Procès Russie : Navalny condamné à plus de 2 ans de prison

6034323a2f527361a 0376a7bbd38fd72
6034323a2f527361a 0376a7bbd38fd72


L’opposant au Kremlin Alexeï Navalny devra purger deux ans et demi de prison de sa peine prononcée en 2014, moins les mois qu’il a déjà effectués.

Par La rédaction avec AFP – Hier à 23:36 | mis à jour à 23:36 –
|Un tribunal de Moscou a ordonné ce mardi l’emprisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny, révoquant le sursis d’une précédente condamnation, une décision suivie d’un appel à manifester de ses partisans.

La juge Natalia Repnikova a indiqué que le détracteur du Kremlin devra purger tro ans et demi de prison de sa peine prononcée en 2014, moins les mois qu’il avait passés assigné à résidence cette année-là. L’opposant peut encore faire appel.

Selon la cour, il a violé les conditions du contrôle judiciaire qui accompagnait sa peine, comme cela lui était reproché dans une demande des services pénitentiaires et du parquet.

Appel immédiat à manifester
Il devra donc passer deux ans et demi en détention, selon son organisation, le Fonds de lutte contre la corruption qui a appelé à une manifestation immédiate, juste au pied du Kremlin.

« Alexeï Navalny est envoyé en colonie (pénitentiaire) pour 2,5 ans. Nous nous rassemblons dans le centre de Moscou immédiatement, on vous attend sur la Place du Manège », a indiqué l’organisation sur Twitter.

Plus de 1 050 personnes ont été interpellées lors de rassemblements ce mardi en Russie en faveur d’Alexeï Navalny, a indiqué l’ONG OVD-Info.

Selon cette organisation spécialisée dans le suivi des protestations, l’essentiel des arrestations (865) ont eu lieu à Moscou, où des rassemblements réprimées par la police se sont tenus dans la soirée après l’annonce de la condamnation.

La plus longue peine jamais infligée à Navalny
L’opposant de 44 ans avait lui écouté le jugement, mains dans les poches, debout dans la cage de verre réservée aux prévenus dans la salle d’audience. Il a adressé des signes de cœur à son épouse Ioulia.

Il s’agit de la peine de prison la plus longue infligée à celui qui s’est imposé en dix ans comme le principal détracteur de Vladimir Poutine. Ses précédentes détentions se comptaient en jour ou en semaines.

Selon l’opposant, le pouvoir russe cherche ainsi à le faire taire et à intimider un mouvement de contestation naissant qui a vu des dizaines de milliers de Russes manifester ces deux dernières semaines.

Réactions internationales

Londres a appelé à la « libération immédiate et sans conditions » de l’opposant russe.

« Le Royaume-Uni appelle à la libération immédiate et sans conditions d’Alexeï Navalny et de tous les manifestants pacifiques et journalistes arrêtés ces deux dernières semaines », a déclaré le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab dans un communiqué, estimant que la décision « perverse » de la justice russe montre que le pays ne remplit pas les « engagements les plus élémentaires attendus de la part de tout membre responsable de la communauté internationale ».

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a demandé ce mardi la libération immédiate d’Alexei Navalny : « Le verdict d’aujourd’hui contre Alexeï Navalny est un coup sevère contre les libertés fondamentales et l’État de droit en Russie », a déclaré M. Maas dans un tweet.

« Le verdict contre Alexei Navalny est très éloigné des règles de l’État de droit. Navalny doit être libéré immédiatement. La violence contre des manifestants pacifiques doit cesser », a écrit la chancelière Angela Merkel dans un message mis sur Twitter par son porte-parole Steffen Seibert.

« La condamnation d’Alexeï Navalny est inacceptable. Un désaccord politique n’est jamais un crime. Nous appelons à sa libération immédiate. Le respect des droits humains comme celui de la liberté démocratique ne sont pas négociables », a réagi le président français Emmanuel Macron dans un tweet.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a réclamé la libération immédiate d’Alexei Navalny : « La condamnation d’Alexei Navalny va à l’encontre des engagements internationaux de la Russie en matière d’État de droit et de libertés fondamentales. Je réclame sa libération immédiate », a-t-il déclaré dans un message sur son compte Twitter.

De son côté, Moscou dénonce une « ingérence » après les appels occidentaux à libérer Navalny.

L’Alsace.fr