Catégories
A la une

Le slovaque Miroslav Lajcak pourrait être le prochain envoyé de l’ONU pour le Sahara occidental

Le slovaque Miroslav Lajcak pourrait être le prochain envoyé de l’ONU pour le Sahara occidental
L’AFP vient de confirmer le scoop du site sahraoui Ecsaharaui et Lakome2. Citant une source diplomatique des Nations Unies qui a requis l’anonymat, l’agence de presse française confirme que le Ministre slovaque des Affaires Etrangères Miroslav Lajcak pourrait succéder l’Allemand Horst Koehler à la tête du processus de paix onusien entamé il y plus de 30 ans en vue de régler l’épineux conflit du Sahara Occidental qui oppose le Maroc au Front Polisario.

Rappelant que M. Lajcak a déjà présidé l’Assemblée générale des Nations Unies, AFP indique que le poste d’Envoyé Personnel du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahara Occidental est vacant depuis mai 2019, date à laquelle l’ancien président allemand Koehler a été poussé à la démission par le parti pris de certaines puissances, notamment la France, en vue d’imposer une solution basée sur une autonomie, ce qui est rejeté par le mouvement de libération sahraoui.

Le poste est vacant depuis mai 2019, lorsque l’ancien président allemand Horst Kohler a démissionné pour des raisons de santé.

A moins qu’une des parties officielles au conflit ne s’y oppose, la nomination de Lajcak devrait être confirmée dans les semaines à venir, ont indiqué les diplomates à l’AFP sous couvert d’anonymat.

Pour Antonio Guterres, la tache de trouver un successeur à Kohler n’a pas été facile. « Plusieurs candidats ont refusé de prendre leurs fonctions à leur demande, ou ont été rejetés par l’une des parties au conflit, ont indiqué des diplomates », indique la même source.

Kohler avait réussi à ramener les parties à la table des négociations en Suisse en décembre 2018 et à nouveau en mars 2019, mais aucun progrès significatif n’a été réalisé.

Selon un média marocain, le chef de la diplomatie slovaque porte dans CV « un savoir référendaire » en raison de l’expérience acquise dans le contentieux qui a conduit le Montenegro à l’indépendance en 2006. « Lajcak a aidé à négocier, organiser et superviser pour l’Union européenne un référendum sur l’indépendance du Monténégro, avant d’être le haut représentant de la communauté internationale en Bosnie », signale-t-il.

Maghreb Online

Catégories
International

Libye: l’ONU appelle à un cessez-le-feu

Trois jours après la frappe aérienne qui a fait au moins 53 morts dans un centre de migrants en Libye, le Conseil de sécurité de l’ONU a finalement adopté ce vendredi 5 juillet une déclaration commune pour appeler à un cessez-le-feu dans le pays.

Mercredi, les États-Unis avaient mis leur veto à une condamnation du carnage par les Nations unies.

Il aura fallu trois jours au Conseil de sécurité de l’ONU pour arriver à une position commune. Dans une déclaration ce vendredi en fin de journée, les 15 membres ont appelé à un cessez-le-feu immédiat en Libye.

Ils ont également condamné les raids aériens de ce mardi soir 2 juillet, qualifiés de « crimes de guerre » par le secrétaire général de l’ONU. Plusieurs missiles ont visé un centre de migrants et de réfugiés dans la banlieue de Tripoli, faisant 53 morts et plus de 130 blessés.

Mercredi, lors d’une première réunion du conseil de sécurité, les États-Unis avaient bloqué l’adoption d’une résolution, sans donner de raisons claires à leur position.

Selon certains diplomates, la délégation britannique serait revenue à la charge ce vendredi, pour inciter les 15 membres à se mettre d’accord sur une déclaration commune face à l’escalade de violence et l’urgence humanitaire en Libye. Ce qui expliquerait le changement de position des États-Unis, qui n’ont pas bloqué cette déclaration.

Dans son document, le Conseil de Sécurité appelle également au respect de l’embargo sur les armes en Libye et à un reprise rapide des négociations politiques. Des discussions au point mort depuis plusieurs mois. Depuis que le Maréchal Haftar a lancé une offensive pour la reprise de Tripoli en avril dernier.

Le gouvernement d’union national a d’ailleurs accusé les forces de Khalifa Haftar d’être responsables des frappes aériennes de mardi dernier. Des accusations démenties par les forces du maréchal.


Erdogan rencontre Sarraj et exhorte Haftar à cesser son offensive

Le président tur Recep Tayyip Erdogan a demandé ce vendredi 5 juillet la fin des « attaques illégales » de Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est libyen. Une déclaration lors d’une rencontre du dirigeant turc avec le rival du maréchal, Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale (GNA). Recep Tayyip Erdogan lui a « renouvelé son soutien ».

RFI