Catégories
A la une

Coronavirus: l’Espagne va prolonger son confinement de deux semaines


RFI

L’annonce en a été faite ce samedi par le Premier ministre espagnol : la prolongation pour deux semaines du confinement du pays pour freiner la pandémie de Covid-19. Le Conseil des ministres de mardi prochain sollicitera l’autorisation de la Chambre des députés de poursuivre, pour la deuxième fois, l’état d’alerte.

C’est parce que le confinement porte ses fruits qu’il va être prolongé de 15 jours. En effet, en pourcentage, la hausse du nombre de cas a ralenti progressivement depuis le milieu de la semaine dernière.

Catégories
A la une

Coronavirus : la France entre dans sa troisième semaine de confinement, et l’épidémie est toujours plus meurtrière

La plus forte hausse de décès a été recensée entre lundi et mardi – 499 morts de plus pour un bilan de 3 523 – alors que l’évacuation des malades pour soulager les régions les plus saturées continue.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 04h54, mis à jour à 14h35

La France entre dans sa troisième semaine de confinement pour empêcher la propagation de l’épidémie causée par le coronavirus, et le bilan humain de la crise sanitaire ne cesse d’augmenter. Le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, parle d’une « situation totalement inédite dans l’histoire de la médecine française ».

Catégories
International

Coronavirus : Lagos, plus grande ville d’Afrique, entre peur et colère avant le confinement


Le président Buhari a pris les habitants de Lagos et d’Abuja de court en annonçant une interdiction de « tout mouvement » pendant au moins quatorze jours.

« Comment allons-nous faire ? », s’interrogeaient clients et vendeurs dans l’immense marché de Lagos Island, au cœur de la capitale économique du Nigeria, quelques heures avant un confinement général annoncé dimanche 29 mars par le chef de l’Etat nigérian. Une question que se pose tout le continent. « J’ai déjà acheté du riz, des haricots et du manioc pour mes cinq enfants, racontait à l’AFP Mounsomola dans les rues d’habitude bondées et remplies d’étals en tout genre. Tout ça sera fini en une semaine… et d’ici là, je n’aurai plus d’argent. »

Catégories
International

Masques, tests, lits, confinement… Ce qu’il faut retenir de la conférence du gouvernement

Par LEXPRESS.fr avec AFP ,publié le 28/03/2020 à 19:38 , mis à jour à 19:58

Édouard Philippe et Olivier Véran ont notamment annoncé une augmentation du nombre de lits de réanimation à « plus de 14 000 ».

Le ton est donné : alors que 2314 personnes sont décédées du coronavirus en France et que 4273 personnes sont actuellement en réanimation, « le combat ne fait que commencer », selon le Premier ministre. « Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s’écouler », a indiqué Édouard Philippe ce samedi, lors d’un point d’information aux Français tenu avec le ministre de la Santé Olivier Véran et le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.  

Catégories
A la une

Confinement : les violences conjugales en hausse, un dispositif d’alerte mis en place dans les pharmacies


Avec la limitation des sorties, décidée pour endiguer l’épidémie due au coronavirus, les violences conjugales ont augmenté, selon le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner.

Le Monde avec Reuters Publié aujourd’hui à 02h03, mis à jour à 08h48


Un système d’alerte pour les femmes victimes de violences de la part de leur conjoint sera mis en place dans les pharmacies, en cette période de confinement, a annoncé, jeudi 26 mars dans la soirée, Christophe Castaner.

Interrogé sur France 2, le ministre de l’intérieur a relevé que le confinement mis en place depuis le 17 mars pour endiguer l’épidémie due au coronavirus avait eu pour conséquence une augmentation des violences conjugales.


« En zone gendarmerie »,
 ces violences ont augmenté de « 32 % en une semaine », a-t-il dit, et, dans la zone de la Préfecture de police de Paris, elles ont été en hausse de « 36 % en une semaine ».

