajouté que des bureaux d’accueil seront ouverts pour l’accueil et l’orientation des justiciables ainsi que la création de bureaux pour l’assistance judiciaire et l’élaboration d’une programmation concernant la collaboration avec les acteurs du domaine.

Fonction publique

Pour sa part, le ministre de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration a déclaré avoir présenté devant le conseil des ministres deux projets de décrets dont l’un est relatif aux modalités d’affiliation des employeurs et le versement des cotisations à l’Office National de la Médecine du Travail et le second fixe le taux de cotisation des employeurs à l’Office National de la Médecine du Travail.

Il a ajouté que les textes visent à doter l’Office National de la Médecine du Travail des instruments règlementaires, propres, lui permettant d’assure pleinement sa mission.

‘’En vertu de ces décrets, l’établissement assurera la prise en charge du recouvrement des cotisations et d’assurer la mise en œuvre des dispositions de l’article 11 du décret portant sa création’’, souligne le ministre.

Lui succédant, le ministre de l’emploi, de la jeunesse et des sports a précisé que les trois derniers mois ont démontré que sont département connait des cas de dysfonctionnements qui ont été diagnostiqués et pour lesquels une stratégie a été mise en sur pied.

Il a ajouté qu’après ce diagnostic il s’est avéré que le problème essentiel dans le domaine de l’emploi demeure l’inadaptation des compétences avec les besoins du marché de l’emploi.

‘’Le chômage ne peut être éliminé que par la formation professionnelle’’, ajoute le ministre.

Ce dernier a indiqué que la stratégie nationale de l’emploi sera axée sur l’adaptation des compétences aux besoins de l’emploi, notant que des projets sont actuellement au stade de l’étude avec la Banque Mondiale, la Banque africaine de développement, l’UE et le BIT dans le cadre du programme national de l’emploi.

Le ministre a enfin précisé que son département procédera avant la fin du mois de novembre l’ouverture d’une coordination nationale des activités de l’emploi et que les programmes de formation et de mise à niveau débuteront au mois de janvier 2020.

Environnement et du développement rural

Quant à la ministre de l’environnement et du développement rural, elle a déclaré avoir présentée avec ses collègues de l’intérieur et de la décentralisation et du développement rural une communication conjointe relative à la campagne nationale de protection des pâturages contre les feux de brousse 2019-2020.

Elle a ajouté que cette communication fait le point sur le bilan de la campagne nationale de protection des pâturages des feux de brousse au titre de l’hivernage 2018-2019 et propose un plan d’action détaillé pour assurer une protection efficace des quantités importantes de pâturages disponibles dans la majorité des Wilayas pastorales du pays comme les deux Hodhs, l’Assaba, le Gorgol, le Guidimakha, leBrakna, le Gorgol et le Trarza.

Au sujet des dégâts occasionnés par les feux de brousse, la ministre a précisé que les statistiques de son département montrent que 300 mille hectares des pâturages brulent chaque année et que pour l’année 2017-2018 les pertes ont été chiffrées à 6,30 milliards MRU.

Elle a enfin précisé que le plan cette année s’articule sur quatre axes : la sensibilisation des citoyens sur la préservation des pâturages par les moyens adéquats, l’amélioration de l’état de 10450 anciens pare-feux, la réalisation de 300nouveaux kilomètres de pare-feux, le recensement des feux de brousse et la coordination, le suivi et le contrôle de la campagne.

Communiqué du Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres s’est réuni le jeudi14 Novembre2019 sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, Président de la République.

Il a examiné et adopté les projets de décrets suivants :

– Projet de décret portant organisation et attributions des Mouslihs.

Ce présent projet de décret fixe l’organisation et les attributions des mouslihs en application des dispositions de l’article 58 de l’ordonnance n° 2007-012 portant Organisation Judiciaire, modifiée par la loi n° 2019-25 du 14 mai 2019.

A cet effet, il définit la compétence des mouslihs, précise la procédure de leur nomination, met en exergue leur méthode de travail et prévoit les modalités d’exécution de leurs procès-verbaux.

– Projet de décret fixant le siège et le ressort territorial des Cours d’Appel Commerciales de Nouakchott et de Nouadhibou.

