Catégories
A la une

Tentative de Ben Salman pour persuader la Mauritanie à établir des relations avec Tel- Aviv

Le prince héritier saoudien tente de persuader le président mauritanien d’établir des relations avec le régime sioniste, selon le site français Africa Intelligence.

Le prince Mohammed ben Salman, prince héritier d’Arabie saoudite, a rendu visite au président mauritanien, Mohamed ould Cheikh el-Ghazouani en mars dernier lors d’une visite à Riyad pour le persuader de reprendre les relations avec le régime sioniste, a rapporté l’AFP qui cite Meyadin.

Catégories
Economie

Quelle est l’ampleur du problème de l’Arabie saoudite?

L’Arabie saoudite, autrefois réputée pour son impôt quasi-nul elle avait augmenté la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 5% à 15%, que les subventions seraient annulées à partir du mois prochain et que le gouvernement réduirait les prix mondiaux du pétrole de moins de moitié par rapport à l’année dernière. La société pétrolière d’État Saudi Aramco a annoncé elle aussi une baisse de 25% de ses bénéfices nets au premier trimestre de l’année, en raison de l’effondrement des prix du pétrole brut. « Cela révèle la nécessité de réduire les dépenses et de stabiliser les faibles prix du pétrole. L’économie du royaume est dans une situation horrible et il faudra du temps pour revenir à la normale. »

Catégories
International

Coronavirus : plus d’un milliard de personnes dans le monde doivent se confiner

Plus d’un milliard de personnes dans plus de 50 pays ou territoires sont appelées lundi par leurs autorités à rester confinées chez elles pour lutter contre la propagation fulgurante du Covid-19, selon une base de données tenue par l’AFP.

Au moins 34 pays ou territoires ont instauré un confinement obligatoire de leur population, des mesures qui concernent plus de 659 millions de personnes.

C’est notamment le cas en France, en Italie, en Argentine, en Californie (Etats-Unis), en Irak ou au Rwanda. La Grèce est le dernier pays en date à avoir rejoint cette liste, ce lundi à 04H00 GMT. La Colombie et la Nouvelle-Zélande s’ajouteront respectivement mardi et mercredi.

Dans la plupart de ces territoires, il est tout de même possible de sortir de chez soi pour travailler, acheter des produits de première nécessité ou se soigner.

Au moins quatre pays (plus de 228 millions de personnes), dont l’Iran, l’Allemagne et le Royaume-Uni, ont appelé leur population à rester chez elle, limiter au maximum les déplacements et les contacts, sans toutefois assortir ces recommandations de mesures coercitives.

Des couvre-feux annoncés dans plusieurs pays

Ces appels n’ont cependant qu’un effet limité, notamment au Royaume-Uni où le gouvernement a haussé le ton dimanche après un weekend où les parcs et bords de mer ont fait le plein.

Au moins 10 pays ou territoires (plus de 117 millions de personnes) ont mis en place des couvre-feu, interdisant les déplacements en soirée et pendant la nuit. C’est notamment le cas au Burkina Faso, au Chili, à Manille (Philippines), en Serbie ou en Mauritanie. En Arabie saoudite, le couvre-feu entre en vigueur ce lundi soir.

Enfin, certains pays ont mis leurs principales villes en quarantaine, avec interdiction d’y entrer et d’en sortir. C’est le cas des 27 plus grandes villes de Bulgarie, d’Almaty et Nur-Sultan au Kazakhstan, et de Bakou en Azerbaïdjan. Ces villes regroupent près de 10 millions d’habitants.

RTBF

Catégories
A la une

Quand le Maroc souffle le chaud et le Froid

Le royaume du Maroc souffle le chaud et le froid. Les échecs dans le dossier du Sahara Occidental si convoité par le Makhzen et ses sujets ont conduit à une situation de blocage.

Depuis plus d’un an, le Maroc et la France sont à nouveau en brouille. Ils tentent difficilement de dissimuler le froid qui caractérise les relations bilatérales entre Paris et Rabat. C’est ce qui explique la réaction des autorités marocaines par rapport aux dernières déclarations du président Macron dans laquelle il leur « demande » de trouver une solution aux ressortissants français coincés au Maroc par la fermeture des frontières contre l’expansion du coronavirus.

Au niveau de ses alliés arabes, la tension a pris les dessus. Rabat vient de convoquer son ambassadeur et ses consuls aux Emirats Arabes Unis. Avec l’Arabie Saoudite, ce n’est plus le grand amour qui caractérisait les relation incestueuses entre les deux monarchies depuis que Mohammed VI a refusé de boycotter le Qatar. Ce dernier vient d’expédier son son conseiller et son MAE à Riyad en vue de demander une aide financière dans un moment où tous les voyants sont en rouge.

Avec la Mauritanie, le Maroc multiplie les bourdes et les attaques à travers sa presse locale. L’Algérie refuse de répondre aux demandes marocaines d’ouverture des frontières considérées par les marocains comme une bouffée d’oxygène pour une population qui vit dans une situation dramatique. Ils ont fait de la lancinante question de l’ouverture des frontières terrestres un abcès de fixation sans vouloir régler les questions de fond, comme le demande l’Algérie. Et par question de fond, l’Algérie a spécifié à plusieurs reprises les problèmes de sécurité, de la contrebande et, bien entendu, de l’immigration clandestine et de la drogue.

Sur le plan diplomatique, les relations du Maroc avec l’Union Européenne tiennent encore grâce au chantage à l’immigration devenue l’arme essentielle du royaume pour défendre son occupation du Sahara Occidental. La décision de la Belgique et de la France de ne plus accueillir d’imams maghrébins puisent ses raisons dans la manipulation par le Maroc de ces imams en vue de commettre des attentats terroristes et réaliser son rêve de devenir un « allié incontournable » des occidentaux dans la lutte antiterroriste.

Etant donné qu’un malheur n’arrive jamais seul, il ne manquait plus que la pandémie du coronavirus pour boucler la boucle du fait que la situation sanitaire au Maroc n’est pas du tout rassurante.

Maghreb Online