Catégories
A la une

Grande Canarie conclut l’opération de rapatriement pour 37 jeunes du programme de bourses d’Afrique de l’Ouest

Gran Canaria conclut une opération de rapatriement pour 37 jeunes du programme de bourses d’Afrique de l’Ouest.
Le Cabildo de Gran Canaria a achevé l’opération de rapatriement pour 37 jeunes du programme de bourses d’Afrique de l’Ouest après l’arrivée hier jeudi du dernier bénéficiaire mauritanien.

Ces jeunes effectuaient des stages dans différentes îles et depuis que quatre sont rentrés, les 41 qui sont partis pour leurs bourses en février sont déjà sur l’île, selon ce que l’administration locale insulaire a rapporté dans un communiqué de presse.

Les trois jeunes femmes qui étaient rentrées auparavant l’avaient fait depuis le début de la crise des coronavirus, tandis qu’une autre était venue la semaine ou l’état d’alerte avait été décrété.

Ainsi, une fois l’état d’alerte décrété, le Cabildo a décidé de rapatrier le reste des jeunes par mesure de prévention, car bien que leurs pays « ne soient pas des zones à risque, il y avait la possibilité de fermer l’espace aérien, entre autres problèmes ».

Ainsi, après « plus d’une semaine de négociations » avec les compagnies aériennes et les gouvernements, les jeunes sont rentrés du Sénégal, de la Gambie, du Cap-Vert, du Maroc et de la Mauritanie.

Cette opération a été réalisée par le Cabildo de Gran Canaria en collaboration avec la Fondation universitaire de Las Palmas et l’intervention du ministère des Affaires étrangères, du gouvernement des îles Canaries et des autorités africaines.

Pour rapatrier les jeunes, le Cabildo a payé tous les frais du transfert à Gran Canaria, y compris ceux qui sont rentrés précédemment, et a tenu à remercier la collaboration de toutes les institutions et entités impliquées dans cette opération de retour des jeunes étudiants.

Les jeunes boursiers se sont rendus dans les cinq pays africains en février dans le cadre du programme précité – auquel une bourse de 500 000 euros a été allouée pour assurer « l’excellence de la formation et l’échange de connaissances ».

La bourse finance toutes les dépenses: voyages, vaccinations, visas, assurance maladie privée et hébergement, en plus d’inclure une subvention mensuelle de 600 euros pour qu’ils puissent mettre leurs connaissances en pratique, renforcer leurs compétences linguistiques, apprendre le système de travail africain et contribuer connaissances aux entreprises.

Ces jeunes poursuivront le programme grâce à un travail à distance avec des entreprises privées, des institutions publiques, des ONG, des mairies et des ambassades sur lesquelles ils travaillaient.
–PRESSE EUROPA–