Le présent projet de décret vise à fixer le siège et le ressort territorial des Cours d’Appel Commerciales à Nouakchott et Nouadhibou en application des dispositions de l’article 29(nouveau) de l’ordonnance 2007-012 du 08 février 2007 portant organisation judiciaire modifiée par la loi n° 2019-025 du 15 mai 2019.

Cette réforme permettra de renforcer les capacités des ressources humaines et institutionnelles des juridictions commerciales et de les doter des moyens juridiques de règlement rapide et efficace des litiges.

– Projet de décret fixant les modalités d’affiliation des employeurs et le versement des cotisations à l’Office National de la Médecine du Travail.

Il vise à doter l’Office National de la Médecine du Travail des instruments règlementaires, propres, lui permettant d’assurer pleinement sa mission. Il s’agit donc d’une part, d’une prise en charge par cet Etablissement, du recouvrement des cotisations et d’autre part, d’assurer la mise en œuvre des dispositions de l’article 11 du décret portant création dudit Etablissement.

– Projet de décret fixant le taux de cotisation des employeurs à l’Office National de la Médecine du Travail.

Le présent projet de décret intervient en application des dispositions de l’article 259 de la loi n°2004-017 du 6 Juillet 2004 portant Code du Travail et de l’article 11 du décret 2016-042 du 14 Mars 2016 transformant l’Office Nationale de la Médecine du Travail d’un Etablissement Public à caractère Administratif en un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial.

Informé des résultats de la visite effectuée par son Excellence le Président de la République durant la période du 10 au 11 Novembre 2019 dans la wilaya de l’Adrar, le Conseil des Ministres a adressé ses remerciements et ses vives félicitations aux populations de cette wilaya en général et de la Moughataa de Chinguetti en particulier pour la grande mobilisation et la chaleur de l’accueil réservé au Président de la République ainsi qu’à la délégation qui l’accompagnait.

Le Ministre de la Justice a présenté une communication relative à l’Etat d’avancement du plan d’action du secteur de la Justice.

Cette communication présente le bilan d’exécution du plan d’action du département chargé de la Justice et esquisse les perspectives de sa mise en œuvre.

Le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a présenté une communication relative à la situation internationale.

Puis, le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a présenté une communication relative à la situation intérieure.

Ensuite, le Ministre de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports a présenté une communication relative à l’Etat d’avancement du plan d’action du secteur de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports.

Cette communication présente le bilan d’exécution du plan d’action du département chargé de l’Emploi, de la Jeunesse et des Sports, identifie les contraintes rencontrées et esquisse les perspectives de sa mise en œuvre.

Les Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et le Ministre du Développement Rural ont présenté une communication conjointe relative à la campagne nationale de protection des pâturages contre les feux de brousse 2019-2020.

Cette communication fait le point sur le bilan de la campagne nationale de protection des pâturages des feux de brousse au titre de l’hivernage 2018-2019 et propose un plan d’action détaillé pour assurer une protection efficace des quantités importantes de pâturages disponibles dans la majorité des Wilayas pastorales du pays, et ce dans le cadre de la campagne nationale 2019-2020.

Le ministre des finances reçoit le Chef du service économique Afrique de l’Ouest

Le ministre des finances, M. Mohamed Lemine Ould Dhehbi, a reçu en audience cet après- midi à Nouakchott M. François SPORRER , Chef du service économique Afrique de l’Ouest résident à Abidjan.

L’entretien a porté sur le renforcement de la coopération dans les domaines d’intervention du ministère.

L’audience s’est déroulée en présence de Mme Lucile Porte, adjointe au chef de service économique régional à Dakar et M. Pierre Antoine Pollot, attaché économique à l’ambassade de France à Nouakchott.

A propos de François SPORRER

Avec une double formation d’ingénieur agronome et d’économiste du développement rapporte businessfrance.fr, François SPORRER a fait toute sa carrière dans le dispositif français d’appui à l’internationalisation de l’économie, tour à tour à la Direction des Relations économique extérieures (DREE), à Business France et à la Direction générale du Trésor. Il a ainsi été en poste en Indonésie, en Hongrie, en Turquie, aux Emirats Arabes Unis, au Pérou et en Côte d’Ivoire. En fonction à Abidjan depuis 2017, il dirige le Service économique régional en charge des 14 pays d’Afrique de l’Ouest (hors Nigéria et Ghana), conclut la même source.

