Catégories
A la une

« Sahara: quand Smail Chergui verse des larmes de crocodile sur M’hamed Khadad »

A l’Union africaine, M’hamed Khadad, ex-dirigeant du Polisario décédé mercredi dernier, était un illustre inconnu. Cela n’a pas empêché le commissaire à la paix et la sécurité de l’UA, le sulfureux diplomate algérien Smail Chergui, de lui consacrer un tweet laconique, surexploité par l’APS.

C’est un paradoxe. Alors qu’il préside une commission qui engloutit à elle seule les deux tiers du budget de l’Union africaine (UA) et qui a pour mission le maintien de la paix en Afrique, l’Algérien Smaïl Chergui n’a pas hésité à souffler à nouveau sur les braises dans la région nord-ouest de l’Afrique.

Catégories
A la une

Décès de Mhammed Khaddad : Une lumière s’est éteinte

En m’annonçant aujourd’hui, 1° Avril le décès de Mhamed Khadad, la nouvelle m’est tombée sur la tête comme un couperet. Je ne pouvais pas y croire. Non Mhamed n’est pas mort. Ce devait être un gros poisson d’avril ! Il ne peut pas laisser en si bon chemin tant de dossiers orphelins que lui même à réussi à mettre sur pied ou accompagné dès leur première gestation.

Jamais Christophe Colomb, Marco Polo et Magellan ont parcouru réunis tant de kilomètres comme l’a fait Mhamed Khadad pour diffuser la cause de son peuple à travers le monde.

Orateur de haut niveau, parlant avec aisance quatre langues étrangères, Mhamed Khadad à le don de convaincre ses interlocuteurs et de forcer leur admiration et apathie pour son humilité, sa simplicité et ses compétences intellectuelles reconnues.

Catégories
A la une

Exploitations illégales des ressources au Sahara occidental : Le Front Polisario interpelle le Groupe Continental

«Des informations concordantes établissent que votre société entend renouveler un contrat avec le Groupe OCP (Office chérifien des phosphates). Je n’ai, bien entendu, rien à dire pour ce qui concerne vos activités sur le territoire du Maroc, mais il en va différemment lorsqu’il s’agit du territoire du Sahara occidental», a écrit lundi le membre de la direction politique du Front Polisario chargé de l’Europe et l’Union européenne, Oubi Bouchraya Bachir, dans une lettre adressée au Groupe Continental.

Catégories
A la une

COVID-19: Plus d’un millier de colons marocains quittent le Sahara occidental et retournent dans leur pays

EL-AYOUNE OCCUPEE- Plus de 1200 Marocains ont quitté la ville sahraouie occupée de Dakhla, au sud-ouest du Sahara occidental au cours des dernières heures en raison de la propagation du coronavirus, rapportent jeudi plusieurs sources médiatiques.

Des sources médiatiques sahraouie sur place ont rapporté que « 28 bus, envoyés par le gouvernement marocain pour évacuer ses citoyens, sont arrivés dans la ville sahraouie pour transporter plus d’un millier de colons marocains ».

Sur les réseaux sociaux, des photos de dizaines de colons marocains dans la ville de Dakhla, dans le sud du Sahara occidental occupé, ont été largement diffusées. Les colons marocains étaient en route pour rentrer, via la station terrestre de la ville de Dakhla, dans leurs villes natales du Royaume du Maroc.

Ces photos ont déclenché une vague de commentaires sur les réseaux sociaux, parmi ceux qui considéraient cela comme un retour réaliste compte tenu du fait que les colons marocains n’étaient pas convaincus de la propagande de la Marche verte organisée par le Maroc il y a 44 ans pour occuper le Sahara occidental.

Il convient de noter que ce n’est pas la première fois que les colons marocains organisent une marche arrière depuis le Sahara occidental, car beaucoup d’entre eux ont déjà clôturé leurs projets commerciaux avec le soulèvement pacifique du camp de Gdeim Izik en 2010.

aps.dz

Catégories
A la une

Quand l’Afrique subsaharienne soutient le Maroc au Sahara occidental

Dix pays ont récemment ouvert des représentations diplomatiques sur le territoire non autonome du Sahara occidental occupé par le Maroc. Le Burkina Faso doit bientôt faire de même.

Côte d’Ivoire, RCA, Gabon, Guinée… La liste des pays qui ouvrent des représentations diplomatiques sur le territoire du Sahara occidental s’allonge depuis la fin décembre. Elle compte même aujourd’hui dix pays au total. Djibouti, la Côte d’Ivoire, les Comores, la Gabon, Sao Tomé-et-Principe, la RCA, le Burundi, la Guinée, la Gambie et le Liberia ont ouvert des bureaux sur place. Un véritable défilé sur le dernier territoire non autonome de tout le continent -occupé en partie le Maroc qui nomme la zone « provinces du Sud« – illustre une réelle guerre diplomatique à laquelle prennent désormais ouvertement part les pays d’Afrique de l’Ouest. 


