Catégories
A la une

Covid-19 au Sénégal, la barre des 2000 cas dépassée

Le Sénégal vient d’enregistrer deux décès supplémentaires liés au Covid-19, ce qui porte à vingt et un, le nombre total de décès liés au Coronavirus enregistrés. 2 105 cas positifs ont été détectés dont plus de 1 300 sont encore sous traitement.

Ce mercredi 13 mai 2020, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a reçu les résultats des examens virologiques ci-dessous :

Catégories
A la une

Covid-19: le mauritanien Ould Bouamatou offre 1 milliard de Franc CFA au Sénégal

L’homme d’affaires mauritanien Mohamed Ould Bouamatou vient de débloquer 1 milliard de Franc CFA ( 1,6 million de dollars) au Sénégal, “sa seconde patrie” comme il aime à le dire, dans le cadre du fonds Force Covid-19 mis en place par le président Macky Sall pour combattre le fléeau. Auparavant, Bouamatou, rentré d’exil le 10 mars 2020, avait consacré 1 milliard d’Ouguiyas (2,6 millions de dollars) au gouvernement mauritanien, dès la détection du premier cas positif au Covid-19.

Catégories
A la une

Coronavirus – Sénégal : 142 cas ont été déclarés positifs, dont 27 guéris et 115 encore sous traitement

COMMUNIQUE DE PRESSE

Coronavirus – Sénégal : 142 cas ont été déclarés positifs, dont 27 guéris et 115 encore sous traitement

DAKAR, Sénégal, 29 mars 2020/ — Ce Dimanche 29 Mars 2020, le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale a reçu les résultats des examens virologiques ci-dessous :

– sur 151 tests réalisés, 12 sont revenus positifs. 11 s’agit de :

Catégories
A la une

Rosso : des concertations pour permettre l’entrée des personnes bloquées au Sénégal

Le correspondant de Sahara Medias à Rosso a révélé que des concertations sont actuellement en cours entre les autorités sénégalaises et mauritaniennes afin de permettre l’entrée de ressortissants mauritaniens bloqués à Rosso Sénégal et leur mise en quarantaine.

La source administrative, citée par notre correspondant et ayant voulu garder l’anonymat, ajoute qu’une réunion a regroupé ce mardi les autorités administratives consacrée à cette question et qu’il est prévue qu’elle décide la prise de toutes les mesures pour permettre l’entrée au pays de ces mauritaniens et leur mise en confinement dans des conditions appropriées.

Notre correspondant, citant d’autres sources, a déclaré que les autorités mauritaniennes ont entamé le recensement de citoyens sénégalais bloqués à Rosso Mauritanie dans la perspective de leur permettre de se rendre dans leur pays, en concertation avec les autorités sénégalaises.

Cependant une autre source sécuritaire a affirmé à notre correspondant qu’aucune instruction ne leur est encore parvenue en ce sens et qu’il a été signifié aux sénégalais se trouvant du côté mauritanien l’interdiction de rassemblements.

D’autres sources qui se sont confiées à Sahara Medias privilégient la prise d’une décision à propos de l’entrée au pays des mauritaniens bloqués au Sénégal ce mardi.

Notre correspondant citant des sources locales a révélé que les autorités à Rosso ont ordonné l’évacuation d’hôtels privés dans la ville et annulé des activités officielles qui étaient prévues ce mardi, des mesures qui pourraient être prises en perspective de la mise en quarantaine de personnes attendues dans la ville.

Selon notre correspondant l’entrée à Rosso de ces mauritaniens bloqués au Sénégal serait tributaire d’un ensemble de mesures dont la préparation des lieux pour leur confinement et les bus chargés de les y acheminer.

Des dizaines de mauritaniens à majorité des étudiants, bloqués depuis deux jours en territoire sénégalais, avaient lancé un appel aux autorités mauritaniennes pour leur permettre d’entrer au pays se déclarant disposé à se soumettre au confinement obligatoire pendant 14 jours.

La situation de ces mauritaniens s’est davantage détériorée depuis que les autorités sénégalaises avaient déclaré lundi soir l’état d’urgence dans le pays.

Sahara Médias

Catégories
A la une

L’opposition Au Palais :Macky En 2020 Comme DIOUF En 89

Tous les leaders de l’opposition invités ont répondu à l’appel du chef de l’Etat qui a déclaré la guerre au Covid-19. Et tous, ont réaffirmé leur engagement à se battre aux côtés de Macky Sall pour gagner cette guerre.