Plusieurs blessés dans un lycée près de Los Angeles, le tireur arrêté

AFP – Johannes EISELE

Plusieurs personnes ont été atteintes par balle jeudi matin lorsqu’un tireur a ouvert le feu sur le campus d’un lycée au nord de Los Angeles, avant d’être interpellé par la police, selon les autorités.

Trois des victimes se trouvent dans un état critique un autre blessé ayant également été pris en charge, a annoncé un hôpital de la zone. “La situation est encore très instable. On fait état d’approximativement cinq victimes prises en charge” et évacuées vers des hôpitaux, indiquaient dans leur dernier tweet les services du shérif du comté de Santa Clarita, ville où est situé le lycée Saugus touché par ce drame.

– Tireur blessé –

Le suspect a été arrêté puis hospitalisé, a tweeté le shérif Alex Villanueva du comté de Los Angeles. Il avait auparavant été activement recherché par de nombreux policiers dans la zone résidentielle environnante et les collines voisines. Il a été décrit comme un individu masculin “de type asiatique”, peut-être un adolescent d’une quinzaine d’années, vêtu d’une casquette et d’une chemise noires et d’un blue jean.

Les services du shérif avaient appelé les habitants de la zone à rester chez eux et à verrouiller leur porte jusqu’à nouvel ordre. Le campus du lycée a fait l’objet d’une fouille minutieuse pendant près d’une heure par les forces de l’ordre. “La Maison Blanche encourage tous ceux qui se trouvent dans la zone à suivre les conseils des forces de l’ordre locales et des secours”, a réagi une porte-parole du président Donald Trump, “qui est en train de suivre les développements de la fusillade au lycée de Santa Clarita”.

“Toujours très prudent” –

Le drame est survenu aux environs de 7h40 alors que de nombreux élèves étaient déjà présents sur place et que d’autres continuaient à arriver. C’était le cas de Denzel Abesamis, en dernière année à Saugus, qui a aperçu des camarades de classe s’enfuir en courant au moment où il allait se garer. Il a alors fait demi-tour et appelé une amie qui se trouvait déjà sur le campus. Selon le Los Angeles Times, cette dernière lui a dit qu’il y avait un tireur et qu’elle se cachait dans une salle de classe avec cinq autres élèves.

“J’ai toujours eu peur que quelque chose comme ça arrive”, a dit Denzel Abesamis. “Saugus a toujours insisté sur l’importance d’être toujours très prudent si quoi que ce soit devait se passer, comme un tireur”, a-t-il ajouté.

Le lycée était le théâtre d’un important déploiement policier, selon des images diffusées par les télévisions locales. Des prises de vue aériennes ont montré des élèves du lycée Saugus en train d’être évacués en file indienne, parfois les mains en l’air.

Sur d’autres, on pouvait voir les secours tenter de ranimer une personne apparemment inconsciente et d’autres en train d’être soignées sur la pelouse. Selon le Los Angeles Times, au moins une des victimes a été retrouvée blessée dans la salle de musique du lycée.

Tous les autres établissements scolaires situés aux alentours avaient été placés par mesure de sécurité en état de confinement, comme c’est l’usage aux Etats-Unis, où de tels drames sont fréquents. Le pays a connu ces dernières années de plusieurs tueries en milieu scolaire qui ont choqué l’opinion publique sans véritablement remettre en cause la libre prolifération des armes à feu dans le pays.

AFP

Chômage : 3 questions sur la légère hausse enregistrée par l’Insee

Le chômage a augmenté de 0,1% au troisième trimestre 2019, alors que la croissance est en hausse comme le nombre de créations d’emplois dans le privé… Décryptage.