Pour permettre aux femmes victimes d’appeler à l’aide, Christophe Castaner a expliqué qu’avec l’Ordre national des pharmaciens, il avait été décidé de mettre en place un dispositif au sein des pharmacies pour alerter les forces de l’ordre.

Intervention « en urgence » des forces de l’ordre

Par exemple, « dans la pharmacie, au moment où la femme qui peut être battue se rend sans son mari » pour aller chercher des médicaments, il faut qu’elle « puisse donner l’alerte », a-t-il expliqué. Dans l’hypothèse où son mari serait avec elle, le ministre a évoqué la possibilité que celle-ci utilise un « code », « par exemple : masque 19 ». L’utilisation d’un code est un système déjà mis en place en Espagne.

Des consignes seront données pour que les forces de l’ordre puissent « intervenir en urgence », a-t-il dit, en assurant que la lutte contre les violences conjugales était « une priorité ».

« Avec Marlène Schiappa [ la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes] demain [vendredi], nous allons avancer pour que ce soit partout sur le territoire national un des moyens de protection », a-t-il indiqué.

Le Monde

Catégories
A la une

Le Ministère des Affaires Etrangères rend publique un communiqué relatif à la situation actuelle causée par le coronavirus

Le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur à rendu publique un communiqué, dans lequel elle exhorte les populations à limiter les déplacements et s’éloigner des frontières, aussi bien au niveau des aéroports, que des frontières terrestres, maritimes ou fluviales précisant que tous les experts scientifiques conseillent d’éviter les déplacements au maximum et de rester confiné pour se protéger et protéger sa famille.
Le communiqué rappelle que, sur instruction du Président de la République, le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a instruit ses missions diplomatiques et consulaires afin de se mettre en contact permanent avec nos ressortissants et de leur apporter l’assistance nécessaire, dans la mesure du possible, et de suivre avec une attention particulière les différents problèmes soulevés par nos concitoyens en difficulté, afin de voir dans quelle mesure, des solutions pourraient éventuellement être envisagées.
Voici l’intégralité du communiqué :

COMMUNIQUE

Le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur porte à la connaissance de nos concitoyens se trouvant actuellement à l’étranger que le contexte de la grave crise sanitaire provoquée par la propagation à l’échelle planétaire du Coronavirus a conduit plusieurs pays dans le monde à fermer leurs frontières pour se protéger de cette pandémie sans précédent.

Dans ce contexte de grave crise sanitaire, accentué par l’extension rapide du virus Covid-19, il est vivement recommandé aux populations de limiter les déplacements et de s’éloigner des frontières, aussi bien au niveau des aéroports, que des frontières terrestres, maritimes ou fluviales. Tous les experts scientifiques conseillent d’éviter les déplacements au maximum et de rester confiné pour se protéger et protéger sa famille.

D’ailleurs dans des situations pareilles, il est déconseillé de fuir le fléau et chacun de nous devrait garder son calme et rester dans son lieu de résidence habituelle afin d’éviter de contribuer à la propagation du virus. C’est cette règle que de nombreux pays amis ont recommandé à leurs ressortissants qui résident dans notre pays .

Pendant que la crise était limitée essentiellement à un seul foyer en Chine (autour de la région de Wuhan), le MAEC ME avait pris les dispositions nécessaires pour faciliter l’évacuation de nos huit étudiants résidents à Wuhan dans le cadre d’opérations organisées conjointement avec des pays frères.

Quand certains pays ont décidé avant nous de fermer leur espace aérien ou leurs frontières, des mesures tendant à faciliter le retour par voie aérienne et terrestres ont été prises par nos autorités à temps pour permettre à de nombreux concitoyens qui se trouvaient en situation de déplacement temporaire de regagner les leurs .

Ces mesures de rapatriement se sont, notamment, traduites par plusieurs vols supplémentaires et l’autorisation des voyages par les voies terrestres liant notre pays à ses pays frères et voisins, ce qui a facilité le retour de centaines de nos concitoyens dont des étudiants en provenance de l’Algérie, du Maroc, du Sénégal, de la Tunisie et d’autres pays .

