Catégories
Economie

Communiqué de presse : Le manque de facilitation des échanges et les coûts de transaction élevés parmi les principales causes du manque d’intégration économique en Afrique du Nord (Hachem Naas)

Assouan (Égypte), 28 novembre 2019 (CEA) – A l’issue de la réunion du groupe d’experts sur la « Facilitation du commerce en Afrique du Nord pour une intégration économique régionale renforcée : Défis, opportunités et voie à suivre », organisée du 25 au 28 novembre à Assouan (Egypte) par le Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord, les participants à la rencontre ont convenu d’un ensemble de recommandations à l’intention des pays nord-africains, en vue de leur permettre de renforcer leur intégration régionale, d’accroître la compétitivité de leurs économies sur les marchés mondiaux et de saisir au mieux les opportunités offertes par la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA), récemment mise en place.

La réunion, organisée en partenariat avec le Ministère égyptien de la planification, du suivi et de la réforme administrative, s’est conclue par un appel aux pays d’Afrique du Nord à adopter une approche sous-régionale globale et coordonnée de la facilitation du commerce, qui inclurait notamment l’amélioration des infrastructures de transport existantes (routes, voies ferrées et ports), l’intensification de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) et la simplification et l’harmonisation des procédures douanières et frontalières.

Les experts ont également recommandé l’intégration des stratégies de facilitation du commerce dans les stratégies de développement nationales; l’élaboration d’une feuille de route régionale pour la facilitation du commerce en Afrique du Nord; l’adoption d’une approche régionale ciblée pour la promotion de la diversification, de la création d’emplois et de la modernisation technologique. Il a par ailleurs également été question de l’élargissement de l’utilisation de la numérisation dans les politiques régionales et nationales de facilitation du commerce pour soutenir l’accélération des échanges tout en en limitant les coûts; ainsi que le développement des infrastructures routières régionales et des réseaux ferroviaires.

“Le manque de facilitation des échanges et les coûts de transaction élevés sont parmi lesprincipales causes de l’intégration économique limitée en Afrique du Nord. Relever les défis de la facilitation des échanges dans la sous-région est critique et nécessite une approche sous- régionale globale et coordonnée pour améliorer les infrastructures, les services ainsi que la simplification et l’harmonisation des procédures douanières et frontalières », a déclaré Lilia

Hachem Naas, Directrice du Bureau de la CEA en Afrique du Nord. « Notre réunion visait à élaborer un ensemble de recommandations concrètes sur la manière de traiter les problèmes de facilitation des échanges et de créer un environnement commercial plus propice en Afrique du Nord, basé sur les bonnes pratiques et les enseignements tirés», a-t-elle ajouté.

En Afrique du Nord, le niveau des échanges et des investissements intra-africains reste faible par rapport à d’autres régions, a déclaré pour sa part Ahmad Kamaly, vice-ministre égyptien chargé de la Planification, qui a souligné la nécessité de mener des réformes macroéconomiques exhaustives dans la région pour que la ZLECA puisse atteindre ses objectifs.

« Ceci devrait être combiné à un renforcement des investissements dans les projets d’infrastructure, afin d’améliorer l’accès aux marchés, une meilleure formation des mains d’œuvre africaines, l’adoption de mécanismes institutionnels et légaux renforcés pour la mise en œuvre des accords de commerce intrarégionaux et la promotion de la diversification économique dans la région en renforçant les liens entre production agricole et industrielle. Enfin, nous devons réduire les obstacles administratifs au commerce et à l’investissement en Afrique », a ajouté A. Kamaly.

La facilitation du commerce est une approche globale et intégrée qui vise à réduire la complexité, la longueur et le coût des transactions commerciales. Elle vise à garantir que toutes les activités commerciales puissent se dérouler de manière efficace, transparente et prévisible, sur la base des normes, des standards et des bonnes pratiques en vigueur à l’international. Les réformes pour la facilitation des échanges ont un impact positif sur les résultats commerciaux car elles améliorent la qualité de l’environnement réglementaire, des infrastructures de base de transport et de communication. Ces réformes visent également à optimiser l’efficacité des contrôles réglementaires afin de garantir la sécurité et le bien-être des consommateurs ainsi que la collecte des taxes et redevances par les pays.

L’amélioration de la facilitation des échanges peut jouer un rôle clé dans le renforcement des performances commerciales régionales et internationales de l’Afrique du Nord ainsi que l’intégration renforcée de ses marchés.

La réunion du groupe d’experts sur « la Facilitation du commerce en Afrique du Nord pour une intégration économique régionale renforcée : Défis, opportunités et voie à suivre » s’est tenue parallèlement au 34ème Comité Intergouvernemental des Hauts Fonctionnaires et Experts de la CEA pour l’Afrique du Nord (CIHFE). Cette rencontre a été l’occasion pour les participants de partager leurs connaissances et meilleures pratiques en matière de mise en œuvre de programmes nationaux de facilitation du commerce et de promouvoir l’utilisation de normes et d’applications internationales dans des projets de commerce à guichet unique et sans support papier.

