Catégories
A la une

Mali : violents affrontements entre terroristes, la Mauritanie semble être ciblée.

Le groupe État islamique au Grand Sahara (EIGS), succursale du groupe EI au Sahel, et le Front Al-Nosra, branche d’Al-Qaida ont été impliqués dans des violences intercommunautaires dans le centre du Mali ces derniers jours, a appris Barlamane.com. La Mauritanie, jusqu’alors prémunie du terrorisme, semble être ciblée.

La Mauritanie n’a connu aucun assaut djihadiste depuis 2011 alors que son voisin malien compte ses pertes humaines à intervalles réguliers.

Catégories
A la une

Mali : le chef de l’opposition enlevé «se porte bien», négociations pour sa libération


Mali : le chef de l’opposition enlevé «va bien», négociations pour sa libération

Le chef de l’opposition malienne Soumaïla Cissé «se porte bien», plus d’une semaine après son enlèvement, a déclaré vendredi sa formation politique, et des négociations se poursuivent avec ses ravisseurs, qui ont libéré tous les membres de la délégation de M. Cissé qu’ils retenaient aussi.

Soumaïla Cissé, 70 ans, avait été enlevé le 25 mars avec une douzaine de membres de sa délégation alors qu’il se déplaçait dans son fief électoral de Niafounké, dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, en campagne pour les élections législatives du 29 mars.

Catégories
A la une

Le coronavirus arrive au Mali et en Libye en guerre


Dans ces deux pays, l’instabilité sécuritaire accentue les craintes formulées devant les capacités de réponse de la plupart des pays africains en cas de pandémie.

Le Monde avec AFP Publié hier à 11h23

Le Covid-19 a officiellement atteint le Mali et la Libye, deux pays où la guerre aiguise encore l’inquiétude suscitée par les limites des systèmes sanitaires africains face à l’émergence progressive de la maladie.

Tandis que le géant sud-africain se prépare à entrer en confinement dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 mars à la suite de l’Algérie ou encore du Rwanda, que d’autres comme la République démocratique du Congo et le Sénégal sont passés sous le régime de l’état d’urgence, le Mali et la Libye faisaient, avec zéro patient déclaré, figure d’exceptions ainsi que quelques autres de plus en plus rares.


C’en est terminé. La Libye mardi 24 mars au soir et le Mali mercredi 25 mars ont annoncé leurs premiers cas confirmés : un patient âgé de 73 ans et rentré depuis une semaine d’Arabie saoudite via la Tunisie pour la Libye, deux nationaux de 49 et 62 ans arrivés de France mi-mars pour le Mali. Ce sont deux pays où l’instabilité sécuritaire accentue les craintes formulées devant les capacités de réponse de la plupart des pays africains en cas d’épidémie de grande ampleur.

Une pandémie qui a d’ailleurs commencé à contraindre des cercles du pouvoir à se mettre en quarantaine. Ainsi, au Nigeria, pays le plus peuplé du continent, plusieurs gouverneurs et le vice-président ont déclaré mercredi s’être volontairement mis en quarantaine après avoir été en contact avec deux cas positifs au Covid-19, dont le bras droit du président.


Couvre-feu nocturne

Le Mali est confronté depuis 2012 à des insurrections indépendantiste puis djihadiste ainsi qu’à des violences intercommunautaires qui ont fait des milliers de morts, civils et combattants, et des centaines de milliers de déplacés.

La Libye est en proie à la guerre civile et deux autorités s’y disputent le pouvoir. La fermeture du seul aéroport international à Tripoli et les contacts limités avec l’étranger avaient créé chez certains l’illusion d’un rempart contre le virus. Les deux exécutifs rivaux en Libye ont pris séparément des mesures préventives.

Si, la semaine passée, le premier ministre malien expliquait que le pays, 184sur 189 sur l’indice de développement humain de l’ONU qui évalue les conditions de vie d’un pays, se préparait « au pire », mercredi, le rythme s’est accéléré avec l’instauration d’un couvre-feu nocturne dans tout le pays. Les législatives prévues dimanche, et considérées comme une part importante de l’effort politique, auront en revanche bien lieu, a assuré mercredi soir le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, « et ce dans le respect scrupuleux des mesures barrières ».

Au Nigeria, ce sont des millions de personnes qui vivent dans des territoires non accessibles à cause des violences. Le pays compte deux millions de déplacés, la grande majorité d’entre eux dans le nord-est, au cœur de l’insurrection djihadiste.

64 décès en Afrique

En République démocratique du Congo (RDC), le président Félix Tshisekedi semblait clairement avoir à l’esprit les groupes armés actifs dans l’est du pays quand il avait pris en compte « la situation sécuritaire qui prévaut » pour décréter l’état d’urgence mardi et pour trente jours.

Alors que le nouveau coronavirus a officiellement infecté plus de 427 000 personnes et fait au moins 19 246 morts dans le monde selon un décompte de l’AFP, l’Afrique a été jusqu’à présent relativement épargnée, avec 2 432 cas et 64 décès. Des pays comme le Botswana, le Malawi, le Lesotho, les Comores, le Soudan du Sud et le Burundi n’ont déclaré aucun cas. Mais la préoccupation est grande à travers le continent devant la progression de la maladie, son impact sanitaire ainsi que les retombées sur des économies fragiles. La Guinée-Bissau a annoncé ses deux premiers cas de contamination mercredi.