Il convient de souligner que ces mesures visaient, essentiellement, à faciliter le retour des non-résidents et particulièrement, nos concitoyens qui se trouvaient ailleurs, pour des raisons de santé ou pour des missions de courte durée car les ressortissants résidents dans les pays étrangers sont censés restés dans leur pays de résidence comme cela a été appliqué par beaucoup d’autres pays. Les étudiants, qui sont considérés comme résidents du pays de leurs études n’étaient pas concernés par ces mesures et pourtant un très grand nombre d’entre eux ont été autorisés à rentrer bien après la déclaration de la fermeture des frontières, essentiellement du Maroc, du Sénégal et de la Tunisie.

Il faut avouer que les déplacements incessants aux frontières de nos compatriotes après la fermeture des frontières par nos voisins, et surtout leur rassemblement en masse aux points de départ, ont causé beaucoup de désagrément aux autorités de ces pays voisins et n’ont pas toujours facilité leur mise en place de leurs propres mesures de protection et de confinement. Ces autorités ont été cependant très patientes et coopératives jusqu’à l’extrême. Sachant que nous avons plusieurs milliers de concitoyens dans ces pays voisins et que chaque fois qu’un groupe était autorisé à rentrer, le lendemain un autre groupe se reconstitue aux frontières avec les mêmes scènes de tristesse et d’imploration aux autorités auxquelles nous sommes bien entendu extrêmement sensibles, il fallait bien mettre un terme à ce flot incessant.

Par ailleurs, l’unique solution qui s’impose à nous aujourd’hui, et sur la base de conseils des experts, consiste à confiner les voyageurs en provenance des zones affectées (on parle de plusieurs centaines de personnes).

Par ailleurs, l’unique solution qui s’impose à nous aujourd’hui, et sur la base de conseils des experts, consiste à confiner les voyageurs en provenance des zones affectées (on parle de plusieurs centaines de personnes). Ce confinement se fait dans des hôtels et des résidences sécurisées dont la capacité est hélas largement limitée.

Dès lors, les autorités Mauritaniennes ont décidé le dimanche 22 mars de fermer définitivement tous les postes frontaliers sans la moindre exception pour permettre aux autorités sanitaires nationales de contrôler et suivre les deux cas déjà existant au pays, le suivi des contacts et des centaines de personnes déjà en confinement ; un travail qui demande une énergie et des efforts immenses.

Nous avons tous un impératif de protéger nos concitoyens de cette terrible pandémie.

Il convient de rappeler que, sur instruction du Président de la République, le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur a instruit ses missions diplomatiques et consulaires afin de se mettre en contact permanent avec nos ressortissants et de leur apporter l’assistance nécessaire, dans la mesure du possible, et de suivre avec une attention particulière les différents problèmes soulevés par nos concitoyens en difficulté, afin de voir dans quelle mesure, des solutions pourraient éventuellement être envisagées.
Le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur.

Catégories
Sport

Jouer cet été ou ne pas finir la saison… Les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 divisés sur la suite des championnats, bloqués par le coronavirus

Bernard Caiazzo, le président du syndicat des clubs de Ligue 1, en mai 2018. (YVES SALVAT / MAXPPP)
Bernard Caiazzo, le président du syndicat des clubs de Ligue 1, en mai 2018. (YVES SALVAT / MAXPPP)


En pleine épidémie de coronavirus, les championnats sont stoppés depuis la mi-mars. Les instances du football français réfléchissent à différentes possibilités pour la fin de saison. 

En plein confinement lié à l’épidémie de coronavirus, les championnats de football en France et dans plusieurs pays européens sont suspendus. Pour la Ligue 1 et la Ligue 2, aucun joueur n’a foulé la pelouse d’un stade depuis le 8 mars. Les instances du football français ont commencé à se pencher depuis le 13 mars sur les modalités pour espérer terminer les championnats. Faut-il reprendre en retard ou faire une croix dessus ? Les avis sont partagés. 

