Catégories
A la une

Mauritanie: la Commission d’enquête parlementaire occulte le contrat d’affermage de l’aéroport de Nouakchott

La Commission d’enquête parlementaire mise sur pied début février 2020 à fin de voir plus clair sur quelques juteux marchés attribués sous le règne de Mohamed Ould Abdel Aziz (août 2008/août 2019) passe sous silence le contrat d’affermage de l’Aéroport International Nouakchott Oumtounsy à la société émiratie Afroport basée dans la free zone d’Abu Dhabi.

Dans un avis de recrutement d’un bureau international d’experts -dont la mission sera d’épauler les parlementaires dans leurs investigations- publié dimanche 8 mars, la Commission d’enquête parlementaire laisse comprendre qu’elle s’intéresse à sept dossiers : en l’occurrence celui de l’éclairage des certaines grandes artères de Nouakchott avec de l’énergie solaire ; de la Sonimex, société à capitaux mixtes dédiées à l’approvisionnement du marché national denrées alimentaires, liquidée il y a deux à trois ans, le bradage du foncier de l’Etat en particulier à Nouakchott, le contrat de pêche passé avec la société chinoise Poly Hong Dong qui n’a été signé que sur pressions du pouvoir exécutif sur les députés qu’il contrôlait, le dossier de la Fondation Snim et celui de l’extension du Port autonome de Nouakchott (PANPA).

Le parallélisme entre l’attribution de la concession dudit projet d’extension à la société Arise est frappant à tous points de vue avec l’affermage de l’Aéroport international de Nouakchott à Afroport. Les deux sociétés se sont vues attribuées la concession de l’extension du PANPA et le contrat d’affermage de l’aéroport peu de temps après leur création, et par entente directe. Le lancement d’un avis de recrutement d’experts chargés d’épauler la Commission d’enquête parlementaire intervient dans un contexte marqué par l’accord d’un prêt de 2 milliards de dollars consenti par les Emirats arabes unis dont la Mauritanie est bénéficiaire. De là à dire que les parlementaires ont passé sous silence le contrat d’affermage juste pour éviter toute anicroche d’avec le précieux ami émirati il n’y a qu’un pas que Financial Afrik hésiterait à franchir. En fait de concessions de ports et d’aéroports, Emiratis et Qataris se livrent une farouche bataille sur le continent africain. Une bataille qui jusque là tourne à l’avantage du Qatar.

financialafrik.com