Catégories
A la une

Le Roi du Maroc seul et unique protecteur des Marocains

Nul n’est en droit de contester le fait que le Roi du Maroc supervise en personne toutes les mesures prises dans le combat contre la pandémie du coronavirus (COVID-19) pour protéger les Marocains et ce, dès son apparition dans le Royaume du Maroc.

Ainsi, le Maroc a été pionnier dans la mise en œuvre d’une série de procédures radicales pour stopper la propagation du COVID-19 de manière drastique avec une rapidité surprenante et ce, à la faveur de l’adoption d’un plan de réponse efficace suivi de très près par le Roi Mohammed VI,

Catégories
Santé

Covid-19: la Mauritanie passe commande de 5 millions de dollars USD pour la fourniture d’équipements médicaux


La Mauritanie a passé commande, les 27 et 28 mars 2020, pour la fourniture d’équipements médicaux d’un montant de 5 M$. Le ministère de la Santé a en effet passé commande moins de 24 heures après l’allocution du président de la république, Mohamed Cheikh Ould Ghazouani qui, dans un discours à la nation en date du mercredi 26 mars, a fait part de son intention d’allouer 64,88 M$ à l’acquisition d’équipements médicaux et de médicaments à fin de lutter contre la pandémie du coronavirus.

Catégories
A la une

Coronavirus: l’Afrique face à la pandémie le mercredi 25 mars

L’Afrique comptait, mercredi, 2 475 cas confirmés de coronavirus, une hausse de 20% en 24 heures. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 64 personnes sur le continent, selon cette agence technique, le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine. 46 pays sur 54 sont touchés.

Premiers cas au Mali

Contrairement au Burkina Faso voisin, le pays le plus touché d’Afrique de l’Ouest, le Mali n’avait signalé aucun cas jusqu’à maintenant. Les deux premiers cas ont été confirmés mercredi : il s’agit d’une femme de 49 ans et d’un homme de 62 rentrés de France à la mi-mars, selon le ministre de la Communication, Yaya Sangaré.

En Mauritanie, un plan d’urgence pour 30 000 foyers pauvres

Dans un message à la nation ce mercredi soir, le président mauritanien a annoncé la création d’un fonds de solidarité nationale de 25 milliards d’ouguiyas pour financer la lutte contre le coronavirus et aider les plus pauvres à atténuer l’impact de cette pandémie.

À Maurice, des élus mettent la main à la poche

Le président de la République, Pradeep Roopun, les ministres et députés de Maurice, contribueront 10% de leurs salaires pendant un an à un fonds de solidarité. Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, annonce par ailleurs la distribution de denrées alimentaires, notamment de l’huile, de la farine et du riz, à 35 000 personnes démunies à partir de jeudi. Un couvre-feu total fait obligation à la population de rester à domicile 24 heures sur 24. Les épiceries et boulangeries sont fermées jusqu’aux 31 mars, mais non les pharmacies.

Confinement total en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud se prépare à passer trois semaines en confinement à partir de vendredi matin. Une mesure annoncée en début de semaine, alors que le nombre de cas de coronavirus augmente de plus en plus rapidement sur le territoire : déjà 709 recensés.

Les déplacements ne seront autorisés que sous certaines conditions strictes, comme aller se faire soigner, ou aller faire ses courses, rapporte notre correspondante Claire Bargelès. Les transports locaux ne pourront fonctionner que dans ce cadre, ainsi que pour permettre aux employés des entreprises autorisées à continuer leurs activités à se rendre sur leur lieu de travail, à certaines heures.

Mais certains sont dubitatifs, et n’entendent pas forcément respecter les mesures à la lettre, notamment dans les townships. Le gouvernement a déjà commencé à ajuster son discours : après avoir autorisé les sorties pour faire son jogging ou balader son chien, les autorités ont fait marche arrière, craignant les abus.

Des actions judiciaires pourrait aussi servir de dissuasion : deux hommes testés positifs ont été arrêtés pour avoir refusé de se mettre en quarantaine, et avoir peut-être contaminé d’autres personnes. Ils seront poursuivis pour tentative de meurtre, selon la police.

Confinement partiel en Namibie

Contrairement à l’Afrique du Sud, qui appelle au confinement de la population, le président Hage Geingob s’est contenté d’inviter les habitants des régions de Windhoek et de Walvis Bay à rester chez eux à partir de jeudi. Il leur est conseillé d’éviter les grands rassemblements. Les bars, shebeens et autres débits d’alcool seront fermés à partir de 18 heures.