Pour Bernard Caiazzo, le président du syndicat des clubs de Ligue 1, il faut reprendre les championnats à tout prix car il ne reste plus que 10matches à jouer en L1 et en L2. Si la saison ne pouvait pas se terminer,les conséquences sur la santé financière des clubs seraient terribles selon lui.« Si le championnat ne va pas à terme, c’est une catastrophe économique pour l’ensemble de nos clubs,prédit Bernard Caiazzo.Il y aura un double effet : d’abord un effet mécanique sur les recettes de nos clubs avec une perte sur un quart du championnat, qu’on estime à 500millions d’euros. Le deuxième effet, ce sera au moment du mercato. En France, les mouvements de joueurs représentent entre700 et 800 millions d’euros. Si on ne les a pas, on aura des morts parmi les clubs. C’est sûr et certain. »Bernard Caiazzoespère reprendre à partir du 15juin, quitte à terminer l’exercice actuel en juillet et en août.

Même si tous les clubs doivent se préparer à avoirdes comptes dégradés avec des pertes d’exploitation, de trésorerie, voire de droits TV, la prise de position de Bernard Caiazzo n’est pas partagée par tous les dirigeants de clubs professionnels. Selon Fulvio Luzi, président de Chambly, actuel 10e de Ligue 2 et plus petit budget des clubs pros, il ne faut pas déborder sur le calendrier initial.« Si on doit jouer en juin, en juillet et en août, c’est ridicule parce que ça va handicaper la prochaine saison. On sortira déjà d’une saison mal finie pour en commencer une de façon très handicapante »,dit-il à franceinfo tout en rappelant que la saison prochaine sera chargée pour les clubs de Ligue 1 puisque l’Euro se tiendra à l’été 2021, du 11 juin au 11 juillet.

Il faut un consensus de tous les clubs professionnels et que ça ne se décide pas à quatre ou cinq. Je pense qu’il faut prendre des décisions de bon sens. Il ne faut pas se cacher la vérité, on aura du mal a reprendre le championnat.Fulvio Luzià franceinfo

Pour le président de Chambly, la situation actuelle est suffisamment grave pour ne pas ajouter de difficultés aux joueurs, certes moins importantes, en leur faisant prendre des risques avec une cadence de trois matches par semaine pour rattraper le temps perdu. francetvinfo.fr

Catégories
International

Coronavirus : plus d’un milliard de personnes dans le monde doivent se confiner

Plus d’un milliard de personnes dans plus de 50 pays ou territoires sont appelées lundi par leurs autorités à rester confinées chez elles pour lutter contre la propagation fulgurante du Covid-19, selon une base de données tenue par l’AFP.

Au moins 34 pays ou territoires ont instauré un confinement obligatoire de leur population, des mesures qui concernent plus de 659 millions de personnes.

C’est notamment le cas en France, en Italie, en Argentine, en Californie (Etats-Unis), en Irak ou au Rwanda. La Grèce est le dernier pays en date à avoir rejoint cette liste, ce lundi à 04H00 GMT. La Colombie et la Nouvelle-Zélande s’ajouteront respectivement mardi et mercredi.

Dans la plupart de ces territoires, il est tout de même possible de sortir de chez soi pour travailler, acheter des produits de première nécessité ou se soigner.

Au moins quatre pays (plus de 228 millions de personnes), dont l’Iran, l’Allemagne et le Royaume-Uni, ont appelé leur population à rester chez elle, limiter au maximum les déplacements et les contacts, sans toutefois assortir ces recommandations de mesures coercitives.

Des couvre-feux annoncés dans plusieurs pays

Ces appels n’ont cependant qu’un effet limité, notamment au Royaume-Uni où le gouvernement a haussé le ton dimanche après un weekend où les parcs et bords de mer ont fait le plein.