Tous les indicateurs sont au vert, pourtant le chômage a légèrement augmenté au troisième trimestre 2019. Une hausse de 0,1%, pour s’établir à 8,6% de la population active en France entière selon les chiffres communiqués par l’Insee ce vendredi. Soit 10 000 chômeurs de plus entre juillet et septembre, pour un total de 2,528 millions dans l’Hexagone.

Pourtant, la croissance a augmenté de 0,3% au troisième trimestre, avec selon l’Insee une progression attendue de 1,3% du PIB en 2019. Un résultat un peu au-dessus de la moyenne de la zone euro à 1,2%. De même, l’institut de la statistique a annoncé la semaine dernière une hausse de l’emploi salarié privé de 0,3% sur le troisième trimestre, soit la création nette de 54 300 postes. Sur l’année, ce taux grimpe à 1,4%… Alors, comment analyser cette hausse du chômage, alors que la conjoncture semble favorable ? L’Express fait le point.

Quelles hypothèses pour expliquer la hausse ?

Tout d’abord, d’après les chiffres de l’Insee, le chômage n’est pas en hausse pour toutes les catégories de la population. Ainsi, il baisse de 0,2 point pour les jeunes (15-24 ans) et reste stable pour les 25-49 ans. En revanche, pour les plus de 50 ans il augmente de 0,1 point : au sein de cette tranche d’âge, il est stable pour les femmes mais augmente de 0,3 point pour les hommes. 

Mais au regard de la faiblesse de cette hausse, difficile d’être catégorique quant à ses raisons, d’après les économistes interrogés par L’Express. “Les créations d’emploi font certes baisser le chômage, mais la hausse de la population active le fait monter, puisqu’il y a davantage de personnes qui demandent à travailler. Il semble que cela explique le bilan un peu négatif de ce trimestre”, estime Xavier Timbeau, le directeur principal de l’OFCE. 

Pour sa part, le maître de conférences en économie à l’Université Paris-13 Dany Lang fait une autre hypothèse. “Il peut s’agir de certains chômeurs découragés qui sont revenus sur le marché du travail à la suite de l’embellie sur le front du chômage”, souligne-t-il, même s’il préfère rester prudent. 

Quelle est l’évolution du chômage à plus long terme ?

Si l’on regarde à plus long terme, la perspective est cependant plutôt positive. Le taux de chômage en France a en effet baissé de 0,5 point entre les troisièmes trimestres de 2018 et de 2019. “La dynamique de l’emploi est positive”, juge ainsi Denis Ferrand, directeur général de l’institut Rexecode. “Cela fait plusieurs mois qu’on voit des créations nettes d’emplois, et les enquêtes montrent que le climat des affaires reste bon, même si cela semble ralentir un peu”, ajoute-t-il. 

Un constat que confirme Philippe Martin, le président délégué du Conseil d’analyse économique. “La tendance globale depuis 2015 est à la baisse du chômage. Mais, de temps en temps, de petites augmentations ont pu se produire, ce n’est pas nécessairement rectiligne”, note-t-il. 

En effet, le taux de chômage est passé en France de 10,4% au troisième trimestre de 2015 à 8,6% à la même date en 2019, d’après les chiffres de l’Insee. Une hausse de 0,3 point avait néanmoins été enregistrée au premier trimestre 2018, avant que la courbe ne revienne à la baisse. 

Qu’en est-il de l’emploi précaire ?

En ce qui concerne l’emploi précaire, “certains indicateurs ne sont pas très bons”, souligne pour sa part Anne Eydoux, maîtresse de conférences à l’université de Rennes-2 et chercheuse au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET). “Le halo du chômage, qui représente des gens qui disent vouloir travailler mais n’ont pas fait de démarches actives de recherche d’emploi, dans le sens où l’Insee les définit, est en hausse”, fait-elle valoir à cet égard. En effet, leur nombre a augmenté de 27 000 entre les deuxièmes et troisièmes trimestres 2019, concernant aujourd’hui 1,6 million de personnes. 

La part du sous-emploi, constitué des personnes qui souhaitent travailler davantage, comme les employés à temps partiel, est en hausse de 0,1 point sur le trimestre, à 5,4% des personnes en emploi. Néanmoins, sur l’année, elle recule de 0,3 point. 

