Catégories
A la une

Terrorisme: l’urgence du coronavirus n’arrête pas l’offensive djihadiste en Afrique

Terrorisme: l’urgence du coronavirus n’arrête pas l’offensive djihadiste en Afrique

Un autre front chaud de l’offensive jihadiste en Afrique est la région du Sahel occidental(Sénégal, Mali, Mauritanie). Si le Niger et le Tchad font partie des pays membres de l’alliance du G5 Sahel (avec le Mali, la Mauritanie et le Burkina Faso), en fait l’action de la force Barkhane dirigée par les Français – qui a récemment augmenté à plus de 5000 unités après l’envoi de nouvelles unités décidé par le président Emmanuel Macron au sommet de Pau le 13 janvier – exclut la zone du lac Tchad, laissant donc à découvert une zone qui semble de plus en plus instable et hors de contrôle.

Catégories
International

La haine s’acharne sur Latifa Ibn Ziaten, mère d’un soldat tué par Merah

Tag sur la maison de Latifa Ibn Ziaten, mère d’un militaire tué par Merah.

La haine reste là, tapie dans l’ombre, et rien n’y fait, elle ressurgit à un moment ou à un autre. Sept ans après l’assassinat de son fils par le djihadiste français Mohammed Merahà Toulouse, Latifa Ibn Ziaten(en photo ci-dessous) vient d’être directement ciblée par cette haine. Plusieurs murs de sa maison, située près de Rouen, en Normandie, ont été souillés par des menaces de mort, des inscriptions antisémites et à la gloire de Merah, qui avait tué trois militaires, un professeur d’une école juive et trois enfants en mars 2012.

« Vive Merah », peut-on notamment lire, ou encore « C’est bientôt à toi salle juif » : dans une menace aussi odieuse, une faute d’orthographe paraît banale, mais en revanche, la stupidité de son ou de ses auteurs atteint un summum. Latifa Ibn Ziaten est française d’origine marocaine; elle est musulmane, comme l’était d’ailleurs son fils, Imad Ibn Ziaten, qui était fier de servir la France comme sous-officier du 1er Régiment du train parachutiste; dans l’après-midi du 11 mars 2012, Mohammed Merah, radicalisé, fanatisé, l’avait exécuté de sang-froid d’une balle dans la tête.

« En mémoire de mon fils Imad (…) Je resterai debout »

Latifa Ibn Ziaten se dit « sous le choc ». « Une nouvelle fois, je suis prise pour cible », a-t-elle d’abord écrit sur son compte Twitter, annonçant avoir déposé plainte et espérant que « les coupables seront retrouvés et punis de leur acte haineux ». Dans un deuxième message, elle affirme qu’elle « restera debout » :

Son avocate, Me Samia Maktouf, indique qu’elle « ne se sent pas en sécurité » et demande que sa cliente dispose d’une protection à son domicile, en plus de celle dont elle bénéficie lors de ses déplacements.

A 59 ans, la mère de la première victime de Merah, courageuse, digne, tenace, ne cesse de se battre contre la radicalisation au sein de l’islam en France; elle a fondé une association pour aller au devant des adolescents et jeunes adultes musulmans dans les quartiers défavorisés.

https://fr.euronews.com/2019/06/10/la-haine-s-acharne-sur-latifa-ibn-ziaten-mere-d-un-soldat-tue-par-merah?