Catégories
Sport

Rapport de course du Sahara Marathon

Rapport de course du Sahara Marathon

Si les gens peuvent vivre ici pendant 44 ans, je peux courir encore quelques kilomètres.

Je viens de rentrer après ma troisième visite dans les camps de réfugiés du Sahara occidental qui sont expulsés au milieu du désert plutôt inhospitalier du sud de l’Algérie. Des camps de réfugiés qui restent silencieux chaque année tandis que le monde extérieur détourne le regard

Pendant que j’y étais, j’ai également couru le deuxième marathon de ma vie qui, comme la dernière fois, s’est passé entre les camps de réfugiés dans un Sahara sablonneux et franchement dégradé.

Le départ de la course était épicé et bon mais ensuite c’était dur. Quelque part au milieu, j’ai eu des spasmes que j’ai « guéris » avec l’aide de sel que j’ai avalé d’une des grandes chaînes de restauration rapide que nous avons en Suède.

Dans le même ordre d’idées, une femme du Sahara occidental s’est manifestée et m’a remerciée, ainsi que mon collègue Shari, d’avoir couru pour son pays. C’était tellement triste et horrible que quelqu’un m’a remercié d’avoir fait une course idiote. J’ai donc pleuré un éclat. Puis je me suis mis en colère que quelqu’un ait même dû remercier.

Après 30 kilomètres, je suis tombé en avant. J’ai dû verser du sable de mes chaussures et j’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir à la situation où j’étais.

J’ai pensé au mur de 270 miles de long que le Maroc a construit à travers le pays où les mines sont secrètement situées et qui ont divisé les familles. Le plus près du mur est une zone tampon de cinq kilomètres de large où personne ne peut être et où les mines sont proches. Là, le Maroc n’autorise pas le déminage et il y a des dégâts et des morts de personnes et d’animaux chaque année.

Et que fait le monde extérieur? Il regarde ailleurs.

La chaleur, le sable et les pensées du conflit de faible intensité, fatigué de tout un peuple, m’ont fait ressentir de l’émotion en courant. Que se passe-t-il lorsque les gens ne peuvent tout simplement plus faire face?

La veille, dans une enquête menée auprès d’une organisation non violente, j’avais lu qu’environ 60% des jeunes considèrent la guerre comme la principale solution au conflit. Une pensée effrayante mais aussi compréhensible. Qui peut attendre des années et des années une solution qui ne viendra pas?

Après 35 kilomètres, j’ai commencé à me demander si j’arriverais jamais à la ligne d’arrivée ou si je demanderais à être poussé par l’un des véhicules qui ont le plus tardé à courir pour garder la trace des coureurs.

Ai-je continué. Je pensais que si les gens pouvaient vivre ici pendant 44 ans, je pourrais faire encore quelques kilomètres.

Les derniers kilomètres ne seraient probablement pas une course froide. Mais j’ai traversé Smara, le camp de réfugiés qui m’a également hébergé pendant la semaine.

Maghreb Online