Le Bureau de la CEA pour l’Afrique du Nord publiera un rapport détaillé sur la facilitation du commerce en Afrique du Nord pour une intégration économique régionale renforcée (Défis, opportunités et voie à suivre) sur la base des résultats de la réunion.

Catégories
A la une

Mohamed Mahmoud Ould Bouasriya, nommé Délégué Général à la Solidarité Nationale et à la Lutte contre l’Exclusion« TAAZOUR »

La Présidence de la République a rendu public, vendredi, un décret nommant un délégué général à la solidarité nationale et à la lutte contre l’exclusion « TAAZOUR », dont voici le texte intégral :

‘’Par décret en date de ce jour:

Monsieur Mohamed Mahmoud Ould Bouasriya est nommé Délégué Général à la Solidarité Nationale et à la Lutte contre l’Exclusion « TAAZOUR » Mohamed Mahmoud Ould Bouasriya connu pour son intégrité et sa probité, il a occupé postes de responsabilités importants. Nommé en août dernier commissaire à la sécurité alimentaire, Il fut directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile.

Homme simple et courtois, sa nomination a été salué, selon nos câbles, par plusieurs cadres des soutiens du Président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed El-Ghazouani .

La Présidence de la République ait annoncé par décret rendu public ce vendredi la création d’une Administration de mission dénommée « Délégation Générale à la Solidarité Nationale et à la Lutte contre l’Exclusion ‘‘TAAZOUR’’.

« Conformément aux engagements pris par Son Excellence Monsieur le Président de la République Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani dans son programme électoral, une Administration de mission dénommée « Délégation Générale à la Solidarité Nationale et à la Lutte contre l’Exclusion ‘‘TAAZOUR’’a été créée par décret présidentiel en date de ce jour.

La Délégation Générale a pour objectif de généraliser la protection sociale, d’éliminer toutes les formes d’inégalités, de renforcer la cohésion nationale, de lutter contre la pauvreté et de coordonner l’ensemble des interventions dans les zones cibles.

Une enveloppe de 200 milliards anciennes ouguiyas sera mobilisée, au cours des cinq prochaines années, au profit de cette Délégation pour lui permettre d’exécuter un ambitieux programme de promotion économique et sociale en faveur des populations qui ont été victimes des inégalités et de la marginalisation à travers le renforcement des moyens de production, l’amélioration du pouvoir d’achat des pauvres, leur accès à l’éducation, à la santé, à l’eau potable, à un habitat décent et à l’énergie ».

avec Agences

.

Catégories
International

Londres : l’attaque à l’arme blanche considérée comme terroriste, le suspect tué

Londres : l’attaque à l’arme blanche considérée comme terroriste, le suspect tué
La police a abattu un homme vendredi après-midi après une attaque à l’arme blanche dans le centre de la capitale britannique.

La police londonienne a tiré sur un individu vendredi 29 novembre après une attaque à l’arme blanche dans le centre de la capitale britannique. L’assaillant a été tué. Selon la police, l’homme avait un faux dispositif explosif attaché au corps. Plusieurs personnes ont été blessées. Les autorités disent traiter cet événement comme une attaque terroriste, mais la menace est levée.

Les circonstances de l’incident restent incertaines à ce stade, a indiqué la Metropolitan Police. Le premier ministre Boris Johnson a assuré sur Twitter être «tenu au courant de l’incident». Il a «remercié la police et les services de secours pour leur réaction immédiate». Les États-Unis ont de leur côté condamné cette «terrible attaque», apportant un «soutien total» au Royaume-Uni.

Des blessés graves


Le maire de Londres Sadiq Khan a confirmé que plusieurs personnes avaient été «grièvement blessées», avant de féliciter l’intervention rapide des forces de l’ordre. «Ceux qui veulent nous attaquer et nous diviser n’y parviendrons jamais», a-t-il ajouté. Le maire de Londres a précisé que l’acte était un incident isolé et que la police n’était pas à la recherche de complices.

«La police a été appelée à 13h58 pour une agression à l’arme blanche près du London Bridge», a détaillé sur Twitter la police. «Il semblait y avoir une bagarre en cours de l’autre côté du pont, avec plusieurs hommes attaquant un homme», raconte John McManus, journaliste à la BBC. «La police est arrivée rapidement, dont des policiers en arme, et alors plusieurs coups de feu ont été tirés vers cet homme.» Le célèbre pont, qui enjambe la Tamise, a été bouclé par les forces de l’ordre. Un important dispositif policier a été déployé sur place, empêchant aux passants de s’approcher à moins de 100 mètres du pont, où une dizaine de bus étaient complètement immobilisés. Les bâtiments avoisinants ont été évacués.
«J’ai vu un homme tomber à terre, avec un couteau à côté de lui» après «plusieurs coups de feu», a raconté à l’AFP un homme travaillant dans des bureaux en face du pont. Selon lui, un dispositif d’une dizaine de policiers et de plusieurs chiens a permis de neutraliser le suspect. Une vidéo qu’il a tournée depuis son lieu de travail vers 14h30, visionnée par l’AFP, montre une personne évacuée sur un brancard et une autre, blessée à l’épaule, être accompagnée par des ambulanciers.

