Catégories
A la une

L’Afrique de l’Ouest face au Covid-19 : le point

La pandémie de Covid-19 semble s’étendre de plus en plus sur le continent africain, épargné pendant plusieurs semaines. Les États d’Afrique du Nord sont actuellement les plus touchés, tant en termes de nombre de cas qu’en ce qui concerne le nombre de décès. Un foyer semble se développer en Afrique de l’Ouest où la majeure partie des pays de la sous-région comptabilise de plus en plus de cas.

Quel est l’état des lieux de la pandémie de Covid-19 dans cette région de l’Afrique ?

Une dizaine de pays touchés en Afrique de l’Ouest

Jusqu’alors très concentrée dans le nord de l’Afrique, le Covid-19 touche désormais une quarantaine de pays africains. Sur les 43 pays touchés par la pandémie, une bonne dizaine environ se situe dans l’Ouest africain.

Nombre de cas détectés

Au 25 mars 2020, la région cumule, à elle seule, 422 cas de personnes infectées par le Covid-19 sur les 1 400 cas d’infection recensés sur tout le continent. En termes de nombre de cas recensés par pays ouest-africains, les chiffres révèlent une certaine disparité, avec en tête, des pays très touchés et en queue de peloton, des cas sporadiques. Sur les 14 pays touchés, 6 ont enregistré plus de 20 cas chacun.

Le Burkina-Faso combine actuellement le plus grand nombre de cas, 114 au total. Le pays des hommes intègres est suivi de peu par le Sénégal, deuxième pays de la sous-région à être touché par le virus, avec 86 cas répertoriés. La Côte d’Ivoire arrive en 3e position avec 73 cas après la détection de 48 nouveaux cas le mercredi 25 mars. Ils sont suivis du Ghana avec 52 cas, du Nigeria avec 44 cas et du Togo avec 20 cas.

Les 8 autres pays sur la liste des États touchés par le Covid-19 comptent tous moins de 10 cas de personnes infectées : 9 pour la Guinée Equatoriale, 6 pour le Bénin, 4 pour la Guinée, 4 pour le Cap-Vert, 3 pour le Niger, 3 pour la Gambie, 2 pour la Mauritanie et 2 pour le Mali nouvellement infecté.

Nombre de décès et de guérisons

Alors que les cas se multiplient considérablement sur tout le continent africain, les guérisons et les décès s’enchaînent également. En tout, il y a eu 134 guérisons contre 60 décès. En Afrique de l’Ouest, les guérisons ont été enregistrées dans 5 pays : le Sénégal (8), le Burkina Faso (7), la Côte d’Ivoire (2) et le Nigeria (2). Quant au nombre de décès, Le Burkina-Faso en compte actuellement 4, le Ghana en a enregistré 2 et le Nigeria 1.

Les mesures prises

Plus tôt dans la semaine, l’OMS avait appelé les pays africains à « se préparer au pire ». Suite à cet appel, plusieurs États ont annoncé des mesures  drastiques. Après la fermeture de leurs frontières terrestres, ils ont été nombreux à ordonner un confinement total des populations pour une période de 14 jours.

Burkina Faso

Le pays des hommes intègres est actuellement le plus durement touché par la pandémie du Coronavirus, tant en termes de nombre de cas qu’en termes de décès. Alors que le 23 mars, le ministre de la Santé annonçait encore 99 cas confirmés, ce nombre a bondi avec la confirmation de 15 nouveaux cas en l’espace de 2 jours. Si la capitale a été la plus touchée, avec 96 cas, 4 autres villes sont aussi durement affectées par le Covid-19.

Le président de la République, Roch Marc Christian Kaboré, dans un message à la Nation le 20 mars, a interdit les rassemblements ou les manifestations de personnes sans les endroits ouverts au public, et ce, sur toute l’étendue du territoire national. Il s’agit notamment des restaurants, des maquis, des bars et des kiosques. De même, le pays a été placé sous couvre-feu de 19h à 5h du matin.

Dans un communiqué, le gouverneur de la région du Centre a ordonné la fermeture de tous les marchés à partir du 26 mars jusqu’au 20 avril 2020. En tout, ce sont 36 marchés et marchés itinérants de la ville de Ouagadougou et ses alentours qui devront fermer. Cette mesure s’inscrit dans la ligne droite des mesures annoncées par le Président.

Nigeria

Au début de la pandémie, le Nigeria était présenté comme l’un des pays les mieux outillés pour faire face à la maladie. Il a été, le premier pays d’Afrique subsaharienne à enregistrer, le tout premier cas. Selon une équipe internationale de scientifiques, c’est aussi le pays le plus exposé au risque de contamination.

Le lundi 23 mars 2020, le Nigeria a rapporté son tout premier décès, un homme de 67 ans, rentré du Royaume-Uni et affecté par d’autres pathologies. Avec la propagation du nombre de cas, les contrôles aux points d’entrée aériens, maritimes et terrestres ont été renforcés par les services de santé portuaires du ministère fédéral de la Santé.

Depuis la semaine dernière, un confinement strict a été décrété par le gouvernement nigérian, conduisant la fermeture de toutes les frontières. Également, les vols sortants et entrants dans le pays ont tous été interdits.

Sénégal

Deuxième pays d’Afrique de l’Ouest à avoir été touché par le Covid-19, le Sénégal a durci les mesures préventives, avec l’instauration d’un couvre-feu de 20h à 6h du matin. Depuis le lundi 23 mars, dans la soirée, l’état d’urgence a été décrété par le Président Macky Sall sur tout le territoire sénégalais.

Le chef de l’État, à travers un message à la Nation, a instauré l’interdiction de cortège, de manifestation ou de rassemblement sur la voie publique, la restriction de circulation, la fermeture de tous les lieux de réunion et lieux publics. Il a précisé qu’il s’agissait de « mesures non exhaustives » qui pourraient connaître une évolution selon les circonstances.

