Sahel-Afrique Ouest: l’insécurité s’étend à des zones auparavant «sûres» dans la région

2704 5377 previsions le cilss annonce une saison des pluies 2020 humide dans le sahel L e1610538947370
2704 5377 previsions le cilss annonce une saison des pluies 2020 humide dans le sahel L e1610538947370

Le chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, a indiqué lundi au Conseil de sécurité, que l’insécurité s’étend à des zones auparavant « sûres » dans la région où des terroristes « continuent de
mener des attaques meurtrières ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la région s’est néanmoins félicité des efforts déployés pour secourir 300 garçons pris en otage le 11 décembre par des terroristes de « Boko Haram » dans le nord-ouest du Nigéria. M. Ibn Chambas a en outre indiqué que les « armées nationales des pays du Sahel et du bassin du lac Tchad ont combattu ensemble des terroristes sur plusieurs fronts », regrettant l’instabilité liées aux attaques terroristes, notamment au Niger, où plus de 100 personnes ont été tuées dans une seule attaque il y a neuf jours. Il a également indiqué que les terroristes dans le nord-ouest du Nigéria sont de « connivence avec des réseaux criminels », précisant que le Bureau maritime international avait signalé que 90% des incidents mondiaux de piraterie maritime et de détournements d’avions se produisaient dans le golfe de Guinée. En conséquence, cinq millions de personnes sont désormais déplacées, 1,4 million de plus qu’en 2019. »Nous devons nous attaquer aux causes profondes trop bien connues de l’exclusion, renforcer la gouvernance démocratique et donner un nouvel élan décisif pour lutter contre l’insécurité », a ajouté M. Ibn Chambas.Décrivant une année de multiples défis déclenchés par la pandémie Covid-19, il a déclaré que l’épidémie a plongé la plupart des pays dans la récession et conduit au détournement des ressources des investissements
productifs et de la lutte contre l’insécurité.Soulignant que, nulle part la résilience n’a été plus durement mise à l’épreuve qu’au Sahel, Ibn Chambas a rappelé que des inondations massives ont touché plus de 1,7 million de personnes. Au plan politique, le chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel s’est réjoui de la tenue de plusieurs élections dans la région, dans un contexte sanitaire difficile marqué par la propagation du Covid-19. « Sur le plan politique, cinq élections présidentielles, trois législatives et deux locales ont eu lieu en Afrique de l’Ouest depuis son dernier briefing », a-t-il indiqué, soulignant que « malgré le Covid-19, les organes de gestion électorale ont été en mesure de maintenir le calendrier électoral et de démontrer une capacité technique impressionnante pour organiser et mener les scrutins ». Il a notamment salué le dialogue entre les acteurs politiques au Burkina Faso, le déroulement pacifique des élections générales du 27 novembre dernier au Niger pour une toute première transition démocratique d’un président à un autre ainsi que les élections au Ghana qui a une tradition de passation des pouvoirs pacifiques. Pour soutenir les élections, l’UNOWAS avait organisé des forums pour les parties prenantes au Burkina Faso, au Ghana et au Niger, a-t-il dit, notant qu’il avait effectué plusieurs missions de bons offices en Guinée et en Côte d’Ivoire avant, pendant et après les élections. « Tout au long du processus, le Bureau a travaillé main dans la main avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union africaine », a-t-il assuré.M. Ibn Chambas a également salué la « nomination d’un ministre de la réconciliation nationale et le lancement d’un dialogue national après un processus électoral plein de désaccords » en Côte d’Ivoire, appelant les acteurs politiques à faire des gestes de véritable réconciliation en prévision des scrutins prévus le 6 mars prochain.Il a, en outre, appelé les autorités et tous les dirigeants politiques du Bénin, où une élection présidentielle est prévue en avril, à trouver un « terrain d’entente », estimant que la « démocratie est « un processus constant de délibération, de consultation et de dialogue ». »Pour relever une myriade de défis, l’UNOWAS collabore avec le G5-Sahel pour soutenir la mise en œuvre du programme d’investissements prioritaires », a-t-il déclaré. Il a ajouté que le « plan d’appui à la Stratégie intégrée des Nations Unies
au Sahel est mis en œuvre avec une plus grande sensibilisation des donateurs et un accent sur l’assistance transfrontalière », notant des « progrès significatifs » dans les domaines de promotion des droits de la femme et des jeunes, la paix et la sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel ».

© www.lexpressiondz.com