Soutenant les religieux saoudiens, le Conseil de la Fatwa des EAU condamne les Frères musulmans

1e3e48f99b e3f352cb57 48d8c3313c5d
1e3e48f99b e3f352cb57 48d8c3313c5d

Soutenant les religieux saoudiens, le Conseil de la Fatwa des EAU condamne les Frères musulmans

Le Conseil de la Fatwa des Émirats arabes unis (UEA) a condamné les Frères musulmans en tant qu’organisation terroriste. On peut soutenir que le conseil de la fatwa a soutenu la décision du Conseil saoudien des chercheurs chevronnés au début du mois.

Le Conseil de la Fatwa des EAU est un organisme gouvernemental créé en 2018 et chargé d’autoriser les autorités islamiques à prendre des décisions. Le Conseil de la Fatwa a averti lundi que les musulmans devraient rester à l’écart des Frères musulmans qu’il décrit comme un groupe violent.

L’annonce fait suite à une réunion régulière du conseil d’administration organisée par vidéoconférence et présidée par le religieux mauritanien Sheikh Abdullah bin Bayyahk en tant que président du conseil. Ces dernières années, les Émirats arabes unis ainsi que l’Égypte, Bahreïn et l’Arabie saoudite ont condamné les Frères musulmans qui ont été fondés en Égypte par Hasan al-Banna en 1928. « Le Conseil de la Fatwa des Émirats arabes unis exprime son plein soutien à la déclaration du Conseil supérieur des oulémas, qui exprime à nouveau un décret du gouvernement des Émirats arabes unis et L’Arabie saoudite considérait auparavant les Frères musulmans comme une organisation terroriste, en raison du soutien des Frères musulmans aux groupes extrémistes violents, des différends avec le gouvernement et de la désobéissance « , a rapporté lundi l’agence de presse émirienne WAM. Le concile a cité plusieurs versets du Coran ainsi que les dictons et pratiques (Sunna) du prophète Mahomet. Ils ont souligné: « Il n’est pas permis de prêter allégeance à qui que ce soit d’autre que le dirigeant, ni de prêter allégeance à un chef secret. »

La Turquie accueille les Frères musulmans

Les Frères musulmans ont été interdits par les autorités égyptiennes en 2013. Cela fait suite au renversement de Mohamed Morsi, le premier président démocratiquement élu d’Égypte. Abdel Fattah el-Sissi a dirigé le coup d’État militaire sur Morsi et l’a remplacé.

Morsi, qui est affilié aux Frères musulmans, s’est effondré lors d’une audience sur des accusations d’espionnage au complexe pénitentiaire de Tora au Caire en juin 2019. Puis il est décédé subitement et aurait été victime d’une crise cardiaque.

Des milliers de membres ont été emprisonnés en Égypte, souvent pour incitation à la violence. Certains de ses membres encourent des peines d’emprisonnement maximales et d’autres la peine de mort. Depuis l’interdiction de 2013, le président turc Recep Tayyip Erdogan tente de fournir un havre de paix aux membres du mouvement. La Turquie abrite quelque 20 000 membres des Frères musulmans, selon un rapport publié en août par le groupe de réflexion américain Century Foundation.

Facebook supprime des comptes

Plus tôt ce mois-ci, Facebook a supprimé un certain nombre de faux réseaux de comptes opérant au Moyen-Orient et en Afrique du Nord liés aux Frères musulmans. Selon Facebook, les pages, qui sont exploitées depuis l’Égypte, la Turquie et le Maroc, ciblent des publics, tant au pays qu’à l’étranger, et partagent des contenus liés au terrorisme. Les comptes liés aux Frères musulmans sont mis sur les rapports mensuels de Facebook sous un comportement coordonné non authentique. Facebook a déclaré avoir supprimé près de 8000 pages impliquées dans la propagation de la désinformation sur la plate-forme en octobre. Il a également supprimé au moins sept réseaux distincts de faux comptes et pages actifs en Iran, en Afghanistan, en Égypte, en Turquie, au Maroc, au Myanmar, en Géorgie et en Ukraine. De nombreux réseaux supprimés par Facebook étaient impliqués dans des campagnes d’influence politique trompeuses utilisant de faux comptes pour cibler des publics nationaux et étrangers. Facebook a découvert deux réseaux inauthentiques en Géorgie qui diffusent du contenu politique. L’une d’elles a été attribuée à un individu qui s’est avéré être lié à deux partis politiques. En Ukraine et au Myanmar, Facebook a découvert que des sociétés de relations publiques mènent des campagnes frauduleuses similaires au nom des partis politiques. Le géant des médias sociaux a réprimé ces comptes dans le monde entier, après avoir été critiqué pour ne pas avoir développé des outils assez rapidement pour lutter contre les contenus extrémistes et les opérations de propagande. (Middle East Eye / OL-14)

Source: https://mediaindonesia.com/internasional/364503/dukung-ulama-saudi-dewan-fatwa-uea-kecam-ikhwanul-muslimin