Catégories
A la une

Le candidat Ghazwani : Le programme que je présente aux mauritaniens répond à leurs aspirations

Le candidat Ghazwani a déclaré que le programme électoral qu’il présente aux mauritaniens, qui a été élaboré à partir d’une connaissance parfaite des différents défis du pays dans tous les domaines, répond aux aspirations des citoyens et aux exigences de développement du pays.

Le candidat, qui a remercié les habitants d’Akjoujt pour l’accueil qu’ils lui ont réservé, a précisé que son programme, objectif et ambitieux, visent à réaliser plusieurs objectifs dont la stabilité du pays, le renforcement de sa sécurité, de son unité, l’éradication de la pauvreté, du chômage et des différents formes d’iniquité. Il a aussi ajouté que la création d’institutions fortes, l’offrent d’enseignement, de soins et de services essentiels de qualité aux citoyens où ils se trouvent auxquels s’ajoutent la lutte contre les disparités et l’extrémisme, la construction d’un État moderne respectueux des valeurs islamiques, des libertés et des droits du peuple comptent parmi les volet du programme.

Il a affirmé, qu’il insistera sur l’orientation des ressources de l’État au financement de projets structurants pour préserver les équilibres macro-économiques et une croissance en net amélioration en vue d’assurer un développement durable avant d’assurer, s’il est élu, de travailler pour l’instaurer de l’égalité pour tous devant la loi et l’ancrage d’un État de droit respectueux des libertés des citoyens qu’il exhorte à contribuer à l’instauration d’un pays riche par sa diversité.

Le candidat a rappelé le rôle central que joue l’enseignement dans la construction d’un pays et le renforcement de son unité nationale avant de signaler que des réformes seront entreprises au niveau des systèmes éducatif et de santé pour permettre à chaque enfant en âge de scolarisation de fréquenter des écoles publiques modernes et aux citoyens de bénéficier de soins de qualité. Parmi les mesures qui seront prises, il cite l’amélioration des conditions des personnels de l’enseignement et de la santé et la mise en place d’équipements nécessaires à la bonne marche de ces deux secteurs.

M. Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed Cheikh Ghazwani a affirmé qu’il va accorder un intérêt particulier à l’Inchiri, cette wilaya minière, qui contribue de manière efficace à la construction du pays avant d’annoncer qu’elle va bénéficier, au cours de son mandat, s’il est élu, de la création de conditions favorables au développement d’activités minières, de l’ouverture à Akjoujt d’ un centre de formation industrielle, de la poursuite de la construction du port de Tanite et de financements d’activités génératrices de revenus.

le candidat a enfin demandé aux populations de l’Inchiri de voter en sa faveur le jour du scrutin.

Catégories
A la une Mauritanie

Des experts des droits humains de l’ONU demandent la libération d’un blogueur mauritanien

Un groupe d’experts des droits humains de l’ONU a exprimé mardi sa grande préoccupation quant à la détention arbitraire prolongée et l’état de santé du blogueur et défenseur de droits humains mauritanien Cheikh Ould Mohamed M’Kheitir. 

« Nous demandons au gouvernement de la Mauritanie de libérer M. M’Kheitir en accord avec ses obligations internationales et les recommandations des mécanismes des Nations Unies pour les droits humains », ont déclaré ces experts dans un communiqué de presse.

M. M’Kheitir a été condamné à mort pour apostasie en décembre 2014 après avoir publié un article en ligne questionnant l’utilisation de justifications religieuses pour légitimer la discrimination basée sur les castes. Le 9 novembre 2017, la Cour d’appel de Nouadhibou a annulé sa condamnation à mort et l’a condamné à deux ans de prison et une amende, le rendant éligible pour une libération immédiate eu égard au temps déjà passé en prison. 

Refusant d’appliquer la décision de la Cour d’appel, le gouvernement a cependant décidé de le placer en détention administrative dans un lieu inconnu du public, sans accès à ses avocats, pour des raisons d’ordre public et pour prétendument assurer la sécurité physique de M. M’Kheitir. Le procureur de la république a aussi fait appel de la décision auprès de la Cour suprême mais rien n’indique que la Cour examinera ce cas prochainement. 