Au moins 10 pays ou territoires (plus de 117 millions de personnes) ont mis en place des couvre-feu, interdisant les déplacements en soirée et pendant la nuit. C’est notamment le cas au Burkina Faso, au Chili, à Manille (Philippines), en Serbie ou en Mauritanie. En Arabie saoudite, le couvre-feu entre en vigueur ce lundi soir.

Enfin, certains pays ont mis leurs principales villes en quarantaine, avec interdiction d’y entrer et d’en sortir. C’est le cas des 27 plus grandes villes de Bulgarie, d’Almaty et Nur-Sultan au Kazakhstan, et de Bakou en Azerbaïdjan. Ces villes regroupent près de 10 millions d’habitants.

RTBF

Catégories
A la une

Coronavirus dans le monde : de plus en plus de pays optent pour un confinement strict

Désormais, plus d’un milliard d’habitants sont confinés à travers la planète, en raison de la pandémie due au coronavirus.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 01h51, mis à jour à 11h38

Le monde tente désespérément d’échapper à la tragédie vécue par l’Italie face au coronavirus en renforçant encore lundi 23 mars les barrages contre la pandémie et en accélérant les recherches pour des traitements ou des vaccins. Jour après jour, les continents se barricade un peu plus et près d’un milliard de personnes à travers la planète sont désormais assignées à résidence.

Recherches de vaccin partout dans le monde

Il n’existe actuellement aucun vaccin ou traitement agréé contre le virus, qui a tué à ce jour plus de 14 000 personnes et contaminé plus de 324 000 personnes dans le monde.

Mais les initiatives pour trouver un remède s’accélèrent. Un essai clinique européen a ainsi été lancé dimanche dans au moins sept pays du vieux continent pour tester quatre traitements expérimentaux contre le coronavirus. Baptisé« Discovery », il va inclure 3 200 patients, soit bien davantage que les 24 qui ont testé la chloroquine, un antipaludéen potentiellement efficace contre le coronavirus sur lequel le président Donald Trump fonde beaucoup d’espoir.


Alors que les grands groupes pharmaceutiques se sont engagés à fournir un vaccin « partout dans le monde » – mais dans un délai de 12 à 18 mois minimum seulement –, la Chine a entamé de son côté lundi son premier essai clinique pour tester un vaccin. Tout comme la Russie, qui a annoncé avoir commencé à tester un vaccin sur des animaux. Les premiers résultats seront connus en juin.

Le monde se barricade

Parmi les derniers pays à obliger la population à se calfeutrer la Grèce(15 morts), en confinement à partir de lundi, mais aussi l’Arabie Saoudite, qui va imposer un couvre-feu nocturne pendant trois semaines, tandis que laNouvelle-Zélandeordonne à son tour un confinement général. Point commun entre ces deux derniers pays : ils ne recensent aucun décès mais cherchent à se protéger, notamment des cas importés.

Madagascar, qui compte 12 cas de Covid-19, a décrété le confinement, à compter de lundi, de la population des deux principales villes du pays, la capitale, Antananarivo, et Toamasina (Est). Dans ces deux régions, poumons économiques du pays, tout transport, sauf celui de marchandises, est interdit.

Très critiquée pour ne pas prendre assez au sérieux la pandémie, la mairie de Mexico a finalement ordonné la fermeture de certains établissements, dont les bars, les discothèques, les musées, les zoos, et les gymnases.

Dansle Golfe, les Emirats arabes unis se sont résolus à fermer les« malls », ces luxueux centres commerciaux habituellement très fréquentés par les habitants comme les touristes.

AuRoyaume-Uni, où le premier ministre Boris Johnson a mis en garde contre une accélération des contaminations, un projet de loi concernant des pouvoirs extraordinaires pour lutter contre le coronavirus doit être examiné lundi. Idem en France où le gouvernement se prépare à prolonger le confinement de la population au-delà de la date initiale de fin mars.

