Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Une réunion sur le Sahara occidental est prévue à Niamey pour tenter de pousser le processus de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario, en vue de parvenir à l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, a indiqué jeudi le Commissaire à la paix et la sécurité de l’UA, Smail Chergui.

Cette rencontre qui se tiendra en marge de la tenue des travaux du 12e Sommet extraordinaire de l’UA, prévu le 7 juillet dans la capitale nigérienne, regroupera la troïka composée du Rwanda qui avait assuré précédemment la présidence tournante de l’UA, l’Egypte en tant que présidente en exercice de l’UA et l’Afrique du Sud qui en assurera la présidence prochainement. A ce propos, M. Chergui a fait savoir, dans une déclaration à la presse en la marge des travaux de la 35e session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA, que la réunion de la troïka intervient suite à une décision du sommet de Nouakchott en vue d’apporter sa contribution et son soutien à l’envoyé spécial de l’ONU sur le Sahara occidental pour tenter de pousser le processus de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario afin de promouvoir la solution attendue, basée sur la tenue du référendum d’autodétermination du Sahara occidental. Le mécanisme africain permettant à l’UA d’apporter un «appui efficace» au processus conduit par l’ONU, basé sur les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en vue de parvenir à ‘autodétermination du peuple du Sahara occidental, a été adopté par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement tenue en juillet 2018 à Nouakchott. Ce mécanisme a été adopté suite au rapport élaboré par le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, dans lequel il a été rappelé que le Sahara Occidental et le Maroc doivent reprendre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l’ONU. Il s’agit de négociations «sans conditions préalables et de bonne foi en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies». Dernière colonie en Afrique, le Sahara occidental a été occupé par le Maroc en 1975 après le départ des troupes espagnoles, et reste à ce jour inscrit à l’ONU au chapitre des territoires à décoloniser, selon les règles du droit international en la matière.

Cette rencontre qui se tiendra en marge de la tenue des travaux du 12e Sommet extraordinaire de l’UA, prévu le 7 juillet dans la capitale nigérienne, regroupera la troïka composée du Rwanda qui avait assuré précédemment la présidence tournante de l’UA, l’Egypte en tant que présidente en exercice de l’UA et l’Afrique du Sud qui en assurera la présidence prochainement. A ce propos, M. Chergui a fait savoir, dans une déclaration à la presse en la marge des travaux de la 35e session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA, que la réunion de la troïka intervient suite à une décision du sommet de Nouakchott en vue d’apporter sa contribution et son soutien à l’envoyé spécial de l’ONU sur le Sahara occidental pour tenter de pousser le processus de négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario afin de promouvoir la solution attendue, basée sur la tenue du référendum d’autodétermination du Sahara occidental. Le mécanisme africain permettant à l’UA d’apporter un «appui efficace» au processus conduit par l’ONU, basé sur les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en vue de parvenir à ‘autodétermination du peuple du Sahara occidental, a été adopté par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement tenue en juillet 2018 à Nouakchott. Ce mécanisme a été adopté suite au rapport élaboré par le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, dans lequel il a été rappelé que le Sahara Occidental et le Maroc doivent reprendre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l’ONU. Il s’agit de négociations «sans conditions préalables et de bonne foi en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies». Dernière colonie en Afrique, le Sahara occidental a été occupé par le Maroc en 1975 après le départ des troupes espagnoles, et reste à ce jour inscrit à l’ONU au chapitre des territoires à décoloniser, selon les règles du droit international en la matière.

lnr-dz

Print Friendly, PDF & Email