Réglons leurs comptes aux prévaricateurs -/ Par Sidi Mohamed Maham

Réglons leurs comptes aux prévaricateurs/ Par Sidi Mohamed Maham

Groggy et, frustrés, par la force du choc moral causé par les révélations sur le volume des dégâts exprimés, malgré la parcimonie avec laquelle sont distillées les informations drainées ici et là ces derniers mois concernant la gestion catastrophique des finances, et de l’économique de notre pays au cours des dernières années. Et pendant que tout le monde suffoque d’indignation, en battant presque l’air des bras, le Président de la République Mohamed Ould Cheick Ghazouani, bien que touché de plein fouet, reste égal à lui-même, se sachant l’unique espoir qui reste au pays, pour sauver ce qui peut encore l’être.


Le pis-aller qui caractérise la gestion catastrophique des finances et de l’économie du pays mis en relief par les rapports du comité d’enquête parlementaire n’est que la partie visible de l’iceberg.
Je suis sûr, sans toutefois vouloir anticiper sur les événements que les résultats des rapports du comité parlementaire ne nous laisseraient qu’un seul choix : celui de légiférer en vue d’alléger une fois pour toutes la bande de prévaricateurs des biens mal acquis
Il serait amoral de laisser passer entre les mailles du filet des opérations de gabegie aussi voyantes tant par leur volume, que par leur genre sans soumettre leurs auteurs aux punitions les plus répressives. L’État et toutes les forces vives du pays, doivent main dans la main mettre fin à cet état de choses, en mettant au trou tous ces parasites, qui ont mis en banqueroute l’économie de notre pays.
Traduit par : Deddah Ould Abd-Daim.