AuxEtats-Unis– où 416 personnes ont succombé au Covid-19 et plus de 33 000 été contaminées –, plus d’un tiers des Américains sont sujets à divers degrés de confinement, notamment dans les trois plus grandes villes du pays (New York, Los Angeles, Chicago). Les Etats-Unis se préparent également à une montée en puissance des cas avec la mise en place en urgence d’hôpitaux de campagne d’une capacité totale de 4 000 lits.

La Chine tente de prévenir l’importation de cas

Pour prévenir une deuxième vague de contamination à cause de cas« importés »(39 supplémentaires lundi), les passagers des vols internationaux à destination de Pékin devront à compter de lundi effectuer une escale préalable dans une ville chinoise afin d’y subir des examens médicaux. Deux mois jour pour jour après la mise en quarantaine de Wuhan, métropole de 11 millions d’habitants et berceau de l’épidémie, aucune nouvelle contamination n’y a été signalée lundi, et ce, pour le cinquième jour de suite.

Hong Kong n’est pas en reste, qui va interdire à tous les non-résidents arrivant par avion de l’étranger d’entrer sur son territoire à partir de mercredi.

Les bilans s’alourdissent

L’Italiecontinue à payer le plus lourd tribut, et de loin, avec 5 476 morts au total dont 651 morts en 24 heures selon le dernier bilan disponible dimanche. Une baisse néanmoins par rapport au pic de 793 morts la veille.

EnIran, un des pays les plus touchés avec la Chine, l’Italie et l’Espagne, les autorités ont annoncé lundi 127 décès supplémentaires, ce qui porte à 1 812 le bilan officiel.

Un premier cas officiel en Syrie

Un premier cas de contamination – officiel – a été recensé dimanche enSyrie,« une personne venue de l’étranger ». Le même jour, le ministère de l’intérieur annonçait la suspension de tous les transports en commun, publics et privés, dans les villes et la fermeture, à partir de mardi, des voies de transport reliant les provinces du pays.

Mais ce pays en guerre demeure un trou noir en matière d’information : le régime de Damas dément toute propagation sur son territoire, en dépit de sa proximité avec l’Iran, le pays le plus affecté par la maladie au Proche-Orient.

Le Japon envisage de reporter les JO

Signe de l’ampleur de la prise de conscience planétaire, le Japon envisage désormais, pour la première fois, de reporter les Jeux Olympiques d’été prévus en juillet.

Le président de la Fédération internationale d’athlétisme Sebastian Coe a demandé lundi au président du Comité international olypique (CIO) Thomas Bach de reporter les Jeux.«Reporter les Jeux olympiques, ce n’est pas comme décaler un match de football au samedi suivant», a prévenu ce week-end M. Bach, soulignant le défi auquel les organisateurs risquent de faire face en cas de report du plus grand évènement sportif mondial.

La situation des plus vulnérables particulièrement préoccupante

En Australie, où le spectre de la Grande dépression des années 1930 est désormais évoqué, d’immenses files de chômeurs se sont formées lundi devant les agences pour l’emploi au premier jour de la fermeture des pubs, casinos et salles de sport.«Une chose inimaginable il y a seulement quelques semaines», s’est alarmé le premier ministre Scott Morrison.

A Rio de Janeiro, le cri du coeur de Vania Ribeiro, responsable associative dans une favela, illustre la hantise d’une catastrophe sanitaire pour les plus pauvres :«On nous dit qu’il faut se laver les mains sans arrêt, mais comment faire quand l’eau courante est régulièrement coupée ? On ne va pas se laver les mains à l’eau minérale tout même!».

La situation des clandestins aux Etats-Unis, dont beaucoup ont déjà perdu leur travail, n’est guère plus enviable. Car les programmes d’aide sociale mis en place par le gouvernement américain ne s’appliquent pas à eux, pas plus qu’ils ne pourront se soigner faute d’assurance santé.

