Catégories
Mauritanie

Nouakchott abrite concours pour les prestataires d’enseignement

Nouakchott a abrité ce dimanche le démarrage du concours national pour la sélection de prestataires de services d’enseignement au profit des wilaya de l’intérieur du pays.

Se sont présentés à ce concours pour la section instituteurs 5988 candidats dont 3000 seront choisis pour cette spécialité alors que sur les 4084 candidats aux postes de professeurs, seuls 2030 seront sélectionnés.

Les ministres MM : Adama Bocar Soko et Mohamed Melainine Ould Eyih ont effectué une visite conjointe des centres d’examen du collège 4 de Toujounine et du lycée d’Arafat 2 ) ainsi que de l’école d’application relevant de l’Ecole Normale des Instituteurs (ENI) de Nouakchott.

ils ont pu s’enquérir des conditions du déroulement des examens et ont demandé des explications sur la méthodologie adoptée pour la supervision et sur le niveau de présence des staffs d’encadrement.

A la fin de la visite, le ministre de l’éducation nationale, M. Mohamed Melainine Ould Eyih a indiqué que l’organisation du concours de recrutement a donné lieu à la candidature de 10072 enseignants dont 4000 pour l’enseignement secondaire et 6000 pour le fondamental.

Sur ce chiffre, 2030 seront retenus pour le secondaire et 3000 pour le fondamental. Aussi le ministre pense qu’ainsi les deux départements auront les prestataires recherchés.

Il a précisé que ce concours organisé, de concert avec le ministère de l’emploi, donne le ton s’agissant de la transparence et de l’égalité des citoyens devant les opportunités qu’offre l’administration publique conformément au programme du Président de la République .

Lequel vise une réforme globale du secteur de l’enseignement pour arriver à des écoles d’excellence qui répondent aux exigences de l’époque.

Ce recrutement intervient pour combler le déficit de 5030 postes d’enseignant tant au fondamental qu’au secondaire.

A cet effet, fait-il remarquer, certains de ces nouvelles recrues bénéficieront de formations et suivant leurs capacités et leur vocation, seront professionnalisées tandis que d’autres seront réorientées pour être versées dans différents secteurs.

Toujours est-il dit le ministre, qu’il y a une volonté que les réformes qui vont être mises en œuvre arrivent à faire des Ecoles Normales d’Instituteurs (ENI) et des Ecoles Normales Supérieures (ENS) qui soient de véritables écoles d’excellence aptes à produire des élites de haut rang.

Pour sa part, le ministre de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle a expliqué que ces visites ont permis de se rendre compte de près des conditions de déroulement des examens, relevant que les informations disponibles soulignent que les préparatifs ont été au niveau requis.

Il a ajouté que le taux de candidature aux examens est bien élevé car dépassant les 10 mille alors que l’on ne demande pas plus de 5030 dont 3000 instituteurs et 2030 professeurs, ce qui va permettre de trouver le nombre d’enseignants demandé.

L’objectif de l’opération, poursuit-il, est de pallier au déficit en enseignants des deux cycles primaire et secondaire de manière transparente qui garantisse aux candidats l’accès libre aux postes ouverts suivant les règles de la saine compétition de façon à choisir le meilleur.

L’organisation adoptée est de nature par ailleurs, à assurer la pérennité de l’opération pour choisir les meilleurs afin de les orienter vers les classes.

Le département, dit-il, s’attelle à dynamiser l’ENI et l’ENS pour préparer des instituteurs et des professeurs compétents porteurs de projets ambitieux de nature à réaliser les objectifs de l’école républicaine.

Le ministère planche actuellement sur une étude exhaustive en vue de la sélection des enseignants afin de mieux connaître leur situation, leur statut, et de pouvoir, ce faisant, corriger les déséquilibres à ces niveaux dans le cadre de la règlementation régissant la fonction publique.

Catégories
Mauritanie

Pénurie de légumes à Nouakchott

Pénurie de légumes à Nouakchott suite à une fermeture du passage terrestre avec le Maroc

Par ailleurs, une source sécuritaire à Nouadhibou, située à quelque 55 kilomètres de la frontière terrestre avec le Maroc, a confirmé à APA .

la pénurie des légumes est dû à l’existence d’un problème au niveau du point de passage entre les deux pays appelé communément Guergueratt.

Il semble que des transporteurs marocains ont fermé ce passage au cours des derniers jours pour protester contre une augmentation de tarifs douaniers nouvellement appliquée, a ajouté la même source.