« Il est très préoccupant que M. M’Kheitir ait déjà été détenu pendant quatre ans et que, au mépris de la décision de la Cour d‘appel, la détention administrative soit aujourd’hui considérée comme la seule solution pour garantir sa sécurité et l’ordre public en Mauritanie, ce qui ne devrait pas être le cas dans un Etat de droit » ont ajouté les experts, indiquant qu’il est impératif pour M. M’Kheitir d’avoir accès à ses avocats. 

« Cette détention prolongée pour l’exercice pacifique de ses droits à la liberté de conscience et d’expression, est en contradiction avec les normes internationales relatives aux droits de l’homme et les conventions internationales ratifiées par la Mauritanie, et viole ses droits fondamentaux », ont déclaré les experts.

Des informations crédibles indiquent que l’état de santé de M. M’Kheitir s’est dégradé de manière significative depuis qu’il est, il y a plus d’un an, en détention administrative et dans un lieu inconnu du public. 

« Les dommages à l’intégrité physique et mental de M’Kheitir rendent sa libération ou son évacuation médicale très urgente afin qu’il puisse accéder à des traitements médicaux adéquats », ont conclu les experts. 

Ces experts sont : Agnès Callamard, Rapporteure spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires;  Karima Bennoune, Rapporteure spéciale des Nations Unies dans le domaine des droits culturels ;  José Antonio Guevara Bermúdez, Président-Rapporteur du Groupe de travail sur la détention arbitraire ; Bernard Duhaime, Président-Rapporteur du  Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires ; Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme ;  Nils Melzer, Rapporteur Spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ;  Dainius Pūras, Rapporteur Spécial sur le droit à la santé ;  Diego García-SayánRapporteur spécial sur l’indépendance des juges et des avocats ; et Ahmed Shaheed, Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction.

Catégories
Sport

Moussa Wagué et Alfred Ndiaye parmi les 20 africains de la Liga à la CAN

Dakar, 18 juin (APS) – Vingt (20 joueurs) dont les Sénégalais Moussa Wagué (Barcelone) et Alfred Ndiaye (Malaga, D2), évoluant dans la Liga (les championnats d’élite et de D2 espagnole) prendront part à la CAN 2019 qui aura lieu du 21 juin au 19 juillet en Egypte, annonce un communiqué de l’instance dirigeante du football professionnel en Espagne reçu à l’APS. Champion d’Espagne avec les Catalans, l’arrière droit sénégalais sera l’un des porte-drapeaux de La liga qui ’’disposera d’un espace de 1200 mètres carrés au Caire’’ à l’occasion de la CAN. Alfred Ndiaye, prêté à Malaga par Villaréal, fait aussi partie de ce contingent de joueurs qui aura comme ambassadeurs le Camerounais Samuel Eto’o et l’Espagnol Fernando Morientes. Si le Sénégal placera deux internationaux, le Ghana n’est pas moins bien loti avec deux cadres et surtout le milieu de l’Atletico Madrid, Thomas Partey, un des joueurs phares de la Liga espagnole. Avec Mubarak Wakaso (Alaves), ils feront partie des joueurs majeurs des Black Stars qui comptent quatre titres de champions d’Afrique. Voici la liste des internationaux africains de la Liga : Moussa Wagué (FC Barcelone), Hassen El Id (Valladolid, Mauritanie), Yassine Bounou (Gérone, Maroc), Youssef En-Nesyri (Léganes, Maroc), Sofiane Boufal (Celta Vigo, Maroc), Aissa Mandi (Bétis, Algérie), Karl Toko Ekambi (Villaréal, Cameroun), Wilfrid Kaptoum (Bétis, Cameroun), Samuel Chukwueze (Villaréal, Nigeria), Kenneth Omeruo (Leganes, Nigeria), Moses Simon (Levante, Nigeria), Wakaso Mubarak (Alaves, Ghana), Thomas Partey (Atletico, Ghana), Kwabena Owusu (Leganes, Ghana), José Kanté (Tarragone, Guinée), Munir Mohand Mohamedi (Malaga, Maroc), Aly Abeid (AD Alcorcon, Mauritanie), Alfred Ndiaye (Malaga, Espagne), Farid Mussa (Tenerife B, Tanzanie), Ismael Athuman Gonzalez (Las Palmas, Kenya). SD /OID

Catégories
Mauritanie

Le candidat Biram Dah Abeid préside un meeting électoral à Sélibabi

Le candidat Biram Dah Abeid à l’élection présidentielle de juin 2019 a indiqué que ses rencontres avec les citoyens au cours de ses visites dans les wilayas de l’intérieur du pays lui ont donné la certitude qu’il est le candidat qui a le plus de chance de remporter ces élections.