« Reconnaissance de l’occupation illégale »

À chaque fois, lors de ces ouvertures, ce sont des images semblables. Le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita lui-même, et un ou une de ses homologues africain(e)s, tout sourire, côte à côte. Ils coupent un ruban, dévoilent une plaque ou tiennent un discours sur l’amitié entre leurs pays. À chaque fois, cela se passe soit à Laâyoune, soit à Dakhla.

Des ouvertures de représentations diplomatiques qui ont une véritable portée politique. « C’est une façon d’essayer à tous prix d’obtenir une reconnaissance de l’occupation illégale -c’est bien une occupation illégale- des territoires par le Maroc », explique le professeur de relations internationales et directeur de recherche en géopolitique, Yahia Zoubir. « On prend des pays qui n’ont pas vraiment de poids et on fait avancer doucement, pour essayer d’influencer le cours des événements. »

lire la suite sur DW

Catégories
A la une

Coronavirus : des nouvelles des campements de réfugiés sahraouis.

En exil depuis depuis 45 ans dans le désert algérien sur la hamada de Tindouf, les réfugiés sahraouis organisent depuis une semaine un strict confinement pour affronter l’épidémie du coronavirus. En effet, en dépit de leur engagement pour construire leur Etat, se doter d’infrastructures, d’équipements de santé et d’éducation, ils ne disposent pas d’importants moyens pour soigner efficacement d’éventuels contaminés. Les responsables du protocole en charge de l’accueil des étrangers ont organisé avec efficacité et très rapidement le rapatriement vers Oran et Alger de tous ceux et celles qui étaient en mission dans les campements. En particulier les nombreux jeunes venus participer au forum de la jeunesse des 12 et 13 mars.

Pierre Toutain, de l’association Camion-citerne, de retour le 10 mars a reçu des nouvelles d’un des formateurs en français, Addou EL HADJ.

« Ce vendredi 20 mars, à midi je suis confiné seul dans ma maison de Smara, mais la chaleur est moins intense qu’en février.

A ce jour il n’y a pas de cas connu de coronavirus, mais les mesures préventives ont été prises depuis le début de la semaine par la Commission Nationale pour la Santé. Elles sont diffusées et répétées chaque heure par la télévision locale sahraouie, par la radio, sur les téléphones et whatsapp.

Toute la population est confinée dans nos différentes wilayas et la circulation entre les wilayas est interdite. Les routes vers Tindouf et la Mauritanie sont fermées. Nos territoires libérés sont sous contrôle de l’armée. L’approvisionnement pour les produits de première nécessité est assuré au mieux. Je dois reconnaître que toute la population observe bien les consignes préventives.

Ma femme Aziza qui était partie le 11 mars avec mes 2 filles pour rendre visite à mon père en Mauritanie ont été arrêtées dans leur déplacement au niveau des Territoires libérés.

En ce moment, je pense à vous tous, et vous transmets toutes mes amitiés. »

Ces premières informations en direct sont confirmées par la dépêche SPS dont voici quelques extraits :

Dépêche de l’agence de Presse Sahraouie, Sahara Press Service du 19 mars 2020.

Le Comité national sahraoui pour la prévention a assuré jeudi que, « jusqu’à présent aucun cas de contamination au Coronavirus (COVID-19) n’a été enregistré dans les camps de réfugiés ou dans les territoires libérés du Sahara occidental ».

Le ministère de la Santé de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) a confirmé que les résultats des examens médicaux sur les Coronavirus étaient négatifs. Le Comité national sahraoui de prévention a également confirmé qu’il « sera en contact quotidien avec les citoyens via les médias nationaux, ainsi que via le site Web du ministère et ses comptes sur les réseaux sociaux ».

Les recommandations comme l’attention à l’hygiène personnelle et éviter au maximum les contacts rapprochés sont diffusés régulièrement sur tous ces médias.

Concernant les territoires sahraouis libérés, le gouvernement a souligné que « le Comité national, en coordination avec les différentes régions militaires, appelle toutes les populations résidant dans les zones libérées à respecter les mesures et à rester dans leur lieu de résidence. L’entrée ou la sortie des différentes communes est annulée jusqu’à nouvel ordre ».

Les mesures annoncées par le gouvernement sahraoui indiquent également « l’annulation de tous les événements prévus et la fermeture des lieux publics ».

Colette Blais de l’association Enfants Réfugiés du Monde, rentrée un peu plus tard, confirme ces informations :

« Plus de déplacement entre Tindouf et les campements. Plus de liaison aérienne non plus pour Tindouf. Le Ministère de la santé et tous les acteurs de santé avaient bien anticipé cette situation, on ne peut que les féliciter. Espérons que le virus ne se développera pas dans les campements et dans les territoires libérés, et qu’il n’y aura pas de cas grave car au niveau des moyens de prise en charge dans les campements il n’y a aucune réanimation possible. Et l’hôpital de Tindouf ne dispose pour la réanimation que de quelques lits. »

Source via Maghreb Online