=

Le taux d’emploi, c’est-à-dire la proportion des 15-64 ans qui travaillent, diminue, lui, de 0,3 point à 65,2% sur le troisième trimestre. Par ailleurs, le taux d’emploi en contrat à durée indéterminée (CDI) des 15-64 ans diminue de 0,2 point sur le trimestre pour atteindre 49 %. Concernant le taux d’emploi en contrat à durée déterminée (CDD) ou en intérim, il reste stable par rapport au trimestre précédent et baisse de 0,2 point sur un an, atteignant 7,5 %. 

Pour autant, on ne peut pas dire que les emplois se précarisent, selon Denis Ferrand. “Si l’on regarde les flux, on se rend compte qu’il y a une progression nette tendancielle des embauches qui se font en CDI”, affirme-t-il. Selon les données de l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), les déclarations d’embauche en CDI ont en effet progressé de +3% au troisième trimestre 2019, contre +1,7% en ce qui concerne les CDD de plus d’un mois.

Par Paul Véronique

lexpress.fr

Euro 2020 : Les Bleus battent la Moldavie (2-1)

Déjà qualifiés pour l’Euro 2020, les Bleus battent la Moldavie (2-1) et passent premiers du groupe. Mais l’équipe de France a pataugé, jeudi 14 novembre, sur la pelouse du Stade de France même si Olivier Giroud a encore une fois sauvé l’équipe à dix minutes de la fin.

Polynésie la 1ère (MLSF) avec franceinfo • Publié le 14 novembre 2019 à 13h48

Une victoire certes, mais une victoire laborieuse. C’est dans la douleur que les Bleus ont fini par battre la Moldavie, jeudi 14 novembre, sur la pelouse du Stade de France 2-1). Rapidement menée au score après l’ouverture de l’attaquant Rata dès la 9e minute, l’équipe de France de football a longtemps couru après le score. 

Il aura fallu attendre la 35e minute pour voir les Français égaliser au tableau d’affichage. Sur un coup-franc frappé par Antoine Griezmann, Raphaël Varane surgit pour placer une tête dans le but vide. Puis c’est Olivier Giroud qui finira par délivrer les Bleus à la 79e minute, en prenant à contre-pied du pied droit le gardien moldave.

Qualifiés pour l’Euro… avant même de jouer

L’équipe de France a joué la rencontre l’esprit libéré. Il faut dire qu’elle a appris avant même le coup d’envoi qu’elle allait disputer l’Euro 2020. Le match nul entre la Turquie et l’Islande (0-0), un peu plus tôt jeudi, leur offrait en effet un billet pour le championnat d’Europe 2020. Troisièmes du groupe H, les Islandais ne peuvent plus rejoindre les Bleus, assurés de terminer à l’une des deux premières places qualificatives de leur poule.

Cette victoire contre la Moldavie permet également à la bande de Griezmann et Mbappé de ravir la tête du groupe H aux Turcs (également qualifiés). Les champions du monde français, vice-champions d’Europe en 2016, finiront en effet à coup sûr premiers de leur groupe s’ils battent les Moldaves, jeudi soir, puis l’Albanie dimanche à Tirana. Ce serait le scénario idéal pour obtenir un statut de tête de série en vue du tirage au sort de l’Euro, prévu le 30 novembre.

la1ere.francetvinfo.fr

Les pays de l’UMA lancent un appel urgent à la concertation maghrébine pour la mise en œuvre de la ZLECA

Rabat, 13 octobre 2019 (CEA) – Réunis cette semaine à l’occasion du Séminaire sur l’impact potentiel de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA) sur les économies maghrébines organisé par le Bureau de la CEA en Afrique du Nord en partenariat avec le Secrétariat Général de l’Union du Maghreb Arabe, les représentants de l’Algérie, de la Libye, du Maroc, de la Mauritanie et de la Tunisie ont insisté sur la nécessité urgente de coordonner leurs stratégies pour la mise en œuvre de la ZLECA de façon à assurer une convergence et une prise en compte des intérêts et priorités aux niveaux national et régional.

Les représentants des cinq pays ont également appelé le Secrétariat Général de l’UMA à leur fournir un soutien renforcé par la promotion du dialogue maghrébin pour la concrétisation du marché unique africain.

