Catégories
A la une

L’impact négatif grave des médias mauritaniens privés sur les performances sécuritaires et militaires par la divulgation des interdits du tout sécuritaire !

Il ne fait aucun doute que les 50% de la puissance militaire et sécuritaire des États résident dans le maintien du secret des effectifs et de la nature des éléments, des équipements, de l’armement, de la performance, du déploiement des forces armées et de sécurité sur tout le territoire national, aux postes frontaliers, dans les bases, les casernes, les régions militaires, les zones fermées, ainsi que dans les eaux territoriales, les airs, les gisements, les grands  géantes, la présidence, les états-majors et les administrations névralgiques des Nations.

Assurer une plus grande garantie des secrets sur la sécurité et les capacités militaires de notre pays, la Mauritanie, se trouve renforcée par les ambitions expansionnistes et néocolonialistes des pays voisins et des puissances mondiales, qui étendent leur influence dans de nombreux Etats fragiles du monde, en particulier dans la région du Sahel à l’instar du Mali voisin, où la paix et la réconciliation entre les frères, la stabilité et l’unité sont toujours compromises par la présence de forces étrangères sur leur territoire.
Malgré les performances militaires et sécuritaires distinguées de l’État mauritanien enregistrés au cours de ces dernières années, ces grands exploits et succès vivement salués de part le monde,  sont affectés négativement par les médias mauritaniens indépendants, qui remplissent leurs pages d’actualité par les questions traitant les interdits militaires et sécuritaires, au lieu de consacrer leurs colonnes aux informations politiques, économiques, sociales et culturelles très abondants.

Ce comportement paradoxal, déplorable, irresponsable et inconscient des médias et de leur complices qui leurs communiquent les informations et données confidentielles privés sur le tout sécuritaire national, notamment en citant le  nom, le grade et le autres détails personnels, dont le lieu d’affectation, expose la nation au danger, dés lors où ces renégats offrent sur un plat d’or et gratuitement des informations sensibles à l’ennemi, qui remue ciel et terre et consent tous les sacrifices pour les avoir.

En effet, entré en possession du secret militaire et sécuritaire, l’adversaire peut déjà identifier les points de force et de faiblesse de la Patrie et déterminer son maillon faible pour lui porter durement préjudice et la déstabiliser tout en la manipulant suivant ses intérêts définis.

Acquérir ces confidences c’est donner aux Etats expansionnistes et aux puissances ennemies la possibilité de rayer un pays de la carte du monde et de le jeter dans la spirale infernale des guerres civiles et du déchirement.

Il est donc nécessaire ici d’imposer une déontologie aux médias interdisant formellement aux professionnels de la profession de publier toute information militaire et sécuritaire sensible.

Les autorités concernées de l’État doivent par ailleurs infliger la sanction la plus sévère à tous les responsables militaires et sécuritaires impliqués directement ou indirectement dans la divulgation des secrets des forces armées et de sécurité, notamment la publication des mouvements, des noms, des lieux d’affectation …..

C’est d’autant vrai si nous savons que de nos jours les informations militaires et sécuritaires ne se limitent pas à la seule lutte contre le terrorisme, la contrebande et l’immigration illégale, entre autres.

En effet, ces informations ultraconfidentielles jouent aussi un rôle prépondérant dans l’économie des Etats, en particulier pour la Mauritanie qui se prépare à entrer dans le cercle restreint des pays producteurs du pétrole et du gaz,  suscitant du coup toutes les convoitises et les caprices des Etats curieux et empressés ainsi que des puissances mondiales telles que les Etats Unis, la Russie, la Grande Bretagne, la France, tous déterminés à tout connaitre sur elle, sur sa capacité défensive, ses points de force et de faiblesse.

Ce blackout sur le tout sécuritaire est le prix que nous devons payer pour renforcer les capacités de nos forces militaires et de sécurité en s’abstenant de publier ces informations sensibles dont la divulgation est considérée comme une grande trahison dont l’auteur ou les auteurs doivent être exécutés sans ménage, dés lors où ils ont conspiré contre tout un peuple.

Mahmoudi Ould Mohamed Ould Saïbout 

taqadoum.mr