L’opposition parlementaire a décidé de faire bloc autour du président de la République qui a déclaré la guerre au coronavirus. Khalifa Sall, Ousmane Sonko, Idrissa Seck, Pape Diop, Mamadou Lamine Diallo, Issa Sall, Pape Diop, Cheikh Bara Dolly Mbacké, Mansour Sy Djamil, etc se sont entretenus, hier, avec le chef de l’Etat, au palais de la République. Ils ont été reçus séparément, mais tous les entretiens avec Macky Sall ont porté sur la pandémie du coronavirus et des mesures prises pour tenter de l’endiguer. Et tous les opposants ont exprimé leur désir de se battre aux côtés de Macky Sall pour gagner cette guerre. C’est dire que le coronavirus est en train de réussir ce que Macky Sall cherche depuis des années, rassembler toute l’opposition autour d’une question. Il n’a jamais réussi à le faire ni avec son dialogue politique encore moins avec son dialogue national. En effet, toute l’opposition, sans exception, même ceux qui boycottent le dialogue national comme Idrissa Seck, Ousmane Sonko, le Pds, Mamadou Lamine Diallo, etc ont répondu à son appel pour bouter le coronavirus hors du pays.

Une union sacrée autour du président de la République qui ressemble à bien des égards à la situation de 1989 et la crise entre le Sénégal et la Mauritanie. Abdou Diouf, le président de la République de l’époque, avait réussi une union autour de sa personne, tous les leaders politiques de l’époque avaient répondu favorablement, ce qui avait abouti à la formation d’un gouvernement de majorité présidentielle élargie avec l’entrée au gouvernement des opposants. Abdoulaye Wade, alors chef de l’opposition, devint ministre d’État auprès du président de la République, Amath Dansokho ministre de l’Habitat,  Jean Paul Dias, ministre de l’intégration ouest-africaine et Ousmane Ngom à la Santé. Ce gouvernement avait permis à Diouf de faire d’une pierre deux coups : s’assurer le soutien de l’opposition dans la crise avec le voisin du nord mais et surtout mettre fin à la contestation et les violences nées de l’élection présidentielle de 1988 fortement contestée par Wade qui revendiquait la victoire. Mais il est très peu probable que ces audiences débouchent sur la formation d’un gouvernement d’union nationale. Et pour cause, Macky Sall est théoriquement à son deuxième et dernier mandat par conséquent, Ousmane Sonko, Idrissa Seck, Khalifa Sall, Karim Wade, etc n’ont aucun intérêt à compromettre leurs chances en entrant dans gouvernement en fin de règne.

«Nous avons dit au Président notre volonté de l’accompagner dans cette guerre», déclare Malick Gakou, le leader du Grand parti. «J’ai dit au Président Macky Sall que nous adhérons totalement aux mesures qu’il a prises», affirme Issa Sall du Pur après sa rencontre avec Macky Sall. «L’appel du président de la République à tous les Sénégalais sans exception parce que la maladie concerne tout le monde. On n’a pas de vaccin et les mesures prises sont préventives. Nous devons donc travailler ensemble pour combattre cette maladie. Nous pensons aussi à nos parents de la diaspora et nous sommes satisfaits des mesures prises les concernant parce qu’ils envoient de l’argent à leurs parents restés au Sénégal», déclare Idrissa Seck.

«Nous disons notre soutien à ceux qui sont dans les liens de la détention parce que ce sont des lieux où la mobilité est réduite. Dire aussi que si c’est le pays, nous dépassons un certain nombre de contingences pour être plus efficace dans la lutte. J’invite aussi à beaucoup d’unité, à plus de responsabilité, à plus d’unité à un changement de comportement dans nos actes. Aujourd’hui, c’est l’individu qui est touché et c’est presque toute la machine économique qui est à terre. Nous voulons aussi féliciter le gouvernement pour les mesures prises et lui assurer de notre soutien parce que c’est tous ensemble que nous pourrons venir à bout du coronavirus», déclare Khalifa Sall, l’ancien maire de Dakar. «J’ai répondu à cette invitation, parce que nous considérons que les moments que nous vivons sont particulièrement graves et qu’ils doivent appeler chacun de nous au sens de la responsabilité et surtout au dépassement par rapport aux convictions que chacun de nous peut avoir. L’Etat a la prérogative et la priorité de la gestion de cette crise, mais c’est une crise qui interpelle tous les Sénégalais. Et donc, nous n’avons pas attendu cette audience pour donner notre point et considérer que les mesures prises jusqu’ici allaient dans le bon sens. C’étaient les mesures qu’il fallait prendre. Notre seule présence ici suffit à démontrer que l’heure est grave et c’est pourquoi nous continuons à lancer un appel aux Sénégalais à rester vigilants et surtout à suivre strictement les consignes données parce qu’elles sont faites pour leur bien. Il s’agit de sauver des vies, ce n’est pas un jeu. Aujourd’hui, on voit des milliers de morts partout à travers le monde et tout le monde est exposé à cette maladie. Il est donc important que tous les Sénégalais le comprennent», affirme pour sa part Ousmane Sonko, le leader de Pastef.

Charles Gaïky DIENE

Wal Fadjri

Catégories
A la une

Urgent -Couvre feu annoncé au Sénégal « C’est faux »

Les autorités sénégalaises commencent à prendre des mesures beaucoup plus strictes sur la situation du Covid-19.

Selon la Télévision Futurs Médias(TFM), le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, vient d’annoncer un couvre-feu pour éviter la propagation du virus.Cette information parut dans les réseaux sociaux est fausse.