Organisé du 11 au 12 novembre à Rabat (Maroc) le séminaire sur l’impact potentiel de la ZLECA s’est tenu avec la participation de Taïeb Baccouche, Secrétaire Général de l’UMA, Sid’Ahmed Ould Mohamed, Ministre du Commerce et du Tourisme de Mauritanie, Albert Muchanga, Commissaire au Commerce et à l’Industrie à la Commission de l’Union Africaine ainsi que les négociateurs en chef pour la ZLECA des cinq pays du Maghreb.

 « L’intégration maghrébine, un jalon du processus d’intégration continentale, est plus que jamais d’actualité au vu de la similitude des défis de développement, des opportunités qu’elle représente en termes de croissance et d’emploi compte tenu de la position stratégique dont dispose la sous-région» a souligné Lilia Hachem Naas, Directrice du Bureau de la CEA en Afrique du Nord pour qui une intégration maghrébine réelle renforcerait les pouvoirs de négociation des Etats de la région, encouragerait le développement du commerce et des investissements, permettrait la réalisation d’économies d’échelle par l’accroissement de la taille des marchés et une meilleure prévisibilité des politiques publiques par leur ancrage dans une perspective régionale.

En effet, de récentes études de la CEA, ont révélé que l’intégration maghrébine, un des huit piliers de la mise en œuvre de la ZLECA et de l’intégration africaine, peut permettre aux pays du Maghreb de diversifier leurs économies, accélérer leur transformation structurelle et générer des emplois.

« L’Afrique du Nord jouit d’une position géostratégique inouïe ». A cheval entre deux mondes économiques très différents, elle doit jouer la passerelle dans les chaînes de valeurs industrielles mondiales, a indiqué Sid’Ahmed Ould Mohamed, Ministre du Commerce et du Tourisme de Mauritanie qui a appelé l’UMA à faciliter la concertation intra-maghrébine autour des négociations nécessaires pour valoriser et catalyser les opportunités qui s’offrent aujourd’hui à l’Afrique du Nord. Le ministre mauritanien a également invité l’UMA à organiser une réunion des ministres maghrébins du commerce ainsi qu’un sommet extraordinaire sur le thème de l’intégration économique de ses pays membres au sein de la ZLECA. Enfin, il a encouragé les pays du Maghreb à finaliser leurs listes de concessions tarifaires, leurs offres en matière de commerce de services et à mener à bien les premières étapes charnières de la mise en œuvre.

« La stratégie maghrébine fait défaut actuellement, et nous sommes déterminés à aller de l’avant pour la réaliser. Ceci est pour nous nécessaire avant la tenue du prochain Sommet de l’Union Africaine à Addis Abeba en février prochain », a assuré Taïeb Baccouche, Secrétaire Général de l’Union du Maghreb Arabe à l’issue de la rencontre. Des discussions sont actuellement en cours entre l’UMA et la Mauritanie pour l’organisation d’un conseil ministériel maghrébin du commerce et avec l’Union Africaine pour l’organisation d’un Sommet de haut niveau en marge du prochain Sommet de l’Union Africaine en février 2020 sur la base des recommandations issues du séminaire régional.

Organisé avec pour objectif d’encourager un meilleur positionnement des économies maghrébines dans le processus de construction du marché unique africain, le Séminaire sur l’Impact potentiel de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine a été l’occasion pour les participants de s’accorder sur le rôle déterminant du secteur privé dans le processus d’intégration régionale et la nécessité de mettre en place des mécanismes qui lui permettent de contribuer au succès du processus ; renforcer le soutien du système financier maghrébin aux activités d’import-export, et porter une attention accrue à l’élimination des barrières non tarifaires qui constituent l’obstacle le plus important au commerce dans la sous-région.  

Entrée en vigueur le 30 mai 2019, la ZLECA a pour but de réduire les barrières tarifaires et harmoniser les règles de commerce entre pays membres en vue de réduire les coûts de transaction et favoriser les échanges intrarégionaux de biens et de services. Selon les estimations de la Commission économique pour l’Afrique, il est attendu que la concrétisation de la ZLECA favorise une augmentation de plus de 60% des échanges intérieurs intracontinentaux, notamment pour les produits industriels manufacturés.

