Catégories
A la une International

Communiqué de presse – Barkhane/FC-G5S : Libération de jeunes filles

À N’Djamena, le 25 mars 2020

La force Barkhane félicite la force conjointe du G5 Sahel pour son action contre l’EIGS ayant permis la libération de cinq jeunes filles et d’une mère retenues en otage, ainsi que pour la neutralisation de plusieurs djihadistes.

En effet, le 17 mars, au cours d’une opération dans la zone de Gargassa et de Fererio, au Burkina Faso, une compagnie de la force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) a libéré cinq jeunes filles âgées de 10 à 14 ans et une jeune mère âgée de 20 ans, retenues en captivité depuis le 5 mars dernier. Lors de cette action, plusieurs membres du groupe armé terroriste (GAT) de l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS) ont par ailleurs été mis hors de combat. Le général de division Pascal Facon, commandant la force Barkhane a ainsi adressé ses plus vives félicitations à la FC-G5S pour cette action remarquable contre les GAT.

Cette libération a eu lieu durant une mission de reconnaissance dans la zone des trois frontières (Burkina Faso, Mali, Niger), conduite par un bataillon de la FC-G5S afin de maintenir la pression exercée sur les GAT. Suite à plusieurs renseignements échangés entre les forces armées des états du G5 Sahel et la force Barkhane, le poste de commandement de la FC-G5S a planifié et conduit cette opération offensive contre un foyer caractérisé comme terroriste.

Cette action a ainsi permis de mettre hors de combat plusieurs terroristes se revendiquant de l’EIGS et de libérer six jeunes filles âgées de 10 à 14 ans, retenues en captivité depuis 2 semaines. A l’issue de cette libération, la gendarmerie burkinabè est intervenue pour faciliter le rapatriement des enfants vers leurs familles dans la région de Silmangue, au Burkina Faso.

À la tête de cette opération, le général Namata, commandant la FC-G5S, s’est rendu le lendemain sur zone pour saluer l’engagement de ses hommes. Selon lui, « au rythme où les opérations sont menées, une amélioration dela situation  sécuritaire en& zone des trois frontières devrait être visible sous peu ». Conséquences du sommet de Pau du 13 janvier 2020, la structuration d’un mécanisme de commandement conjoint entre la FC-G5S et l’opération Barkhane optimise la coordination des efforts dans la lutte contre les GAT, en renforçant notamment le partage du renseignement.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 5100 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Suivez l’actualité de la Force Barkhane sur Facebook : https://www.facebook.com/Barkhane/

Contact presse :

barkhane.com@gmail.com

Catégories
A la une

La Turquie commence à renvoyer les premiers djihadistes étrangers capturés en Syrie

La Turquie avait capturé 287 personnes qui s’étaient échappées de prisons pour membres de l’Etat islamique en Syrie après le déclenchement de l’offensive d’Ankara, a annoncé vendredi le président turc.

Onze Français, un Américain, des Allemands… Comme elle l’avait annoncé, la Turquie a commencé à expulser, lundi 11 novembre, des membres étrangers du groupe Etat islamique (EI) qu’elle détient.

« Un terroriste étranger américain a été déporté de Turquie après que toutes les démarches ont été complétées », a déclaré Ismail Catakli, le porte-parole du ministère de l’intérieur, sans préciser vers quelle destination. Selon lui, deux autres djihadistes, l’un allemand et le second de nationalité danoise, devraient également être renvoyés lundi vers leur pays. Sept autres « terroristes étrangers d’origine allemande seront déportés jeudi », a-t-il ajouté, cité par l’agence étatique Anadolu. Des démarches sont en cours en vue du prochain renvoi de quinze autres djihadistes : onze Français, deux Allemands et deux Irlandais, selon la même source.

L’expulsion de djihadistes étrangers à partir de lundi avait été annoncée vendredi par le ministre de l’intérieur turc, Süleyman Soylu. « Nous commencerons à partir de lundi », avait-il déclaré lors d’un discours à Ankara. « Pas besoin de courir dans tous les sens : nous allons vous renvoyer les membres de l’EI. Ils sont à vous, faites-en ce que vous voudrez », avait-il ajouté. Le ministre turc n’avait pas précisé quels étaient les pays concernés par cette mesure, mais s’était notamment adressé à l’« Europe » pendant son discours.

Membre de la coalition contre l’Etat islamique

Longtemps soupçonnée d’avoir laissé les djihadistes traverser sa frontière pour rejoindre la Syrie après le début du conflit qui déchire ce pays depuis 2011, la Turquie, frappée par plusieurs attentats commis par l’EI, a rejoint en 2015 la coalition antidjihadiste.

La chaîne de télévision publique TRT Haber rapporte que l’Etat turc entend rapatrier quelque 2 500 activistes, dont une majorité vers des pays de l’Union européenne, et que 813 djihadistes présumés sont actuellement en attente d’expulsion dans douze centres de rétention. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé vendredi que la Turquie avait capturé 287 personnes qui s’étaient échappées de prisons pour membres de l’EI en Syrie après le déclenchement de l’offensive d’Ankara.

Ankara critique de longue date le refus de ses alliés européens, dont la France, de prendre en charge leurs ressortissants partis se battre en zone irako-syrienne.

Le Monde avec AFP et Reuters