Nouveaux cas au Sénégal

Treize nouveaux cas au Sénégal, portant leur nombre à 99 cas, dont 90 sous traitement. Dans le pays, la police a reconnu dans un communiqué des « interventions excessives » mardi soir, pour faire respecter le couvre-feu imposé de 20h à 6h du matin dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Elle indique que des sanctions ont été prises. Des organisations de défense des droits de l’homme avaient un peu plus tôt dénoncé des violences policières dans la mise en œuvre de ce couvre-feu. Depuis lundi soir, l’état d’urgence est décrété sur tout le territoire.

Le professeur Moussa Seydi, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Fann à Dakar, a annoncé utiliser la chloroquine (ou hydroxychloroquine) dans le traitement des patients. C’est ce que prône le professeur français Didier Raoult, né à Dakar. Dans une vidéo diffusée par le Centre des Opérations d’Urgences Sanitaires, Moussa Seydi fait part de « résultats encourageants », et indique que cette molécule sera « généralisée au niveau de tous les sites de prise en charge au Sénégal ». Le professeur Seydi appelle toutefois les populations à éviter l’automédication, la chloroquine étant « importante pour la survie de nombreux patients souffrant de maladies chroniques ».

RFI

Catégories
Mauritanie

MIEUX Vaut prévenir que guérir

« Les équipes de l’Ong nationale ECODEV devant l’Hôtel de Ville de N’diago (commune) se préparent à démarrer une opération de distribution du Savon et de l’eau de Javel, dans toute la commune et ce au profit de plus de 1000 familles, dans le cadre de la réplique (prévention) à donner à la pandémie du Coronavirus.

Les équipes commencent par l’île de M’Boyo, lieu le plus exposé étant en face de Saint-Louis où un cas du coronavirus a été trouvé.

Je profite de l’occasion pour féliciter l’Ong Ecodev, en général, et particulièrement ses responsables locaux Melainine Ould Bouthiah (santé) et Weddou (eaux) pour leur dévouement et leur engagement sans faille. »

Source : Page facebook de : Boyidiel Ould Houmeid, député et maire de la commune de  N’Diago via courrierdunord.com/

Catégories
A la une

Coronavirus: l’Afrique face à la pandémie le lundi 23 mars 2020


L’Afrique comptait, ce lundi 23 mars, 1 396 cas confirmés de coronavirus, selon les Nations unies. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 40 personnes sur le continent.

En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a déclaré l’état d’urgence dans le pays, dont les frontières sont fermées depuis ce dimanche 22 mars. Dans une allocution télévisée consacrée à la lutte contre le coronavirus, le président ivoirien a aussi détaillé sept nouvelles mesures parmi lesquelles la fermeture des restaurants et maquis, l’instauration d’un couvre-feu entre 21h et 5h à compter de mardi, l’interdiction des déplacements non autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays ou encore « le confinement progressif par aires géographiques en fonction de l’évolution de la pandémie ».

Au Sénégal, le président Macky Sall a lui aussi déclaré à partir de ce lundi soir l’état d’urgence sur tout le territoire pour faire face à la pandémie de coronavirus. Un couvre-feu est instauré de 20 h à 6h. Dans son message à la nation, le chef de l’État a notamment annoncé la restriction de circulation, l’interdiction de tout cortège, rassemblement et manifestation sur la voie publique, la fermeture des lieux publics et de réunion. Il a prévenu que « ces mesures non exhaustives pourraient évoluer en fonction des circonstances. » D’après le dernier bilan du ministère de la Santé, ce lundi en fin d’après-midi, 12 nouveaux cas ont été testés positifs. À ce jour, le pays enregistre 71 cas sous traitement, 8 déclarés guéris et aucun décès.

Confinement national en Afrique du Sud

En Afrique du Sud, le pays africain le plus durement touché, les cas confirmés se sont multipliés en 24 heures, passant à plus de 400. Le président Cyril Ramaphosa a annoncé, ce lundi 23 mars, un confinement national de la population du pays pendant trois semaines, à compter de jeudi, pour tenter d’enrayer la propagation rapide du nouveau coranivirus.

« Un confinement national sera mis en place pendant 21 jours, il sera imposé à partir de jeudi minuit », a déclaré le président sud-africain lors d’un discours télévisé, indiquant que cette mesure visait à prévenir une « catastrophe humaine ».

Cyril Ramaphosa a également annoncé que l’armée serait déployée dans les rues pour faire respecter le confinement national. « J’ai ordonné le déploiement des Forces de défense nationale sud-africaines pour aider la police à faire respecter les mesures que nous avons annoncées ».