Favorisée par ses nombreux avantages stratégiques (complémentarité des économies, opportunités de chaînes de valeurs sous-régionales, qualité des infrastructures de transport, main d’œuvre éduquée et bien formée, langue commune, proximité avec la zone euro-méditerranéenne, etc.), l’Afrique du Nord pourrait bénéficier encore davantage de la ZLECA si cette dernière est associée à la mise en place de mesures de facilitation du commerce. Les projections montrent un potentiel d’augmentation du commerce industriel nord-africain de près de 70% (près de 7,1 milliards de dollars en Afrique du Nord, et près de 6,5 milliards entre l’Afrique du Nord et le reste du continent).

A l’heure actuelle toutefois, le Maghreb est la sous-région la moins intégrée du continent africain. En 2018, par exemple, seulement 3,34% des exportations des pays membres de l’UMA avaient été destinées au marché maghrébin en 2018.

 « La ZLECA est un nouveau levier qui nous est offert pour concrétiser l’intégration maghrébine tant attendue par nos opérateurs économiques » a indiqué Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique du Maroc dans une allocution prononcée en son nom. « L’intégration entre nos 5 pays maghrébins constitue le meilleur choix pour assurer le développement socio-économique et préservera la paix et la stabilité dans la région », a-t-il ajouté.

Les défis restent toutefois nombreux pour les pays du Maghreb. « La ZLECA est une vaste entreprise qui a suscité des attentes à travers l’Afrique. Etant donné la lourde responsabilité de ne pas décevoir ces attentes, le continent n’a d’autre choix que de mettre en œuvre l’accord de la ZLECA et de réussir l’intégration continentale », a conclu le Commissaire de l’Union Africaine au Commerce et à l’Industrie Albert Muchanga.

Le projet de la ZLECA suscite également des attentes au-delà du continent africain.  Michaela Dodini, de la Délégation de l’UE à Rabat a ainsi souligné que l’UE et l’UA ont toutes deux en commun l’objectif de promouvoir le bien-être de leurs populations et la croissance par le commerce et les investissements en Afrique, en tant que vecteurs de développement inclusif et de création d’emplois. « Notre vision est qu’une fois appliquée, la ZLECA puisse devenir le point d’ancrage d’une zone de libre-échange de continent à continent, qui permettrait de créer une vaste zone d’intégration et de prospérité entre l’Europe et l’Afrique ».

بلدان اتحاد المغرب العربي توجه نداءً عاجلاً للتشاور المغاربي من أجل تنفيذ اتفاقية منطقة التبادل الحر القارية الأفريقية

 Equipe de communication
Commission Economique pour l’Afrique
Bureau pour l’Afrique du Nord
Tel : +212 (0) 537 548 749
Email: .img@.img">.img@.img.img@.img">.img@.img
Twitter : @CEA_ANcoms

144 tonnes de pomme de terre et d’oignon exportées vers la Mauritanie

Une première cargaison de soixante (60) tonnes de pomme de terre a été exportée vers la Mauritanie au courant de cette semaine, selon les services des douanes de la wilaya de Tiaret. Cette opération d’exportation sera suivie par une autre cargaison de légumes via le poste frontalier entre l’Algérie et la Mauritanie.

Tiaret, avec son laboratoire d’amélioration des techniques de production de semences de pomme de terre et l’augmentation des périmètres irrigués réservés à ce tubercule, il est attendu que des quantités de plus en plus importantes seront produites et destinées à l’exportation, selon la chambre de l’agriculture. Début novembre, deux opérations d’exportation d’oignon rouge, une première de 39 tonnes et une deuxième de 45 tonnes, produit dans les fermes de la wilaya, ont été lancées sous la supervision du wali, du directeur des services agricoles, celui du commerce et l’inspecteur des douanes.

Selon les responsables du commerce de Tiaret, une troisième opération d’exportation de 60 tonnes d’oignon rouge est prévue dans les semaines à venir.

lequotidien-oran