Côte d’Ivoire

Après la fermeture des frontières le dimanche 22 mars, la Côte d’Ivoire est aussi en état d’urgence. Le président de la République ivoirienne, Alassane Ouattara, a donné une allocution à la télévision nationale pour détailler les 7 mesures prises par le gouvernement : mise en place d’un couvre-feu de 21h à 5h du matin depuis le mercredi 25 mars, fermeture des maquis et restaurants, interdiction des déplacements sans autorisation entre Abidjan et le reste du pays, confinement échelonné selon la progression de la pandémie.

Des centres d’appels et numéros verts

Dès le début de la pandémie, le gouvernement burkinabé a mis en place une cellule d’alerte qui a déjà répertorié plus de 42 000 appels, selon le professeur Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la réponse à la pandémie.

À l’instar du Burkina-Faso, plusieurs autres pays d’Afrique de l’Ouest ont mis à la disposition des populations un ou plusieurs numéros verts : le Bénin, le Togo, le Ghana, le Sénégal, le Nigeria, le Niger, la Mauritanie, la Guinée, la Guinée Équatoriale, le Mali, le Ghana, la Gambie, la Côte d’Ivoire, le Cap-Vert et le Burkina-Faso.

Ces numéros verts ont été mis en place pour permettre aux populations de prendre des renseignements sur le Covid-19, mais aussi pour évoquer d’éventuels cas.

L’impact sur les populations

D’après l’écrivaine camerounaise Calixthe Beyala, les mesures prises par les États pour restreindre la propagation du Coronavirus auront « des effets désastreux pour le continent africain ». Selon elle, les populations les plus démunies, concentrées en Afrique subsaharienne, pourraient être les plus touchées.

Face à la cessation des activités économiques, le risque de famine est très élevé. Face au virus, « leurs organismes fragilisés par la malnutrition les rendront plus fragiles ». Elle exhorte les gouvernements à mettre en place « des stratégies d’urgence pour répondre au mieux aux besoins de nos peuples ».

source : https://www.afrik.com/

Catégories
A la une

Fermeture de la frontière entre la Mauritanie et le Mali

Dans un communiqué rendu public ce mardi 24 Mars 2020 et dont une copie est parvenue à l’Agence Mauritanienne d’Information (AMI), le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a annoncé la fermeture de la frontière entre notre pays et la République du Mali. Cette mesure a été décidée en commun accord par les deux présidents des deux pays.

Voici le texte intégral de ce communiqué :

« Le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation porte à la connaissance des citoyens que leurs Excellences le Président de la République Islamique de Mauritanie, Monsieur Mohamed Cheikh El Ghazouani et le Président de la République du Mali, Monsieur Ibrahima Boubacar KEITA, ont décidé, d’un commun accord, la fermeture de la frontière entre nos deux pays, pour réduire les risques de la propagation de la pandémie Covid-19.

Cette mesure prend effet à compter de ce mardi 24 mars 2020.

En conséquence, les trafics et les mouvements de personnes sont interdits, à l’exception des camions de transport de marchandises.

Les walis du Hodh Charghi, du Hodh El Gharbi, de l’Assaba, du Guidimakha et du Tiris Zemmour sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’exécution de la présente mesure ».

Catégories
A la une

Mauritanie. Sahel: Nouakchott se prépare à accueillir le sixième sommet du G5 Sahel

Mauritanie: Nouakchott va accueillir le sixième sommet ordinaire des chefs d’Etats du G5 Sahel
Mauritanie: Nouakchott va accueillir le sixième sommet ordinaire des chefs d’Etats du G5 Sahel

Mauritanie: Nouakchott va accueillir le sixième sommet ordinaire des chefs d’Etats du G5 Sahel, le mardi 25 février prochain, a annoncé le Secrétariat Permanent de l’organisation sous-régionale, dont le siège se trouve dans la capitale mauritanienne.

En prélude à cette rencontre des chefs d’Etat du G5 Sahel, la tenue de la 7e session du Conseil des Ministres se déroulera deux jours auparavant, à partir du dimanche 23 février.

Cette réunion de haut niveau dans la capitale mauritanienne va servir, selon le Secrétariat Permanent de l’organisation sous-régionale, à «l’évaluation des progrès réalisés dans le cadre de l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel et l’adoption de la stratégie de communication».

Ce sommet intervient dans un contexte de recrudescence des attaques terroristes au Mali, au Burkina Faso et au Niger. La force conjointe du G5 Sahel est composée de 5.000 hommes issus des armées des pays membres de cette organisation sous-régionale: le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Son opérationnalisation est actuellement plombée par le manque de moyens financiers, militaires et logistiques qui doivent lui être alloués, du fait de nombreux engagements de la part des partenaires qui tardent à se concrétiser.

Le G5 Sahel est une organisation sous-régionale créée en décembre 2014. Son objectif est «de coordonner et mutualiser les actions dans les domaines du développement et de la sécurité», dans une vaste zone désertique ou semi-aride, d’une superficie de 5 millions de kilomètres carrés, dans laquelle vivent plus de 65 millions d’habitants .

Une note du Secrétariat Permanent du G5 Sahel rappelle que «l’année 2019 a été marquée par la mise en œuvre de projets de développement dans les domaines de l’eau, de la santé, des chaînes de valeurs agropastorales dans chaque pays», dans le cadre d’un Programme d’Investissements Prioritaires (PIP).

Ce document précise en outre qu’«une attention particulière est portée aux populations des zones transfrontalières, en tenant compte notamment des besoins des réfugiés et des déplacés».

Le 20/02/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

le360.ma