Le candidat a demandé, au cours du meeting électoral qu’il a présidé, lundi soir à Sélibabi, à ses militants de mobiliser les électeurs et de les aider à assimiler la manière de voter, de retenir son logo et son numéro sur le bulletin de vote.

Il a souligné que si le vote des électeurs est préservé de la nullité et des erreurs, qu’il fera son entrée, avec fierté et gloire, au palais présidentiel.

M. Biram Dah Abeid a promis aux populations de la vallée et, à travers elles, à tous les citoyens, que s’il est élu, de traiter tous les grands et dangereux dossiers de manière à rétablir le droit, de soutenir les opprimés et d’instaurer la justice et l’équité entre toutes les composantes du peuple.

Il s’est appesanti, en particulier, sur le dossier du passif humanitaire, indiquant que parmi les six candidats, il est le seul à connaitre la prison.

Auparavant, le candidat avait tenu un meeting dans la ville d’ Ould Yengé au cours duquel il a remercié ses sympathisants pour la chaleur de l’accueil et leur présence massive tout en les exhortant à voter en sa faveur le 22 juin courant.

Il s’était arrêté également sur son itinéraire entre Kaédi et Sélibabi dans les localités de Tektaka, Bouaz, Hessey Cheggar et Daffor où ses sympathisants lui ont réservé des accueils chaleureux et organisé des marches de soutien.

Le meeting de Sélibabi s’est déroulé en présence, entre autres, du directeur adjoint de la campagne du candidat et du directeur de sa campagne au niveau de la wilaya du Guidimagha.

Catégories
Mauritanie

Mauritanie : la CENI fixe le nombre d’électeurs à 1.544.132

La Commission électorale nationale indépendante de Mauritanie (CENI) a annoncé ce dimanche que le nombre d’électeurs appelés à participer à la présidentielle prévue en juin prochain est estimé à 1.544.132 votants.La CENI a fourni ce chiffre dans un communiqué rendu public dimanche à Nouakchott quelques jours après la fin d’un recensement administratif à vocation électorale complémentaire qu’elle avait organisé.

Au terme de ce recensement qui a eu lieu du 24 avril dernier au 14 mai courant, 329.560 électeurs se sont inscrits, soit pour la première fois soit pour modifier leur lieu de vote.

Six candidats participent à la présidentielle qui sera observée par des observateurs étrangers dont l’Union européenne.

L’actuel président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, ne brigue de mandat car empêché par la Constitution mais soutient ouvertement la candidature de l’ex ministre de la Défense Mohamed Ould Ghazouani. APA

Catégories
A la une

Réseau des Journalistes Mauritaniens pour la lutte Contre l’Extrémisme Violent (RJMLCEV)

Depuis son déclenchement le 7 juin 2019, la campagne présidentielle en Mauritanie est marquée par une forte confrontation entre les candidats en lice, et au-delà, entre leurs soutiens, voire entre leurs électeurs. L’occasion pour certains acteurs sociaux d’entretenir et d’encourager un discours aux antipodes de la démocratie, portant sur la culture de la haine, la violence et l’extrémisme violent.
Face à cet état déplorable de faits préjudiciable à la paix civile et à la stabilité du pays, le Réseau des Journalistes Mauritaniens pour la Lutte contre l’Extrémisme Violent (RJMLCEV) lance un appel pressant à l’opinion nationale et internationale pour barrer la route à ces « soldats du feu ».
Le RJMLCEV qui condamne toute forme de fanatisme, d’extrémisme, d’obscurantisme et de division appelle : 
– les candidats à la présidentielle et leur staff respectif, à encourager l’esprit de tolérance et de respect des autres au sein de leurs différentes états-majors de campagne.
Le bureau exécutif du RJMLCEV 
Nouakchott