Les mesures économiques se multiplient

Le plan de relance de l’économie américainea buté dimanche sur un vote de procédure. Les républicains ont échoué à convaincre les démocrates de voter en faveur de l’ouverture des débats sur ce projet de loi, qui vise à mobiliser jusqu’à 2000milliards de dollars, ce qui aurait mené à un vote final à la chambre haute lundi.

L’Algériea décidé, dimanche, de réduire ses dépenses publiques et de revoir sa politique économique face à l’effondrement des cours du pétrole. Il a été annoncé la révision à la baisse de 30% du budget de fonctionnement de l’Etat – sans pour autant toucher aux salaires des fonctionnaires – ainsi que la réduction de la facture des importations de 41milliards à 31milliards de dollars (38 milliards à 28 milliards d’euros).

La banque étatique de développement BNDES duBrésilva injecter dans l’économie 55 milliards de réais (quelque 10milliards d’euros). Cette somme doit servir à financer durant six mois la suspension des paiements des intérêts et des crédits directs et indirects des entreprises brésiliennes au BNDES, et à augmenter son offre de prêts aux PME.

La banque centrale de Nouvelle-Zélande(Reserve Bank of New Zealand) a aussi annoncé un plan d’achat d’obligations de 30 milliards de dollars néo-zélandais (15,7milliards d’euros), dans le but de soutenir son économie.

Le Monde

Catégories
A la une

Mauritanie. Coronavirus: le confinement a contribué à limiter les contaminations importées

#Mauritanie : Le confinement est l’une des principales mesures prises par le gouvernement pour éviter les contaminations importées. Actuellement, 171 Mauritaniens et étrangers sont confinés dans des lieux dédiés à cet effet. La Mauritanie compte 2 cas confirmés de contamination au Covid-19.

Dans la tourmente de la gestion de la pandémie mondiale du coronavirus (Covid-19), la Mauritanie a fait du confinement obligatoire des voyageurs en provenance des pays touchés par la pandémie du coronavirus une arme de lutte pour éviter les contaminations importées qui sont à l’origine de la propagation du coronavirus en Afrique.


Le ministre de l’Equipement et des transports, Mohamed Ahmed Mhaimid, président de la Commission chargée du matériel et des fournitures d’un comité interministériel de suivi de la maladie, a fait le bilan des confinements en annonçant que «171 personnes, réparties dans des endroits prévus à cet effet, sont actuellement confinées en Mauritanie».

«Ces citoyens mauritaniens et étrangers sont pris en charge grâce à des moyens de transport confortables, dans des lieux d’hébergement, dans le cadre d’un isolement préventif, avec toutes les conditions appropriées pour un suivi régulier sur les lieux de résidence, 24 heures sur 24», a t-il expliqué.Au plan des ressources humaines, «les équipes médicales sont mobilisées à raison d’une pour chacun des trois lieux de confinement».Le ministre a appelé toutes les personnes confinées «au respect des précautions et mesures mises en œuvre pour protéger les familles et le pays tout entier, et à faire preuve de discipline pour transcender cette épreuve».

Ce confinement a contribué fortement à limiter les contaminations importées. Les étrangers qui refusaient ces mesures ont été expulsés du pays. C’est le cas d’une quinzaine de touristes italiens arrivés le 1er mars à Nouakchott et qui avaient refusé un confinement durant 14 jours avant d’entamer leur séjour touristique. A noter que la Mauritanie compte deux cas confirmés du coronavirus. Les entourages des deux personnes malades ont été identifiés et confinés également afin d’éviter la propagation de la pandémie.


Outre le confinement, la Mauritanie a déjà annoncé plusieurs mesures pour lutter contre la pandémie du Covid-19: suspension des vols internationaux, réduction drastique puis quasi-fermeture des points de passage frontaliers, un couvre feu en vigueur désormais à partir de 18 heures (au lieu de 20 heures), interdiction des rassemblements,….

notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

le360.ma