Le Burkina Faso durement touché

Quatre personnes ont été emportées par la pandémie jusqu’à ce jour au Burkina Faso, selon le ministère de la Santé. Le pays le plus durement touché d’Afrique de l’Ouest totalise 99 cas confirmés.

Depuis le début de la pandémie, la cellule d’alerte a enregistré plus de 42 000 appels, selon le coordonnateur national de la réponse à la pandémie, le professeur Martial Ouédraogo.

Vigilance au Mali

Le Mali doit « redoubler de vigilance » à la frontière avec le Burkina Faso, selon le ministre de la Santé, Michel Sidibé. Dans un communiqué daté du 20 mars, le dernier en date, son ministère affirme qu’aucun cas n’a été confirmé jusqu’à ce lundi au Mali.

Le virus coûte la vie à un imam en Gambie

La Gambie, pays enclavé dans le Sénégal, a fermé ses frontières après l’annonce, dans la nuit de dimanche à ce lundi, du décès d’un ressortissant du Bangladesh, un imam âgé de 70 ans. Il s’agit du deuxième cas déclaré et du premier décès en Gambie. Ce religieux, arrivé via le Sénégal le 13 mars, avait été en relation avec de nombreuses personnes. Avant la Gambie, il avait visité six pays pour des programmes de prières.

Le Nigeria contre-attaque sur Twitter

Le pays le plus peuplé d’Afrique rapporte un premier décès. Il s’agit d’un homme, âgé de 67 ans, qui était rentré récemment du Royaume-Uni où il était soigné pour d’autres pathologies.

Pour contrer les pasteurs qui prétendent que le virus n’a pas encore frappé le Nigeria, les autorités ont lancé des campagnes anti-intox. Elles incitent la population à cesser de relayer les messages dont la source ne serait pas le Nigeria Centre for Disease Control.

La Guinée n’est pas épargnée

À Conakry, les autorités sanitaires signalent deux nouveaux cas, portant à quatre le nombre de cas confirmés. Il s’agit d’un couple rentré de France à la mi-mars.

Fonctionnaires en congés à Djibouti

Djibouti accentue les mesures pour empêcher la propagation du coronavirus. Le président Ismaël Omar Guelleh a décrété, ce lundi, une semaine de congés pour l’ensemble des fonctionnaires, en dehors des services de Santé, de la Police, de la Gendarmerie et de l’Armée, notamment.

Les commerces devront rester fermés à l’exception des magasins d’alimentation, pharmacies, banques et stations-service.

Au Zimbabwe, une voix s’éteint

Un journaliste radio, Zororo Makamba, est la première victime de la pandémie au Zimbabwe, selon le ministre de la Santé, Obediah Moyo. Zororo Makamba était âgé de 30 ans.

Fermeture des frontières en Éthiopie

Addis Abeba a annoncé, ce lundi, la fermeture de ses frontières terrestres à tous mais pas aux biens jugés essentiels. Des soldats chargés de faire respecter cette mesure ont été déployés, selon un communiqué du Premier ministre.

Un numéro vert en Mauritanie

Les autorités annoncent la création d’un centre d’appel dédié au coronavirus. Par ailleurs, deux malades, des ressortissants de l’Australie et du Bangladesh, sont en soins intensifs, selon le ministre de la Santé.

Au Maroc, confinement et état d’urgence sanitaire

Au Maroc, ce lundi matin, le ministère de la Santé a fait un dernier bilan des personnes touchées par le virus Covid-19 : 122 cas sont officiellement recensés dans le royaume. En conséquence, dès vendredi, le gouvernement a instauré des mesures de confinement de la population et l’état d’urgence sanitaire a été décrété dimanche soir.

À partir de minuit lundi, il n’y aura plus de trains en circulation au Maroc. Les grands taxis blancs reliant les villes entre elles ne circulent déjà plus, de même que les vols intérieurs de la compagnie aérienne nationale. La circulation des tramways à Rabat et Casablanca est réduite. Le gouvernement a appelé les journaux à stopper leur impression. Les commerces alimentaires du Nord doivent fermer à 18h et les opérations de rapatriement des touristes étrangers sont terminées.

Le Maroc s’est donc immobilisé ce week-end. Toute circulation en ville doit désormais être justifiée par une attestation. Mais quelques incidents ont eu lieu, surtout dans des quartiers pauvres, à Tanger, Fès, Tétouan, Salé et Ksar Kebir.