Celle-ci a toutefois précisé qu’un début de dénouement a été constaté depuis samedi, même si d’énormes quantités des produits en attente sont déjà pourries.

Passage forcé des véhicules dans les deux sens, le point de Guergueratt échappe au contrôle aussi bien du Maroc que de la Mauritanie parce qu’il se trouve dans une zone tampon entre les deux pays.

Celle-ci a toutefois précisé qu’un début de dénouement a été constaté depuis samedi, même si d’énormes quantités des produits en attente sont déjà pourries.

Passage forcé des véhicules dans les deux sens, le point de Guergueratt échappe au contrôle aussi bien du Maroc que de la Mauritanie parce qu’il se trouve dans une zone tampon entre les deux pays.

La Mauritanie importe une grande partie des légumes et fruits par voie terrestre du Maroc.

APA

*Guerguerat, Guergarat, ou Gargarate est une localité frontalière située à l’extrême sud-ouest du Sahara occidental, sous contrôle marocain. Pour le Maroc, Guerguerat fait partie de la province d’Aousserd, dans la région Dakhla-Oued Ed-Dahab.

Catégories
A la une

Mort d’Al-Baghdadi : une sinistre épopée du terroriste le plus recherché

Mort d’Abou Bakr Al-Baghdadi : une sinistre épopée du terroriste le plus recherché au monde stoppée nette par les Américains.

Abou Bakr Al-Baghdadi, Chef de l’organisation terroriste DAESH s’est suicidé, dans la nuit du 26 au 27 octobre 2019, lors d’une opération de l’armée américaine dans le Nord-Ouest de la Syrie telle a été l’annonce faite, le 27 octobre 2019, par le Président américain Donald Trump.

L’opération héliportée des forces américaines en Syrie près de Barisha, dans la région d’Idleb, frontalière de la Turquie, a été un franc succès et a été la plus importante ciblant un haut responsable terroriste jihadiste et ce, depuis la mort, le 02 mai 2011, d’Oussama Ben Laden, le Chef d’Al Qaïda, tué par les forces spéciales américaines à Abbotabad au Pakistan.

Abou Bakr Al-Baghdadi, le responsable de nombreux actes terroristes sanglants à travers le monde, a activé, dans un geste de lâcheté, sa veste chargée d’explosifs pour se suicider au moment même où les commandos américains se rapprochaient de sa planque. Le suicide d’Abou Bakr Al-Baghdadi, ex calife de la terreur, et celui de deux de ses épouses sont incompatibles avec les préceptes même du Saint Coran qui l’interdit formellement. Ce qui prouve qu’il n’y connaissait rien en les préceptes de l’Islam qu’il détournait par pure intérêt et de manière criminelle.

Parmi les premières réactions de la mort d’Abou Bakr Al-Baghdadi 

Parmi les premières réactions on notera celles des membres des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), des Kurdes appuyés désormais par l’armée syrienne, qui ont évoqué une victoire historique.

S’agissant de l’après Abou Bakr Al-Baghdadi, il va sans dire que DAESH va devoir se trouver rapidement un nouveau leader du fait que l’Etat Islamique se prétend être un califat et que ce nouveau calife devra donner des informations sur sa personne pour que les différentes branches de l’État Islamique lui prêtent allégeance.

La mort de ce terroriste, lâche et sanguinaire, que fut Ibrahim Awad Ibrahim Al-Badri, dit Abou Bakr Al-Baghdadi, est une grande victoire du monde libre qui veut le respect de toutes les religions, des libertés et des Droits Humains sans aucune distinction de race ou de couleur.

A rappeler que cet Abou Bakr Al-Baghdadi avait reconnu, le 30 octobre 2016, l’allégeance du groupe terroriste « Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS) » dirigé le polisarien à savoir Adnane Abou Walid Al-Sahraoui, un terroriste à la solde du régime algérien.

Farid Mnebhi.

Catégories
A la une

Elodie Gossuin, fervente ambassadrice UNICEF en Mauritanie

Elodie Gossuin, engagée depuis 2014 auprès de l’Unicef, s’est rendue en Mauritanie en octobre 2019.

L’animatrice radio, maman de 4 enfants, a pu témoigner des programmes mis en place dans le pays en faveur de la protection des filles. 


« Je tiens à saluer le travail remarquable fait en Mauritanie par les équipes d’UNICEF et leurs partenaires.

