Catégories
A la une

Le Roi Mohammed VI ordonne des mesures pour endiguer la propagation du Coronavirus au Maroc.

Face à la crise sanitaire majeure qui touche le monde, le Roi du Maroc a donné, le 15 mars 2020, ses Instructions pour procéder à la création immédiate d’un fonds spécial dédié à la gestion du Coronavirus (COVID-19) qui commence à sévir au Maroc.

Ce fonds, doté de plus d’un milliard d’Euros, devra être réservé à la prise en charge des dépenses de mise à niveau du dispositif médical, en termes d’infrastructures adaptées et de moyens supplémentaires à acquérir dans l’urgence et ce, pour traiter dans de bonnes conditions les personnes qui seraient atteintes par le COVID-19.

Au-delà du volet sanitaire, ce fonds spécial servira au soutien de l’économie du Maroc à travers une batteries de mesures qui seront proposées par le Gouvernement marocain, notamment en termes d’accompagnement des secteurs vulnérables aux chocs induits, tels le tourisme, ainsi qu’en matière de préservation des emplois et d’atténuation des répercussions sociale de cette crise.

Outre le Budget Général de l’État, ce fonds bénéficiera également de la contribution de plusieurs organismes et institutions, mais aussi que sur Instructions du Roi du Maroc, le Fonds Hassan II contribuera à hauteur de 100 millions d’Euros.

De même, le Roi du Maroc a ordonné au Chef du Gouvernement marocain de faire preuve de transparence totale envers les citoyens, et de les informer au fur et à mesure des derniers développements du virus sur le territoire marocain.

Par ailleurs,le 16 mars 2020, une réunion du Comité de Veille s’est tenue à Rabat pour discuter les mesures concrètes à prendre. Ce Comité, réunissant des membres du Gouvernement marocain avec les représentants du patronat et du groupement des banquiers, ont décidé d’arrêter, très prochainement, le plan d’action pour activer des mesures exceptionnelles, au premier rang desquelles la suspension du paiement des charges sociales et la mise en place d’un moratoire pour le remboursement des crédits bancaires au profit des entreprises.

A noter, qu’un élan de solidarité est en train de s’exprimer, aussi bien par des personnes morales, publique et privés, que des personnes physiques, ce qui permettra de mobiliser des ressources financières additionnelles importantes sous forme de dons.

Ainsi, les Présidents des 12 régions du Maroc se sont accordés, le 16 mars 2020, afin de verser une contribution au Fonds Spécial en charge de la gestion du COVID-19 de l’ordre de 100 millions d’Euros.

On signalera également, que le Chef du Gouvernement marocain a partagé l’ensemble des informations sur les principales chaînes de marocaines tout en expliquant que la ruée vers les magasins ne sert à rien car le Maroc dispose d’un stock de près de 04 mois de ravitaillement et rappelant les mesures préventives à adopter pour freiner la propagation du COVID-19 à savoir se laver et se désinfecter régulièrement les mains, éviter les rassemblements et surtout évacuer la peur.

A rappeler que les autorités marocaines ont également annoncé la fermeture, jusqu’à nouvel ordre, des cafés, restaurants, salles de théâtre et de cinéma mais aussi des mosquées, églises et synagogues.

Concernant les établissements scolaires et les universités, ils resteront fermés et tous les évènements culturels et sportifs sont annulés ainsi que les rassemblements de plus de 50 personnes interdits.

S’agissant de ces enturbannés de l’officine Al Adl Wa Al Ihsan, il leur est fortement conseillé par le peuple marocain, toutes tendances confondues, d’aller se rhabiller que de faire des déclarations qui rappellent celles de la Jahiliya (période anteislamique).

Ces ignorants demi-experts et faux sachant en religion ont meilleurs temps de fermer leur caquet que de tenter de semer la discorde entre musulmans et non musulmans car l’Islam n’a jamais prôné un tel discours mal-famé que le leur.

Quant on sait que l’un des leurs, le pourfendeur attitré Hassan Kettani, s’est permis de violer les préceptes du Saint Coran en injuriant le défunt penseur syrien, Muhammad Sharour, de manière insultante et vengeresse.

Ce mécréant a t’il oublié que le Saint Coran ordonne de parler des morts en bien et qu’un Hadith du Prophète, Paix et Bénédictions de Dieu soient sur lui, stipule : « N’insultez pas les morts car ils ont certes rejoint ce qu’ils ont avancé ». Une Sainte injonction que ce mécréant a totalement ignorée.

Un discours identique à celui prôné par les terroristes de DAESH qui voient dans cette pandémie un « châtiment de Dieu » et c’est pour cela que le sieur Hassan Kettani danse allègrement, accompagné de sa smala adepte d’une idéologie rétrograde et criminelle, avec le diable Méphisto.

Farid Mnebhi.

Catégories
A la une Santé

Coronavirus en Afrique: des mesures pour limiter sa propagation


Près de deux cents contaminations par le virus ont été recensées sur le continent africain. L’ampleur de la pandémie est moins importante qu’en Asie ou qu’en Europe mais avec l’apparition de nouveaux cas, vendredi 13 mars, en Guinée ou en Mauritanie, les pays prennent des mesures pour limiter la propagation du virus.

Première mesure spontanée, celle de l’isolement et la prise en charge des personnes infectées. Il y a ensuite la restriction des déplacements des personnes.

Ainsi, la Mauritanie qui a annoncé son premier cas vendredi a suspendu tous les vols touristiques entrant sur son territoire.

La Tunisie qui compte 16 cas confirmés a fermé ses frontières maritimes et restreint les dessertes aériennes avec l’Europe et l’Égypte. Désormais, tous les voyageurs venant de l’étranger doivent s’isoler pendant 14 jours à leur arrivée dans le pays.

Écoles fermées

Il y a aussi la fermeture des écoles, comme au Gabon où un étudiant a été déclaré infecté jeudi. Les autorités gabonaises annoncent la fermeture de tous les établissements scolaires jusqu’au 30 mars.

Cette mesure a également été prise en Libye, même s’il n’y a pas de cas détecté à ce jour dans le pays. Il s’agit d’une « mesure préventive » prise par les deux gouvernements rivaux.

Rassemblements de plus de 100 personnes interdits

Il y a aussi l’interdiction des rassemblements. En Guinée par exemple où un premier cas a été annoncé vendredi, le gouverneur de Conakry a interdit les rassemblements de plus de 100 personnes. En Guinée également, des contrôles sanitaires sont effectués sur les voyageurs depuis la semaine dernière.

Gestes simples

Et puis enfin, il y a les mesures sanitaires au quotidien. En Centrafrique, le ministère de la Santé met l’accent sur l’hygiène publique avec des gestes simples comme installer des produits pour se laver les mains dans les lieux publics, éviter les salutations par la main ou encore « interdiction des accolades »,  comme le souligne un communiqué.

Quarantaine pour les voyageurs

Toujours dans cet esprit de prévention, Bangui impose une quarantaine aux voyageurs provenant des pays infectés par le coronavirus et interdit tous les voyages officiels vers les pays touchés par la pandémie.


RFI