À Tanger, des dizaines de jeunes sont sortis bruyamment dans les rues pour dénoncer le confinement et la fermeture des mosquées. Deux meneurs ont été arrêtés mais des prières ont été lancées, depuis les fenêtres des immeubles, dans plusieurs quartiers pour les soutenir.

Ces entorses ont aussitôt été condamnées par tous les partis représentés au Parlement, notamment les islamistes. Désormais, l’état d’urgence sanitaire permet aux forces de sécurité d’arrêter et de présenter à la justice tout contrevenant. Les peines pour « rébellion » ont été aggravées.

La BCEAO à la rescousse

En Afrique de l’Ouest, la BCEAO, la Banque centrale des huit pays de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) a décidé d’injecter 340 milliards de francs CFA (500 millions d’euros) chaque semaine dans l’économie. Prise ce week-end, cette décision est mise en application dès ce lundi. Cette somme s’ajoute au montant que la BCEAO accorde chaque semaine à ses antennes des huit pays membres. La somme globale hebdomadaire est ainsi portée à 4 750 milliards de francs CFA.

Cette hausse devrait permettre à chaque banque centrale d’éviter la baisse du financement de l’économie. Pour aider les entreprises privées à faire face aux conséquences collatérales du Covid-19, la BCEAO va faire la cotation de 1 700 d’entre elles, qui étaient jusqu’ici exclues de son portefeuille.

Les Banques de la zone CFA ouest-africaine auront donc accès à des ressources complémentaires de plus de 1 000 milliards de francs CFA, ce qui va ainsi donner aux entreprises privées concernées la possibilité de négocier et de bénéficier de meilleures conditions pour leurs emprunts. Pour les dépenses urgentes liées à la lutte contre la pandémie, les pays membres de l’UEMOA auront 25 milliards de CFA à se partager, via un fonds versé à la Banque ouest africaine de développement.

La BCEAO a par ailleurs exhorté le secteur bancaire de la zone à soutenir les petites et moyennes entreprises mises en difficulté par les effets du coronavirus, en leur accordant par exemple des reports pour le remboursement de leurs crédits.
RFI

Catégories
A la une

La médecine militaire prend part à la mission de lutte contre la pandémie du coronavirus (COVID-19) aux côtés de son homologue civile

La médecine militaire prend part à la mission de lutte contre la pandémie du coronavirus (COVID-19) aux côtés de son homologue civile

Le Roi Mohammed VI, en sa qualité de Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées Royales marocaines (FAR) a décidé, le 22 mars 2020, que la médecine militaire prendra part conjointement avec son homologue civile à la délicate lutte contre la pandémie du COVID-19 et ce, afin de pallier à certaines insuffisances constatées et faciliter l’échange entre les différents services concernés.

A cet effet, le Souverain marocain a instruit l’Inspecteur Général des FAR, le Commandant de la Gendarmerie Royale et l’Inspecteur du Service de Santé Militaire des FAR de déployer, à partir du 23 mars 2020, des moyens de médecine militaire en renforcement des structures médicales dédiés à la gestion de cette pandémie sous forme de personnel médical et para-médical des FAR mais aussi de procéder à la mobilisation des Services Sociaux des FAR et de la Gendarmerie Royale dans le cadre de cette opération.

Le Roi du Maroc a, en outre, exhorté les médecins civils et militaires à travailler en bonne entente et intelligence, comme ils l’ont toujours fait, car il y va de la santé des Marocains et des étrangers se trouvant au Maroc.

Cette nouvelle initiative Royale s’inscrit parfaitement dans le cadre de l’approche proactive que le Roi Mohammed VI a ordonné d’adopter depuis l’apparition de cette pandémie et au renforcement des mesures préventives sans précédent prises par les secteurs et les institutions concernés pour limiter sa propagation et faire face à ses conséquences sanitaires, économiques et sociales.

Malgré un nombre réduit de contaminés, les autorités marocaines n’ont pas hésité à appliquer des mesures radicales pour endiguer la propagation de ce virus qui place le Maroc à l’avant-garde des pays ayant adopté des mesures drastiques de confinement les plus strictes et ce, alors que nombre de pays sévèrement touchés par le COVID-19 ont pris du retard à agir.

Le Maroc avait décrété, jusqu’à nouvel ordre, l’Etat d’Urgence Sanitaire le 20 mars 2020 et que désormais la circulation reste conditionnée par l’obtention d’une autorisation de déplacement exceptionnelle auprès des agents d’autorité.

Farid Mnebhi.