J’ai été très émue de les rencontrer et de voir ce qu’ils font au quotidien.

Je suis bénévole et quand je vois ce qu’ils font tous les jours, cela force l’admiration, je suis très honorée d’être en quelque sorte leur porte-parole. » a déclaré Elodie Gossuin, à propos de son voyage en Mauritanie.

Elodie Gossuin  souhaite étendre son message

Elle emboîte les pas à l’ambassadrice Laury Thilleman, qui s’était rendue au Kenya en septembre 2019, Miss France 2001 a passé plusieurs jours dans un des plus pauvres pays d’Afrique où est enregistré l’un des taux les plus élevés de mariages précoces, afin de soutenir les programmes de l’UNICEF concernant la protection et l’éducation des filles. 

Animatrice radio à plein temps, Elodie Gossuin a co-animé en direct depuis Nouackchott, capitale de la Mauritanie, son émission sur RFM et a pu partager sa mission avec les auditeurs. En utilisant son outil de travail sur place, elle a souhaité étendre son message et le combat mené par l’UNICEF.

journal des femmes


Catégories
Economie

McDermott se voit attribuer un contrat sur le projet Grand Tortue Ahmeyim

McDermott a annoncé avoir remporté un contrat de sous-traitance pour la fabrication d’équipements sous-marins, d’ombilicaux et de flowlines nécessaires au fonctionnement du projet gazier Grand Tortue Ahmeyim.

Les équipements seront fabriqués dans le chantier de McDermott à Batam, une île de l’archipel indonésien de Riau.

Ian Prescott, vice-président pour l’Asie Pacifique a indiqué que l’exécution des travaux sera faite suivant un calendrier accéléré.

Ils devraient débuter avant la fin de cette année pour s’achever au troisième trimestre 2020. La valeur du contrat est comprise entre 1 et 50 millions de dollars.

Il importe de noter que l’étendue des travaux de fabrication comprend la gestion de projet, l’ingénierie de fabrication, l’approvisionnement, le préassemblage, la fabrication, les essais de réception et les essais d’intégration du système.

McDermott n’en est pas à son premier contrat de travail sur cet important proje Grand Tortue Ahmeyim .

Elle a récemment remporté un contrat de fabrication de structures des pipelines et des colonnes montantes du projet.

Olivier de Souza

Agence Ecofin

Catégories
Mauritanie

Mohamed Ould Noueigued veut encore croire au secteur privé

Le PDG de la Banque nationale de Mauritanie

Mohamed Ould Noueigued, à 55 ans, il est à la tête de l’une des entreprises familiales les plus puissantes du pays, le groupe Abdallahi Ould Noueigued (AON, du nom de son père) .

AON est présente dans le BTP, la pêche, l’agroalimentaire, les hydrocarbures et la banque.

Mohamed Ould Noueigued est surtout le PDG de la Banque nationale de Mauritanie (BNM), qui a notamment investi 80 millions de dollars dans l’aéroport international de Nouakchott-Oumtounsy, inauguré en 2016.

Proche de l’ex-président Maaouiya Ould Taya, Mohamed Ould Noueigued a connu la prison quand Mohamed Ould Abdelaziz s’est emparé du pouvoir, en 2008. Mais, à la différence d’un autre homme d’affaires, Mohamed Ould Bouamatou, il ne s’est jamais opposé à l’exécutif, préférant les joies de l’entreprise aux intrigues politiques. En février, il est apparu en compagnie de l’ancien président français François Hollande, qu’il avait invité à Atar, dans l’Adrar, son fief, avec son ancien ministre de l’Économie Michel Sapin.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE

teles-relay


À propos de la Banque nationale de Mauritanie


Sauter à la navigation
Sauter à la recherche

La Banque nationale de Mauritanie est une des principales banques de Mauritanie.

Selon wikipedia, elle a été créée en 1989 par une fusion entre la Banque Internationale pour la Mauritanie et la Société Mauritanienne de Banques (filiale de la Société générale).

En 1991 la banque s’ouvre aux actionnaires privés, jusqu’à atteindre un désengagement total de l’État mauritanien en 1993.

La banque a essentiellement des activités de dépôt et de crédit à la clientèle. À la fin 2003, la banque avait un produit bancaire net de 2,419 milliards de Ouguiya pour un résultat de 588 millions de Ouguiya.

Ses principaux concurrents sont la Banque pour le commerce et l’investissement, la Banque mauritanienne pour le commerce international et la Générale de banque de Mauritanie.