Sahara occidental : Le MAE mauritanien reçoit son homologue sahraoui

f7fcd89e0df26aaa4890d82e5c551739 M
f7fcd89e0df26aaa4890d82e5c551739 M

Sahara occidental-Mauritanie: Le ministre des Affaires étrangères mauritanien, Ismail Ould Cheikh Ahmed a reçu, lundi à Nouakchott, son homologue sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek, rapporte l’Agence de presse mauritanienne (AMI).

Au cours de cet entretien, les deux responsables ont abordé notamment des questions d’intérêt commun et les derniers développements à El Guerguerat (sud-ouest du Sahara occidental). Etaient présents à cet entretien, le secrétaire général de la Présidence sahraouie, Ibrahim Mohamed Mahmoud et le directeur général de la direction de coopération au ministère des Affaires étrangères mauritanien, de la Coopération et la Diaspora, Mohamed El Hanchi.


Plus tôt, le chef de la diplomatie sahraouie a été reçu par le président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a qui il a remis un message du Président sahraoui Brahim Ghali.

« Nous remercions le Président pour cette audience au cours de laquelle nous lui avons remis un message de son frère M. Brahim Ghali sur les derniers développements de la situation au Sahara occidental et sur les relations bilatérales », a déclaré M. Ould Salek, à l’issue de l’entrevue.

1-Relations entre le Sahara occidental et la Mauritanie fondées sur le respect mutuel

Le ministre sahraoui a souligné que « la République arabe sahraouie démocratique (RASD) qui estime que la stabilité et la sécurité dans la région sont liées au respect des frontières, de la justice et des droits, œuvrera dans ce sens en tant que membre de l’Union africaine et sur la base de relations fondées sur le respect mutuel et les intérêts communs ».

Le peuple sahraoui, qui œuvre pour la paix et lutte pour ses droits s’attellera toujours, affirme M. Ould Salek, à ce que « la paix soit basée sur la justice, sur le respect des frontières et l’intégrité territoriale de toutes les composantes de la sous- région ».

2-Montée de tensions dans la zone d’El-Guerguerat

Le 13 novembre, le régime marocain a lancé une agression militaire dans la zone tampon d’El-Guerguerat, contre des civils sahraouis qui manifestaient pacifiquement contre cette brèche illégale.

D’une part, cette agression marocaine continue de susciter une large vague d’indignation et de condamnation internationale parmi les classes politiques et populaires et les organismes de défense des droits de l’Homme qui ont demandé à l’ONU d’agir rapidement en vue d’un règlement du conflit du Sahara occidental, conformément à la légalité internationale.

D’autre part, plusieurs parties internationales ont imputé la montée de tensions dans la zone d’El-Guerguerat, suite à l’agression militaire marocaine contre des civils sahraouis, aux atermoiements de l’ONU dans la mise en œuvre du plan de paix dans la région, notamment son volet relatif à l’organisation d’un référendum d’autodétermination, seule solution de règlement.

La Mauritanie a émis des réserves sur le deuxième mur de sable

Pour sa part, la Mauritanie a émis des réserves sur le deuxième mur de sable érigé par le Maroc trop près de ses frontières à El-Guerguarat, a rapporté dimanche le journal en ligne Zahraa Chankit, qui fait état du « mécontentement » de Nouakchott face à cette expansion territoriale.

Citant des sources proches du dossier, Zahraa Chakit révèle que le Directeur de la sécurité, le général de corps d’armée, Mesgharou Ould Sidi s’est déplacé à El-Guerguarat pour s’enquérir de la situation sur le terrain et constater de visu les décisions unilatérales prises par le Maroc dans cette zone démilitarisée.

Selon ces sources qualifiées de « très informées », le général Mesgharou Ould Sidi a inspecté ce nouveau mur de sable, réalisé trop près de frontières mauritaniennes, une expansion décrite comme étant un « précédant ».

Zahraa Chankit évoque des  » réserves émises » par la Mauritanie sur la démarche unilatérale du Maroc ainsi que sur la présence des forces militaires marocaines, stationnées à Lagouira près de l’armée mauritanienne, alors que cette localité est classée zone démilitarisée depuis des décennies.

D’après le premier ministre marocain Saad Eddine El Othmani qui s’est exprimé à Reuters, le Maroc a déjà achevé un mur de sable jusqu’à la frontière avec la Mauritanie en violation du cessez le feu et de l’accord militaire N.1.

ALGÉRIE PRESSE SERVICE