En Afrique du Sud, pays le plus touché sur le continent, le nombre de contaminations a effectué mercredi un nouveau bond, avec 709 cas contre 554 la veille, a annoncé le ministre de la santé Zweli Mkhize. Le pays entrera vendredi à minuit en confinement national pour trois semaines. Il s’agit de « prévenir une catastrophe humaine aux proportions énormes », selon son président Cyril Ramaphosa. Deux personnes atteintes du Covid-19 ont été inculpées de tentative de meurtre pour ne pas avoir respecté leur quarantaine. Avec 12 cas confirmés, la Zambie interdit à partir de jeudi et pour deux semaines tous les rassemblements d’au moins cinquante personnes.

Coups de matraque à des passants

La Côte d’Ivoire et le Sénégal ont connu leur première nuit de couvre-feu. L’application à Dakar a suscité l’indignation des défenseurs des droits humains devant les vidéos circulant abondamment sur les réseaux sociaux et montrant des policiers distribuer des coups de matraque à des passants. Au Sénégal comme ailleurs, les autorités doivent composer avec la difficulté d’imposer des mesures collectives quand un grand nombre doit sortir et se déplacer pour assurer leur survie au jour le jour.

En Afrique de l’Est, le président kényan, Uhuru Kenyatta, a annoncé mercredi l’instauration d’un couvre-feu nocturne à partir de vendredi et toute une série de mesures, notamment fiscales, destinées à aider l’économie nationale. Le gouvernement éthiopien a, quant à lui, annoncé l’amnistie et la libération prochaine de plus de 4 000 prisonniers pour alléger des prisons surpeuplées, confrontées au risque de propagation. Et Le président libérien George Weah a scandé mercredi une chanson, écrite par ses soins selon ses services, pour sensibiliser la population du pays très pauvre à la lutte contre le coronavirus.

Le Monde avec AFP

Catégories
A la une

Coronavirus – Mali : Communique du Gouvernement de la Republique du Mali sur les Premiers Cas de Coronavirus au Mali

COMMUNIQUE DE PRESSE

Coronavirus – Mali : Communique du Gouvernement de la Republique du Mali sur les Premiers Cas de Coronavirus au MaliIl s’agit de deux (2) personnes de nationalité malienne rentrées de France les 12 et 16 mars 2020

BAMAKO, Mali, 26 mars 2020/ — Le Gouvernement de la République du Mali, conformément à son engagement de tenir régulièrement informée l’opinion nationale et internationale sur l’évolution de la situation épidémiologique au Mali, informe, que dans la nuit du mardi 24 mars 2020, les services de santé ont enregistré deux (2) cas testés positifs au Coronavirus (COVID-19). 

Il s’agit de deux (2) personnes de nationalité malienne rentrées de France les 12 et 16 mars 2020. Le premier cas est une dame de 49 ans résident à Bamako. Le 2ème cas est un homme de 62 ans à Kayes. Les deux cas sont actuellement pris en charge par les autorités sanitaires du pays. 

Le Gouvernement rassure que toutes les dispositions sont prises pour une meilleure gestion des cas et invite les populations à rester sereines et à respecter strictement les mesures de prévention recommandées. 

Distribué par APO Group pour Ministère de la Santé et des Affaires Sociales du Mali.
SOURCE
Ministère de la Santé et des Affaires Sociales du Mali
Contenu multimédia
Télécharger le logo

Catégories
A la une

Covid 19: La situation s’empire dans les pays voisins du Mali

Trois semaines après son introduction en Afrique, la pandémie de coronavirus a atteint presque tous les pays africains. A ce jour, le Mali n’a pas enregistré de cas confirmé. Mais, avec 1 396 cas confirmés de coronavirus et 40 morts sur le continent, les autorités maliennes sont inquiètes car tous les pays voisins du Mali sont touchés et le virus répand vite.

Des «passoires». Pour Michel Sidibé, ministre de la Santé, les frontières terrestres du Mali sont des passoires. Des centaines de personnes, de toute nationalité, s’inquiète-t-il, traversent quotidiennement ces frontières et les instructions données aux agents de la santé ne sont pas toujours respectées. A l’intérieur du pays, ce sont les citoyens qui défient les mesures de prévention adoptées par le Conseil Supérieur de la Défense nationale. Dans un communiqué publié, ce lundi soir, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile annonce des «mesures drastiques pour contraindre les contrevenants» à se conformer aux prescriptions en vigueur.

Deux poids deux mesures

«Contraindre les contrevenants?» Réuni le 17 mars dernier, le Conseil Supérieur de la Défense nationale avait annoncé la suspension jusqu’à nouvel ordre, de tous les regroupements publics à l’exception des « rassemblements à caractère religieux». Des consultations avec les leaders des différentes communautés religieuses devaient permettre de «convenir des mesures appropriées pour assurer la santé des fidèles». Une semaine après cette annonce, les consultations ont bien eu lieu avec le Premier ministre. Si les responsables des Eglises Catholiques et Protestantes ont fermé leurs lieux de culte, les responsables du Haut Conseil Islamique et de la Ligue des Imams se refusent à fermer les mosquées, prétextant que la maladie n’est pas encore au Mali.

Pendant ce temps, la situation autour de notre pays est de plus en plus critique. Tous les pays voisins du Mali infectés par la pandémie. A ce jour mardi 24 mars, 509 cas confirmés sont enregistrés par les sept pays voisins du Mali. Avec 29 nouveaux cas confirmés, ce lundi, l’Algérie est notre voisin le plus touché avec 230 cas. Il est suivi du Burkina Faso avec 114 cas confirmés dont 15 nouveaux cas positifs signalés, ce lundi. Le troisième pays le plus infecté par le virus est le Sénégal avec ses 86 cas confirmés. La Côte d’Ivoire, quant à elle, a enregistré 48 nouveaux cas ce mardi, passant à 73 cas confirmés au total.

Mamadou TOGOLA

maliweb.net