Le London Bridge a été le théâtre d’une attaque djihadiste en juin 2017. Des assaillants avaient foncé au volant d’un véhicule sur des passants, avant des attaques au couteau dans le quartier de Borough Market. Début novembre, le niveau d’alerte terroriste au Royaume-Uni a été abaissé, passant de «grave» à «substantiel», le risque d’un attentat étant désormais considéré comme «probable», et non « hautement probable », avait annoncé la ministre de l’Intérieur Priti Patel.

Le Figaro avec AFP

Catégories
Mauritanie

Images : Aziz s’effondre, Ghazouani s’impose…

Qui l’eût cru ? Coup de théâtre en une semaine. Avant le retour d’Aziz en Mauritanie, le mystère demeurait entier pour la majorité des observateurs de la scène politique : qui est le chef ? Aziz ou Ghazouani ? Qui tient qui ? Qui joue à quoi ? Telles étaient les seules questions face à un Ghazouani peu bavard, en retrait des médias, laissant les opposants et les ennemis proches d’Aziz laisser entendre qu’il n’est qu’une marionnette d’Aziz ; un Sidioca Bis.

Même les soutiens de Ghazouani commençaient à se poser des questions tant il semblait avaler des couleuvres sans broncher ; les couleuvres glissées dans sa campagne par l’azizanie : fonds bloqués ou livrés au compte-goutte, la présence d’Aziz intempestive jouant les premiers rôles jusqu’aux audios mis en circulation par une main criminelle.

Chacun se disait que Ghazouani est otage, l’azizanie le tenant par quelque chose, il donnait l’air d’un captif pris dans la gueule du loup avec la crainte de la morsure fatale. Les nominations des protégés d’Aziz aux postes les plus précieux n’ont fait que donner de l’eau au moulin des questions pénibles.

Pour les ennemis de Ghazouani, tout était clair et pour ses soutiens c’en était assez ! Tous attendaient le retour d’Aziz pour en avoir le cœur net.

D’abord, Aziz qui rentre en refusant un accueil populaire comme l’UPR sait en déguiser. Là, chacun s’est dit que c’est un retour tactique discret pour ne pas déranger sa marionnette et peser de tout son poids à l’ombre. Cet Aziz était attendu comme le vrai chef d’Etat à tel point qu’une photo de lui, pas à son avantage, postée par un cadre de Mauritania Airlines fier d’être à ses côtés, lui valut d’être viré par une brillante ex-ministre protégée d’Aziz devenue directrice générale de la compagnie.

Jusque-là, personne ne pouvait imaginer la suite… Le 28 novembre approchait, il se murmurait que Ghazouani réservait à Aziz la place d’invité d’honneur, ce qui confirmait les questions gênantes…

lire la suite chezvlane

Catégories
Mauritanie

Mauritanie : l’UFP invite Ould Ghazouani à régler le passif humanitaire

A l’occasion de l’anniversaire des crimes commis contre 28 soldats négro-mauritaniens à Inal en 90, l’UFP se recueille devant la mémoire des victimes et réclame une rupture de Ould Ghazouani avec l’esprit manœuvrier de son prédécesseur. C’est ce qui ressort de sa déclaration publiée à la veille de l’indépendance du pays.

Le président de l’UFP un des principaux partis de l’opposition a donné le ton cette semaine en participant à la lecture de Coran à la mémoire des 28 soldats assassinés à Inal en 90 chez la présidente du Collectif des veuves et orphelins. Ould Maouloud est déterminé à soulever des montagnes pour résoudre la question nationale longtemps remise aux calendes grecques par les pouvoirs successifs à Nouakchott depuis 78. La fracture s’est aggravée notamment sous le régime de Ould Taya responsable des exactions extrajudiciaires des 28 soldats négro-mauritaniens en 90 et les déportations de plus de 600000 négro-mauritaniens en 89 au Sénégal et au Mali. Et également sous les deux mandats de Ould Aziz de 2009 à 2019.

Une véritable épuration ethnique dénoncée par l’UFP qui partage avec l’ensemble des forces démocratiques ce crime odieux par l’Etat dans une déclaration publiée à la veille du 28 novembre. Face à cette situation d’injustice et d’impunité depuis 29 ans, l’UFP se recueille devant la mémoire des victimes et réclame une rupture de Ould Ghazouani avec l’esprit manœuvrier de Ould Aziz pour régler définitivement le lourd passif humanitaire. Dans cette perspective seule une large concertation nationale pour renouer avec le dialogue politique est en mesure d’apporter les véritables solutions à la cohabitation.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

Kassataya